Sites Inria

Recherche

8/12/2015

L'Inserm recrute environ 300 volontaires pour un essai vaccinal contre le virus Ebola

© Inria / Photo C. Morel

Si la phase aiguë de l'épidémie Ebola en Afrique de l’Ouest semble désormais derrière nous, la mobilisation de la recherche est toujours nécessaire pour trouver des mesures préventives contre le virus Ebola. L'ensemble de la communauté scientifique poursuit les mêmes objectifs : éviter qu'une nouvelle épidémie aussi meurtrière que celle de ces deux dernières années ne voie le jour et protéger toute personne pouvant être exposée au virus.

Dans cette optique, l'Inserm coordonne le projet EBOVAC2 financé par le programme Ebola+ Innovative Medicines Initiative 2 de la Commission européenne. Le projet a été lancé en réponse à la forte épidémie du virus Ebola pour conduire des essais cliniques de phase II afin d’étudier l'efficacité de la réponse immunitaire déclenchée par une stratégie vaccinale préventive et prometteuse "prime-boost" . En France, des centres de recherche clinique en vaccination sont mobilisés afin de recruter environ 300 volontaires en bonne santé. Le projet est coordonné par l'Inserm et sous la responsabilité scientifique de Rodolphe Thiébaut (Responsable de l'équipe-projet Inria SISTM et membre de l'unité Inserm U897).

L’objectif d’EBOVAC2 est de déterminer le profil le plus efficace de la stratégie vaccinale pour stimuler le système immunitaire et protéger contre l’infection du virus Ebola. 

Deux vaccins1 : seront administrés aux volontaires à quelques semaines d'intervalle. Le premier candidat vaccin, appelé "prime" stimule les défenses immunitaires. Le second, appelé "boost" renforce et étend la réponse immunitaire. Plusieurs intervalles d’administration seront étudiés afin de déterminer lequel ou lesquels entrainent le plus de stimulation des défenses immunitaires chez les volontaires. L’écart entre le "prime"  et le "boost"  sera de 28, 56 ou 84 jours. Cette stratégie présente l’avantage de conférer potentiellement une meilleure immunité et surtout plus durable. 

Comment s’organise l’essai vaccinal du projet EBOVAC2 ? 

Après les résultats préliminaires des essais de phase I toujours en cours en Afrique, en Angleterre et aux États-Unis, démontrant que la combinaison vaccinale est bien tolérée par l'organisme, la phase II du projet de recherche EBOVAC2 a pu commencer. Elle est menée en France et en Angleterre (université d'Oxford) auprès de 630 volontaires. Il est prévu de recruter également 1188 volontaires dans plusieurs pays d’Afrique dans un second essai de phase II. 

La durée de participation de chaque volontaire est d'un an. Chacun d'entre eux sera examiné et sera suivi personnellement par un médecin de l’étude. Les participants auront entre neuf et quinze visites et recevront soit les vaccins actifs, soit leur placebo. Le participant peut interrompre à tout moment sa participation à l’essai et recevra une indemnisation compensatoire. 

L’essai vaccinal a reçu les autorisations réglementaires garantissant la sécurité des participants (avis favorable du Comité de protection des personnes d’Île-de-France III et autorisation de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). 

Quels sont les critères auxquels doivent satisfaire les volontaires ?
  • Avoir entre 18 et 65 ans. 
  • Se situer à proximité d’un des centres participant à l’essai à Paris (75), Créteil (94), Lyon (69), Marseille (13), Rennes (35), Saint Etienne (42), ou Strasbourg (67). 
  • Être en bonne santé.
  • Être affilié ou bénéficiaire d’un régime de sécurité sociale.
  • Pour les femmes, ne pas être enceinte, ne pas allaiter, et utiliser une contraception efficace.
  • Ne pas participer simultanément à une autre recherche biomédicale et ne pas donner son sang pendant la durée de l’essai. 

___________________________________________

 1 Ad26.ZEBOV développé par Crucell Holland BV, une des entreprises pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson et MVA-BN-Filo développé par Bavarian Nordic 

Mots-clés : SISM Inserm Essai vaccinal Ebola Centre de recherche Inria - Bordeaux - Sud-Ouest Vaccin

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !