Sites Inria

English version

Start-up - InSimo

Patrick Philipon - Technoscope - 30/07/2013

Interview de Jérémie Allard

©InSimo

C'est la demande d'une fondation caritative américaine qui a tout déclenché pour InSimo.
Jérémie Allard, cofondateur et président, revient sur l'épisode et explique ce que les simulateurs médicaux de la jeune entreprise ont de particulier.

Quel a été votre parcours avant d'arriver à Inria ?

En tant qu'universitaire (université d’Orléans et de New Orleans, INP Grenoble), je me suis toujours intéressé à l'aspect recherche. J'ai fait ma thèse à Inria Grenoble, puis un postdoc au Cimit (Center for integration of medecine and innovative technologie ) de Boston. Recruté en 2007 à Inria Lille, en même temps que Stéphane Cotin qui revenait lui aussi de Boston, j'ai travaillé sur une plate-forme de simulation interactive. En 2010, avec Stéphane et deux autres chercheurs, nous avons monté l'équipe Shacra consacrée à la simulation médicale.

Comment avez-vous franchi le pas de la création d'entreprise ?

Vers la fin 2010, plusieurs facteurs se conjuguaient. D'une part les bons résultats de recherche avaient créé une communauté active de scientifiques utilisant notre logiciel. D'autre part, de plus en plus d'entreprises nous contactaient, témoignant ainsi d’un intérêt industriel fort, auquel il nous était difficile de répondre directement. Nous avons alors commencé à réfléchir. Cela a pris du temps car nous étions cinq ou six, chacun avec ses idées et envies. Finalement, les deux ingénieurs de l'équipe (Pierre-Jean Bensoussan et Juan Pablo de la Plata Alcalde) et moi-même nous sommes lancés. Les deux autres chercheurs, restés à Inria, s’impliquent comme experts scientifiques. J'avais envie de voir autre chose que le laboratoire, et en particulier comment de belles technologies peuvent servir dans des produits concrets.

Dès les premières idées, en 2009, Inria nous a aidés à affiner les projets. Nous avons participé au barcamp d'IT-Translation fin 2010 et, depuis début 2012, le projet est officiellement "incubé" au SEMIA (Strasbourg).

Quel a été votre premier gros projet ?

Ce qui a véritablement lancé InSimo est un simulateur de l'opération de la cataracte. Une fondation caritative américaine, HelpMeSee, veut guérir vingt millions d'aveugles dans le monde grâce à une nouvelle méthode opératoire, moins coûteuse que l'intervention classique. Pour cela, il lui faut former d'innombrables chirurgiens. Le fondateur d'HelpMeSee étant un pionnier des simulateurs de vol pour l'entraînement des pilotes, il a pensé à cette voie. En 2012, il nous a mis en concurrence avec des entreprises existantes. Nous avons beaucoup travaillé et notre prototype l'a convaincu... 

Quel est le positionnement d'InSimo, et où en est-elle ?

Nous avons choisi d'être exclusivement des fournisseurs de logiciel. C'est notre cœur de métier, et notre originalité sur ce marché. La partie robotique (le retour d'effort qui simule la réaction des tissus) et la visualisation sont réalisées par d'autres entreprises.

Le prix du MESR (lire ci-contre) va nous permettre de développer d'autres applications médicales de cette technologie: laparoscopie, arthroscopie, neurochirurgie, etc. Nous avons embauché une quatrième personne, et en cherchons d'autres pour notre R&D. Bien qu'issue d'Inria Lille - Nord Europe, InSimo est implantée à Strasbourg, attirée par la création de l'IHU (Institut de chirurgie mini-invasive guidée par l’image), une structure qui rassemble recherche technique et médicale, chirurgiens et patients, grandes entreprises et start-up. 

Mots-clés : InSimo Simulateur médical Shacra HelpMeSee Simulation d'opérations Logiciel

Haut de page

Suivez Inria