Sites Inria

Journée internationale des droits des femmes

Sarah Alzieu - 7/03/2017

Inria célèbre le talent de ses chercheuses

Permettre à tou·te·s d'accéder aux métiers de la recherche sans que le genre ne représente un frein est un enjeu d'égalité majeur, spécifiquement dans le domaine des sciences du numérique. À travers un comité dédié, fondé en janvier 2015, Inria agit en faveur de la place et de la reconnaissance des femmes dans la recherche. L'année écoulée ayant une fois encore démontré l'importance de leur contribution - saluée par des prix, récompensée par des financements... -, découvrez quelques uns de ces projets d'exception à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

3 minutes pour comprendre...

Le projet de Fadwa Rebhi, ingénieure de l'équipe MiMove pour Ambiciti



Le projet de Marzieh Kohandani Tafreshi, ingénieure dans un Inria Innovation Lab



Elles font l'actualité des sciences du numérique

Christine Azevedo : chercheuse responsable du projet Freewheels

Des mois de préparation ont été nécessaires à l’équipe CAMIN, emmenée par Christine Azevedo, pour affiner la stratégie technico-sportive qui a permis de conduire le sportif paraplégique Jérôme Parent à la 6e place de la course de cyclisme assisté par stimulation électrique lors de la première édition du Cybathlon. Retrouvez le projet en détails.


Yanlei Diao : ERC Consolidator

Reconnue internationalement pour son expertise dans le traitement des flux de données massives, Yanlei Diao a développé de nombreuses collaborations avec des sociétés comme Google ou Microsoft avant de rejoindre Inria et l'équipe CEDAR. En 2016, elle était lauréate d’une bourse ERC Consolidator pour son projet "Big Fast Data" . Il s'agissait de la première distinction accordée à un enseignant-chercheur titulaire d'une chaire d'excellence financée par l'université Paris-Saclay.


Paola Goatin - Inria / Photo Y. Obrenovitch

Paola Goatin : trophée Femmes en Or

Ses travaux dans le domaine de la modélisation macroscopique du trafic routier et des mouvements de foule connaissent une renommée internationale. Entrée à Inria en 2008 après un diplôme de l’université de Padoue, de l’école internationale d'études supérieures avancées de Trieste et de l’université de Toulon Var, Paola Goatin est lauréate d’une bourse "jeune chercheur" du conseil européen de la recherche en 2010 et du prix "jeune chercheur" en 2014. Responsable de l'équipe-projet ACUMES, la qualité de ses travaux de recherche est une nouvelle fois saluée en 2016 par le Trophée Femmes en or, catégorie "Smart City" .


Anne-Marie Kermarrec : ACM fellow

En 2016, la contribution d'Anne-Marie Kermarrec à l'informatique distribuée à large échelle est récompensée par le titre prestigieux d'ACM Fellow . Maître de conférences à l'université de Rennes 1 de 1998 à 2000 après une thèse soutenue en 1996 lorsqu'elle est postdoctorante à la Vrije Universiteit d'Amsterdam, elle rejoint Inria en 2004 comme directrice de recherche après un passage à la Microsoft Research de Cambridge. En 2006, elle fonde l'équipe ASAP, qu'elle dirige jusqu'en avril 2015. Entre temps, lauréate d'une ERC starting Grant en 2008, du prix Montpetit de l'Académie des sciences en 2011, d'une ERC Proof of Concept et d'un Google focused award en 2013, elle devient également membre de l'académie européenne. Cofondatrice et directrice de la start-up Mediego, elle met ses compétences au service des services de marketing prédictif personnalisé.


Nataliya Kosmyna distinguée : bourse Femmes et Science 

Venue d'Ukraine après une licence en informatique afin de mener à bien un doctorat à l'université Grenoble Alpes, Nataliya Kosmyna voit sa thèse sur le coapprentissage dans les interfaces cerveau-ordinateur récompensée par un prix. Elle intègre Inria pour un postdoctorat au sein de l'équipe HYBRIDE et y poursuit ses travaux de recherche sur l'intelligence artificielle, ceux-là même qui lui valent, en 2016, d'être distinguée par la Fondation L'Oréal – Unesco !


Nina Miolane : bourse Femmes et Science

En 2016, les travaux de Nina Miolane sur le patient virtuel sont récompensés par la Fondation L'Oréal – Unesco dans la catégorie "Explorer le cerveau, un terrain à conquérir". Postdoctorante au sein de l'équipe-projet ASCLEPIOS, la chercheuse de tout juste 25 ans est également passée par l’équipe associée Inria - Stanford GeomStats. En décembre dernier, elle soutenait sa thèse : "Un Homme virtuel pour la médecine du futur". Désormais en postdoctorat à Stanford avec une bourse Inria@Siliconvalley, ses travaux visent notamment à développer une approche préventive de la médecine : « Un tel modèle pourrait servir de base à des technologies d'aide au diagnostic, présymptomatique, dans un futur proche  », déclare-t-elle. À suivre, donc...


Maria Naya-Plasencia : ERC Starting Grant

Diplômée de l'ETSIT de l'université Polytechnique de Madrid et de Télécom Sud-Paris, María Naya-Plasencia obtient son doctorat en 2009 à l'université Pierre et Marie Curie avant d'intégrer Inria en 2012, au sein de l'équipe-projet SECRET. Membre des comités de programme de plusieurs conférences internationales (Crypto, Eurocrypt, Asiacrypt), elle est également, depuis 2016, corédactrice en chef du journal Transactions on Symmetric Cryptology.


Liliana Cucu-Grosjean évoque le sujet "Femmes et Sciences"

Réécoutez l'intervention de la cofondatrice du Comité-Parité sur l'état de l'art de la place des femmes dans la science.


Mots-clés : Parité Égalité ; parité ; journée du droit des femmes ; société

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !