Sites Inria

Histoire d'Internet

Françoise Breton - 10/10/2011

Le ".fr" a 25 ans !

Porrait Jean-Pierre Verjus © INRIA / Photo Jim Wallace  © INRIA / Photo Jim Wallace

Le versant français d’internet est né au sein d'Inria et y a été développé jusqu’en 1996, moment où l’institut a externalisé un projet à succès qu'il ne pouvait plus poursuivre en interne. Retour sur une époque où l’Afnic était encore en gestation, avec Jean-Pierre Verjus, conseiller auprès du président d'Inria.

Comment était perçu Internet en France ? qu’est-ce que cela représentait ?

Jean-Pierre Verjus :  Il était entendu qu’Internet était une histoire de chercheurs qui ne dépasserait pas les frontières des instituts et des universités. En France, le minitel représentait le futur et, lorsque dans des conférences visant les industriels, je prédisais que le minitel se ferait déborder par l’internet, je ne récoltais que des réactions incrédules ou hostiles ! 

Pourquoi la gestion des noms de domaine en France a échu à l’institut ?

Jean-Pierre Verjus :   Il fallait être chercheur en informatique à l’époque pour mettre en place un tel système. Au départ le .fr n’existait pas et il fallait indiquer le chemin que parcourait le message pour arriver à destination. Il fallait une demi-journée pour atteindre un correspondant aux Etats-Unis. Inria qui était alors en pointe dans ces domaines s’est assez naturellement vu confier par l’internet assigned numbers authority  (IANA, une composante de l’ICANN, autorité suprême de régulation de l’Internet) la gestion des noms de domaine pour le territoire national sous le nom de NIC-France. En effet, lorsque les noms de domaine ont été inventés et leur gestion prise en charge par le Network information center  (NIC ) — un organisme international tenu par les américains —, il a été décidé qu’une gestion au niveau national était souhaitable. Qui détient le nommage connaît tout des communications des citoyens. 

Pourquoi la gestion du nommage a-t-elle quitté Inria en 1998 ?

Jean-Pierre Verjus :   Il s’agissait d’un service destiné à la R&D française. Au début des années 1990 on comptait 300 noms de domaine en .fr. Ils ont dépassé aujourd’hui les deux millions. Cette expansion s’est faite très rapidement. D'abord par l’accession des entreprises, puis des particuliers en 2006 au nom de domaine, puis par l’apparition de nombreux prestataires de service qui ont suivi la création du web au tournant des années 1990. La technologie était mûre et bien répandue. Le président d'Inria de l’époque considéra que le soutien de NIC-France n’était plus dans les missions de l’Institut. Ses recettes étaient suffisantes pour assurer son développement indépendant et le nombre de personnes mobilisées pour assurer son fonctionnement était trop lourd pour notre budget. NIC-France a été externalisée sous forme d’une association, l’Afnic (Association française pour le nommage internet en coopération). Les règles de dépôts et de gestion des noms de domaine internet en France sont désormais fixés par une loi qui tient compte, depuis le début de l’année, des remarques émises par le Conseil constitutionnel.

Donner un nom, c’est avoir une identité

Avoir un nom de domaine permet de disposer d’une adresse sur internet plus facile à mémoriser que l’adresse IP, une série de chiffres associée à chaque appareil branché sur le réseau et lui permettant d’acheminer les messages au bon destinataire. L’Afnic alloue les sous-domaines pour le domaine de premier niveau ".fr" correspondant au territoire. 

Mots-clés : Nommage Afnic Internet Histoire de l'informatique

Haut de page

Suivez Inria