Sites Inria

Distinction

Christian Guyard - Technoscope - 19/10/2012

David Andreu reçoit le 1er prix FIEEC aux Rendez-Vous Carnot

Remise du 1er prix FIEEC à David Andreu et Georges Billard - © Vivaltis

La Fédération des Industries Électriques, Électroniques et de Communication décernait pour la deuxième fois ses prix de la recherche appliquée à  l'occasion des "Rendez-Vous Carnot" à Lyon. David Andreu, enseignant-chercheur à l’université Montpellier 2, membre permanent de l’équipe-projet Inria Demar, reçoit le premier prix de 15 k€ pour ses travaux sur la robotique et la stimulation électro-fonctionnelle appliquée à la santé, concrétisés dans de nouveaux appareils de la société Vivaltis. Ce prix récompense des chercheurs travaillant dans des structures publiques dont les travaux effectués en France ont été industrialisés par une PMI-ETI basée en France.

En quoi consiste cette innovation ?

Georges Billard   : La société est spécialisée dans les dispositifs de physiothérapie destinés aux professionnels de santé pour la rééducation fonctionnelle. Nous souhaitions faire une rupture technologique sur nos appareils d’électrostimulation et de biofeedback basée sur des liaisons sans fil bidirectionnelles. C’est une décentralisation sur le patient des dispositifs de stimulation et de mesure avec traitement local des informations et communication interactive entre le dispositif sur le patient et le poste de contrôle du soignant.

David Andreu  : Pour répondre aux attentes de l’entreprise nous avons conçu une architecture distribuée de stimulation/mesure originale. Elle repose sur des unités de stimulation ou de mesures appelées Pod portées par le patient, programmées et contrôlées à distance par le soignant à partir d’un poste unique. Le Pod contient le générateur de courant, la capacité de calcul, la partie radio bidirectionnelle avec les algorithmes et protocoles associés pour garantir la fiabilité des communications y compris en présence d’autres réseaux. Plusieurs défis sont relevés dans ce développement commun : la miniaturisation et la faible consommation d’énergie notamment. À l’avenir il y aura la capacité à traiter plusieurs patients en même temps à partir d’un contrôleur unique, voire de rendre le patient autonome. L’architecture permet la multiapplication pour effectuer différentes stimulations sur un même patient et rééduquer plusieurs membres simultanément.

Que retirez-vous de cette collaboration ?

Georges Billard  : Ce développement a conduit à de nouveaux produits commercialisés dès 2010 après deux années de R&D. Les produits qui intègrent cette technologie représentent déjà environ un quart de notre chiffre d’affaires ainsi que trois créations d’emploi et deux emplois sauvegardés. Cette rupture technologique nous donne une confortable avance sur nos concurrents. Elle a un fort potentiel pour la rééducation et sera source d’autres produits en collaboration avec l’équipe Inria DEMAR. Dans ce développement commun, les chercheurs ont parfaitement intégré les contraintes de temps d’une PME comme la nôtre.

David Andreu  : Le développement avec Vivaltis a permis d’appliquer nos savoir et savoir-faire en architectures distribuées. Dans cette collaboration adossée à un dispositif CIFRE j’ai coencadré une thèse de doctorat de 2008 à 2011 et accompagné le transfert d’innovation. En qualité d’enseignant-chercheur, j’insiste sur la dimension formation et insertion professionnelle des jeunes au travers de telles collaborations avec les PMI. Le travail en commun avec Vivaltis est exemplaire.

--------

(*) L'équipe-projet Inria DEMAR est commune au LIRMM (CNRS - université Montpellier 2) et à l'université Montpellier 1. Elle est localisée à Montpellier.

Mots-clés : Electrostimulation Rééducation fonctionnelle Vivaltis DEMAR Robotique Inria - Sophia Antipolis - Méditerranée

Haut de page

Suivez Inria