Sites Inria

English version

Biologie synthétique

27/09/2011

Une bactérie de synthèse pour doser le mercure

adn de synthèse Source : Wikimedia Commons

Concevoir et produire un biosenseur permettant de détecter et de doser le mercure dans l’eau : un défi ambitieux pour les onze étudiants grenoblois qui participent à la 8ème édition de la compétition internationale de biologie synthétique iGEM.

Plus de 150 équipes participent à cette édition 2011 de la compétition internationale iGEM (International Genetically Engineered Machines ), parmi lesquelles pour la première fois une équipe grenobloise. Ces onze étudiants issus de disciplines différentes y présenteront un projet dans le domaine de l’environnement : concevoir et produire un biosenseur permettant de détecter et de doser un polluant dans l’eau, le mercure.

Pour mener à bien leur projet, ils doivent utiliser des fragments d’ADN répertoriés dans une bibliothèque de standards, les "BioBricks", afin de construire un système avec de nouvelles fonctions biologiques. Après avoir conçu et testé leur système, ils doivent le produire et le faire fonctionner dans des cellules vivantes.

Les bactéries ainsi construites à partir des "BioBricks" ont un comportement différent selon la concentration en mercure. Intégré à une plaque de test, ce nouveau système biologique permettrait, après ajout d’un échantillon sur la plaque, une lecture visuelle de la quantité de mercure dans l’échantillon.

schéma biosenseur iGEM 2011 © iGEM Grenoble 2011

Les étudiants travaillent étroitement avec sept laboratoires grenoblois dans lesquels ils reçoivent un encadrement de haut niveau. L’équipe Inria Ibis participe ainsi activement au projet en accompagnant les étudiants sur les aspects modélisation des systèmes bactériens. En biologie synthétique, la modélisation est essentielle car elle permet de tester l’évolution du système en prenant en compte tous les paramètres. Elle permet également de réaliser des constructions tests et donc de prédire le comportement du système avant sa fabrication.

L’équipe grenobloise iGEM défendra son projet lors des présélections à Amsterdam les 1e et 2 octobre 2011. À l’issue de ces présélections, seules quelques équipes participeront à la finale à Boston, pour tenter de remporter le Grand Prix.

iGEM - International Genetically Engineered Machines

Logo iGEM 2011

Organisée à Boston par le MIT (Massachusetts Institute of Technology ) depuis 2003, la compétition internationale iGEM (International Genetically Engineered Machines ) réunit des étudiants de premier cycle universitaire autour de projets de biologie synthétique.

Cette discipline à l’interface entre la biologie, l’ingénierie, la chimie et l’informatique a pour objectif d’utiliser les principes d’ingénierie pour concevoir, construire, synthétiser de nouveaux systèmes ou fonctions biologiques.

Tous les travaux réalisés dans le cadre de la compétition sont disponibles en libre accès.

Mots-clés : IGEM Biologie synthétique Inria Grenoble - Rhône-Alpes

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !