Sites Inria

English version

Évènement

5/05/2014

100% Open

©Séverine Fontaine

Lundi 14 avril, le plateau Inria du centre de recherche Inria Lille – Nord Europe a accueilli un débat sur l’Open science , organisé par Nadège Joly et Taïna Cluzeau, étudiantes en journalisme scientifique à l'ESJ de Lille en partenariat avec l'université Lille 1. Revivez les temps forts de ce débat.

Les mots fusent, les réparties s’enchaînent, les mains brandissent des petits cartons de couleurs. Sur le plateau Inria, le débat sur l’Open science a commencé et tout le monde participe. C’est ce qu’on appelle un café science : experts et participants débattent d’un sujet autour d’un verre à la bonne franquette. Ce lundi 14 avril, c’est au tour de l’Open science d’être questionnée. Quel est ce mouvement qui prend de l’ampleur ? Peut-il changer notre façon de faire de la recherche ? Quelles sont ses limites ?

L’idée du café science, c’est l’équipe de chercheurs Scité de Lille 1 qui y a pensé. L’objectif ? Échanger autour d’un thème science & société entre experts et intéressés afin de développer de nouveaux axes de recherche. Pour les épauler, les étudiants de la formation Journaliste et scientifique, chapeautés simultanément par l'université Lille1 et l’École supérieure de journalisme de Lille, organisent les événements.

Taïna Cluzeau et Nadège Joly se sont chargées du bien nommé Café Scité du 14 avril intitulé “Autour de l’Open Science ” et tagué #CaféOS sur Twitter.

Le plateau Inria sur le site EuraTechnologies n’a pas été choisi par hasard pour accueillir l’évènement Open science . Sur 200 m², l’organisme de recherche présente ses dernières innovations aux entrepreneurs intéressés par des partenariats, des technologies développées grâce à une recherche en open access . Inria s’implique dans ce domaine depuis la signature apportée par feu Gilles Kahn, ex-directeur d'Inria, en juillet 2004, à la "Déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance en sciences exactes, sciences de la vie, sciences humaines et sociales". Ainsi depuis 2005 : open source , open data , open access et open science se sont doucement intégrés au vocabulaire courant de l’institut. Le logiciel HAL, pour "hyper article en ligne", développé par le CNRS, est l’une des principales conséquences de la ratification de ce texte. Cette plate-forme web d’archives ouvertes offre aux chercheurs un support pour déposer mais également consulter librement des données autour des sciences et technologies de l’information et de la communication. Depuis peu, Inria a même instauré une obligation de dépôt pour l’ensemble de ses publications et expérimente en parallèle la nouvelle plate-forme Episcience qui couple publication ouverte et évaluation des résultats par des pairs.

Le mouvement Open science , bien que n’ayant de définition fixe, intègre l’idée que la science se doit d’être ouverte dans son intégralité à chacun et ce, de manière libre et arbitraire afin de rendre la recherche plus accessible et transparente. Mais la définition communément admise s’arrête là. Il n’y a qu’à revivre l’intense débat sur l’Open science - grâce au storify de la soirée -  pour se rendre compte de la diversité des arguments exprimés et de la complexité du sujet.


Le plaisir d’organiser un tel événement, le bon déroulement du café, la frustration de devoir restreindre le débat à la partie Open access de l’Open science , ... autant d’éléments qui donnent envie de laisser infuser les idées quelque temps. Un prochain jour sans doute. La science participative sera au cœur d’un retour caféiné ! Affaire à suivre sur le blog consacré à l’événement.

Taïna Cluzeau & Nadège Joly

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !