La production logicielle

Mis à jour le 06/09/2021

Au-delà des résultats de recherche en science fondamentale, du transfert vers les entreprises et de la création de startups, les équipes Inria produisent également de nombreux logiciels souvent en open source, dont certains à diffusion mondiale.

De l’intelligence artificielle à la robotique, de la simulation aux logiciels de preuve mathématique, du calcul haute performance à l’Internet des objets, la bibliothèque logicielle d’Inria compte aujourd’hui près de 1 500 références dont certaines rassemblent autour d’elles de vastes communautés d’utilisateurs au sein de consortiums dédiés.

En favorisant la diffusion de ses logiciels en mode open source, Inria contribue à construire une infrastructure technologique de soutien pour les entreprises innovantes. Donner ainsi aux entrepreneurs un accès à des technologies et à des compétences de pointe est aussi un moyen de démultiplier la capacité à créer de l’innovation en France.

 

 

"Assistant de preuve", le logiciel Coq a été créé il y a plus de trente ans chez Inria pour la vérification des programmes informatiques et des théorèmes mathématiques. Un outil précieux pour les informaticiens qui l’utilisent pour la vérification mais aussi comme une aide à l’écriture. Et pour les mathématiciens, séduits par ses performances.

 

 

 
Reflexion

Certains des logiciels conçus par les équipes de recherche d’Inria et leurs partenaires donnent lieu à des consortiums opérés sous l'égide d'InriaSoft. L'objectif ? Industrialiser, diffuser et pérenniser les logiciels d’envergure, en agrégeant une communauté d'utilisateurs autour de leur usage et de leur support.

MedInria est un logiciel de visualisation en 2D/ 3D/ 4D et de traitement d'images médicales gratuit et open source, offrant un large panel de fonctionnalités à destination des chercheurs et des praticiens de santé. Des algorithmes de haut niveau, mais une interface très simple d'utilisation.
Créée en 2004, la plate-forme open source Mmg fournit des applications et des bibliothèques logicielles permettant la modification automatique des maillages des objets virtuels créés en 3D. Développée conjointement par Inria, l’université de Bordeaux, Bordeaux INP, l’université Pierre et Marie Curie et le CNRS, la plate-forme Mmg est portée par un consortium Inria et une communauté d'utilisateurs très active.
Traiter les signaux électriques liés à l'activité cérébrale et les traduire en commande pour des machines, c'est le rôle des interfaces cerveau-ordinateur. Conçu pour faciliter l'utilisation de ces interfaces, le logiciel OpenViBE permet aujourd’hui de concevoir, tester et utiliser facilement des interfaces cerveau-ordinateur. Il offre un outil simple d’accès et d’utilisation, qui s’adresse aussi bien à un public de chercheurs que de cliniciens ou encore de développeurs de jeux vidéo.
 
Logo Pharo
Une plate-forme open source de développement logiciel simple et stable, adaptable à toutes les missions de développement même les plus critiques : c'est le rôle du logiciel Pharo. Le consortium Pharo fédère des utilisateurs très variés avec des industriels comme Synectique, Thales, Lifeware, mais aussi des acteurs académiques comme la Faculty of Information Technology de Prague (République Tchèque) ou encore la Fundación Argentina de Smalltalk.

Avec l'application PlantNet, il suffit de photographier une plante pour l'identifier grâce à un système de reconnaissance visuelle embarqué ! Sous le capot, une plate-forme participative de production, d’agrégation et de diffusion d’observations botaniques est née de la collaboration de quatre organismes de recherche, le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement), l’Inra (Institut national de la recherche en agronomie), l’IRD (Institut de recherche pour le développement) et Inria.

Scikit-learn est une bibliothèque libre développée en Python, un langage de programmation de haut niveau. Elle est dédiée à l’apprentissage automatique (machine learning) et peut être utilisée comme middleware, avec des applications dans la lutte contre la fraude et le spam, le ciblage marketing, la prévision du comportement des utilisateurs ou encore l'optimisation des processus industriels et logistiques.

 

Shanoir (SHAring NeurOImaging Resources) est une solution logicielle open source pour partager, archiver, chercher et visualiser des données de neuro-imagerie. Elle offre un accès web sécurisé et propose un workflow intuitif pour faciliter la collecte et l'import de données de neuro-imagerie depuis des sources multiples (CD/DVD Dicom, réseau, fichiers existants, etc.). De quoi permettre aux chercheurs de mener des projets de recherche dotés de contrôles qualité dans le cadre de collaborations distantes.

Modéliser des systèmes d'objets physiques et leurs évolutions, tel est le rôle de SOFA, un logiciel qui intègre aujourd’hui un grand nombre de modèles et d’algorithmes, permettant ainsi le développement rapide de nouvelles simulations. Ses domaines d’applications ? Le vivant avec un grand nombre d'applications médicales, mais aussi la robotique industrielle et les jeux vidéo.

Sofa-story

Lancé en 2016, le projet Software Heritage a pour ambition d'archiver la totalité des codes sources créés par l'humanité à des fins de préservation patrimoniale. Engagé dès 2014 chez Inria par les chercheurs Roberto Di Cosmo et Stefano Zacchiroli, ce projet est soutenu par l'Unesco, et est opéré grâce à des partenariats avec Microsoft, DANS, Société générale, Intel Huawei, Nokia Bell Labs ou encore l’université de Bologne. En construisant une archive universelle et pérenne du logiciel, Software Heritage vise à mettre en place une infrastructure essentielle au service de la science et de l’industrie, mais aussi de la société.

 

Vidjil

Vidjil analyse les séquences d’ADN des lymphocytes produites par séquençage à haut débit et décrit le répertoire lymphocytaire. Le logiciel permet d’améliorer le diagnostic et le suivi de certaines leucémies et est utilisé de manière plus générale par la recherche en hématologie et en immunologie.