Sites Inria

English version

Prix

17/07/2017

Maria Laura Delle Monache : un parcours franco-américain pour le contrôle de trafic routier

Chercheuse au sein de l’équipe Necs, Maria Laura Delle Monache vient de recevoir le prix « France-Berkeley-Fund Award for high-achieving younger researchers  » avec Samitha Samaranayake (Cornell University , PhD UC Berkeley). La prestigieuse université américaine récompense ainsi l’engagement de la chercheuse pour nouer des liens entre la France et les États-Unis. 

Qu’est-ce que le prix « France Berkeley Fund award  » ?

Maria Laura Delle Monache : Ce prix vise à encourager un projet de recherche mené par un.e chercheur.e français.e et un.e chercheur.e de Berkeley, Californie. Il est donné à des collaborations qui se poursuivent dans le temps. Moi, je travaille avec l’université de Berkeley depuis 2012. Pendant ma thèse, dirigée par Paola Goatin (équipe Opale, Inria à Sophia Antipolis), j’ai pu participer à des recherches avec des doctorants aux États-Unis, grâce au Fonds France Berkeley. Depuis, la collaboration a perduré. Et c’est pour cela que nous avons reçu ce prix avec Samitha Samaranayake. Le prix nous a été remis au Collège de France à Paris le 7 juin dernier.

Quelles sont vos relations avec les États-Unis et avec Berkeley ?

Mon domaine, c’est la modélisation des systèmes de transport. C’est un sujet qui est très développé aux États-Unis. J’ai donc été amenée à côtoyer des chercheurs américains très tôt dans mon parcours : lors de ma thèse, comme je viens de le mentionner, et via une équipe associée, Oreste, entre Inria et Berkeley University. J’ai donc effectué de longs séjours à Berkeley. J’ai également fait mon postdoctorat en deux ans à Rutgers University dans le New Jersey. Aujourd’hui je suis chercheuse au sein de l’équipe Necs, à Grenoble, et je fais à nouveau partie d’une autre équipe associée, Comfort, avec l’université de Berkeley.

Que représente ce prix pour vous ?

C’est une belle reconnaissance car il n’est pas toujours facile de se déplacer aussi souvent et aussi loin. C’est un choix compliqué. Mais je crois que les collaborations entre plusieurs chercheur.e.s de plusieurs pays sont essentielles pour faire avancer la recherche. En tant que chercheur.e, travailler à l’international permet d’avoir accès à d’autres panels de compétences. On découvre aussi des façons différentes d’aborder les choses. Et c’est très enrichissant. Je suis donc très fière de porter cette idée avec ce prix. D’ailleurs, personnellement, je pense poursuivre ma carrière en France, mais bien sûr toujours en collaborant étroitement avec les États-Unis.

En quoi consistent vos recherches et quel est l’apport des chercheur.e.s de Berkeley ?

Je suis une mathématicienne et je fais de la modélisation pour le contrôle et l’optimisation du trafic routier, notamment sur les questions d’accès aux autoroutes et de rerouting. Côté Inria, nous avons conçu des modèles macroscopiques, c’est-à-dire des modèles de trafic avec des équations aux dérivées partielles. Après, avec les ingénieur.e.s de Berkeley, nous avons réalisé des simulations à grande échelle pour voir si ces modèles étaient applicables en situations réelles. En tant que mathématicienne appliquée, la collaboration avec Berkeley me permet de travailler avec des ingénieur.e.s plus spécialisés dans les transports. Notre équipe associée est donc pluridisciplinaire.

Sur quels sujets allez-vous travaillez ensuite ?

Je continue mes recherches sur la modélisation et le contrôle du trafic routier. Mais je vais chercher davantage à étudier l’impact des véhicules autonomes sur le trafic routier. L’idée est d’essayer de comprendre ce qui va se passer quand nous aurons un trafic mixte avec des véhicules autonomes et classiques. Il est évident qu’avec le déploiement des véhicules autonomes, la dynamique du trafic routier sera bouleversée. Notre objectif est d’essayer de comprendre comment tout cela va marcher et d’élaborer de nouvelles stratégies de contrôle. C’est un grand défi pour les prochaines années.

Mots-clés : Trafic routier Modélisation Véhicules autonomes Maria Laura Delle Monache

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !