Sites Inria

English version

Lien numérique-société

Sylvain Allemand - 12/11/2013

Un Institut de la société numérique, pour quoi faire ?

Nozha Boujemaa, directrice du centre Inria Saclay - Île-de-France de 2010 à 2015, est à l'origine de la création de l'Institut de la société numérique (ISN) dans le cadre de l’Idex Paris-Saclay. Elle nous explique à quels besoins cet institut répond, et quels sont ses objectifs.

Le numérique suscite des espoirs, mais aussi des craintes. On mesure chaque jour un peu plus ses nombreux domaines d’application , des médias à la biodiversité en passant par la sécurité, la santé… Tant et si bien qu’on parle de « société numérique ». Mais que recouvre celle-ci ? Quels risques fait-elle courir aux citoyens ? Ce sont des questions légitimes et auxquelles il faut apporter des éléments de réponse . Inria est déjà en relation étroite avec l’Office parlementaire pour les choix scientifiques et technologiques. Par ailleurs, nous procédons à un travail de médiation scientifique vers les collèges et les lycées, en partenariat, pour ce qui concerne le site de Saclay, avec les Académies de Versailles, Créteil et Paris. Mais il me semblait important d’éclairer aussi les professionnels sur ce que recouvre le numérique, ses potentialités, les obstacles à sa diffusion .

L’an passé, j’ai donc été à l’initiative de la création d’un Institut de la société du numérique dans le cadre de l’Idex Paris-Saclay. Il vise à sensibiliser à la nécessité d’une nouvelle approche : les barrières qu’il nous faut faire tomber pour assurer le déploiement du numérique ne sont pas que technologiques, elles sont aussi économiques et juridiques. D’autres modèles économiques sont à inventer et des contraintes règlementaires à prendre en compte. C’est dire la nécessité d’adopter une vision pluridisciplinaire . Cet Institut mobilise des juristes de l’immatériel, spécialistes du droit de propriété intellectuelle ; des économistes de l’innovation, des spécialistes dans les protocoles de sécurisation de la vie privée, la coévolution homme-machine, le e-learning et les MOOCs… Au-delà des défis technologiques, ces applications soulèvent des questions d’ordre éthique, économique mais aussi juridique . La diffusion du numérique est aussi fonction du degré d’acception sociale, d’appropriation par les individus.

Naturellement, ces enjeux ne concernent pas qu’Inria. C’est pourquoi l’Institut est constitué de bien d’autres parties prenantes que nous avons la chance de compter sur le Plateau de Saclay : l’École polytechnique, Télecom-ParisTech, le CEA, l’Université Paris-Sud… Nul doute qu’un tel institut aurait été plus difficile à mettre en place sur un autre territoire. L’écosystème de Paris-Saclay a permis de réunir aussi bien des ingénieurs que des spécialistes des sciences sociales et économiques, à la pointe sur les questions du numérique. Concrètement sur un thème donné, l’Institut orchestre des recherches communes . Avec le recul dont on dispose, on mesure l’intérêt de se confronter à des spécialistes d’autres domaines, y compris en sciences sociales. Cela permet de savoir en amont de la recherche l’intérêt ou pas de poursuivre dans telle ou telle direction, les possibilités ne serait-ce que d’un point de vue réglementaire. Voyez le cloud computing : pour qu’il fonctionne, il faut que les gens aient confiance, un facteur humain et social s’il en est.

Extrait de l'interview "Pour une approche pluridisciplinaire du numérique" sur le site Media Paris Saclay

Mots-clés : Institut de la société du numérique Nozha Boujemaa Idex Paris-Saclay Inria Saclay Île-de-France

Haut de page

Suivez Inria