Santé numérique

Mis à jour le 19/05/2021

Aide au diagnostic, analyse d’examens, optimisation et personnalisation des traitements, criblage de molécules à activité biologique, etc. : depuis une quinzaine d’années, l’application des sciences du numérique à des données médicales complexes révolutionne le traitement des données de santé, promettant des bénéfices multiples pour les patients.

Pour les oncologues, l’utilisation de la modélisation et de l’IA pourront aider au diagnostic du cancer en identifiant de nouveaux marqueurs de la maladie de façon plus précoce, d’optimiser la précision des gestes chirurgicaux et des thérapies, mais aussi de simuler l’impact potentiel d’un traitement en fonction du génome du patient et de le personnaliser grâce aux résultats obtenus. Pour les cardiologues, l’analyse d’ECG pourra être accélérée par l’IA, ce qui rendrait possible le monitoring des patients à distance. Quant aux radiologues, ils seront bientôt assistés dans leurs compétences de diagnostic par des IA de plus en plus performantes.

Chez Inria, les projets de recherche en santé et biologie numériques sont nombreux et interdisciplinaires, permettant la genèse de startups d’envergure mondiale, telle Therapixel, dont l’outil d’analyse automatique des mammographies permet d’ores et déjà de réduire de 5% le taux de faux positifs et sera sur le marché dès 2020. Des perspectives enthousiasmantes, indissociables des préoccupations éthiques et de la protection des données de santé, qui sont prises en compte dès la conception ("privacy by design") des technologies proposées.