Sites Inria

English version

Projet interdisciplinaire

C.Beri - 28/10/2016

Chedy Raïssi : un passionné d’astronomie dans un programme de la NASA

Nasa Retour NASA

Après six semaines passées dans l’accélérateur de projet Frontier Development Lab organisé par la NASA et l’institut SETI, l’aventure continue pour Chedy Raïssi, chercheur dans l’équipe-projet Orpailleur. Retour sur ce programme et ses prolongements. 

Passionné depuis l’enfance par l’astronomie, c’est au cours d’une conférence et d’un échange sur la détection automatique d’objets stellaires qu’il se voit encouragé par une collègue astrophysicienne à postuler au programme « NASA Frontier Development Lab » .

Un programme placé sous le signe de la transdiciplinarité

Ce projet haute sécurité est une première pour un organisme tel que la Nasa sur cette thématique. Sur six semaines, il a rassemblé douze experts en sciences planétaires et en informatique. Le but : trouver des ponts entre ces deux disciplines pour utiliser les avancées technologiques au service de la sécurité planétaire.

La volonté de cette expérience était d’offrir la proximité avec des experts dans un environnement particulièrement favorable à la coopération scientifique, tant entre les équipes de l’accélérateur de projet qu'avec les universités et les entreprises environnantes.

3 équipes, 3 thématiques

Les douze scientifiques sélectionnés étaient répartis en trois équipes avec une thématique spécifique. Une des équipes a travaillé sur des méthodes de détection de météorites à l’aide de drones. Ces derniers sont utilisés pour faire de la reconnaissance sur le terrain mais également pour aider à les localiser. Le deuxième groupe était orienté vers la simulation d’objets géo-croiseurs grâce à des algorithmes d’apprentissage artificiel. Et contrairement à ce que semble préconiser le film Armageddon , il est très peu conseillé de faire exploser un astéroïde, car cela créerait des milliers de débris ingérables qui pourraient entrer en collision avec la Terre...

L’équipe qu’a intégrée Chedy a travaillé sur la reconnaissance de formes d’astéroïdes sur la base d’images radar et leur modélisation en 3D. Pour atterrir sur un astéroïde, le dévier, ou à plus long terme le forer, les scientifiques ont besoin de connaître précisément son aspect, mais également sa composition et son axe de rotation. Jusqu’à présent, générer un modèle d’astéroïde basé sur une image radar nécessitait entre quatre et six mois et une intervention humaine constante pour obtenir une possibilité fiable. L’équipe a cherché à améliorer ces méthodes grâce à l’utilisation de réseaux de neurones profonds. Elle a obtenu des résultats plus que prometteurs : diminution du temps nécessaire (1-2 semaines), avec des conclusions plus fiables et une intervention humaine diminuée.

Nasa Frontier Development Lab  : une coopération qui continue

Malgré les contraintes dues à une durée limitée, ce programme a apporté suffisamment de réponses probantes pour permettre aux équipes et aux instituts de continuer la coopération et d’approfondir ensemble les résultats et recherches. L’enjeu maintenant est de permettre la continuation de ces recherches, malgré la distance et les projets de chacun. Cette expérience se poursuit donc à travers la publication d’articles, de rencontres, d’échanges. Un beau projet, dont on n’a pas encore fini d’entendre parler !

Pour découvrir les résultats de l’équipe Frontier Development Lab de Chedy  :  https://www.youtube.com/watch?v=-Mz4q1XP6ug 

Et des autres équipes   http://www.frontierdevelopmentlab.org/#/results

Mots-clés : Cherry Raïssi Algorithme Inria research centre - Nancy - Grand Est NASA Deep learning Sciences planétaires

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !