Sites Inria

English version

Disparition

24/11/2017

Hervé Mathieu, fer de lance de la modernisation d'Inria

© Inria / Photo P. Caron

Hervé Mathieu, directeur général adjoint d’Inria de 1996 à 2004 et délégué général à l'administration des ressources et des services d’Inria de 2006 à 2012, nous a quittés le 16 novembre 2017.

Ingénieur de l'École centrale Paris, Hervé Mathieu a d'abord été chercheur au Centre de recherche d'urbanisme : passionné par les modèles de développement urbain, il a publié plusieurs études dès les années soixante-dix sur l’organisation urbaine et l’insertion des technologies dans la ville.

Poursuivant ces réflexions, il entre en 1981 comme chargé de mission au ministère de l'Équipement, d’abord au sein de la Mission de la recherche urbaine (MRU), puis dans la Cellule de prospective de la direction de l’urbanisme (GAP) où il travaille à la mise en place de programmes incitatifs de recherche sur des thématiques avant-gardistes, notamment le lien entre problèmes énergétiques et aménagement urbain, mais aussi les implications spatiales de la réduction de la durée du travail.

Il devient en 1983 secrétaire permanent adjoint du « Plan urbain » (programme de recherche interministériel sur la ville), avant d’occuper des fonctions de direction à l'École nationale des ponts et chaussées.

En 1996, Hervé Mathieu rejoint Inria pour y occuper le poste de directeur général adjoint jusqu’en 2004. Aux côtés de Bernard Larrouturou, et avec Gilles Kahn et Laurent Kott, il participe activement à la définition du projet qui a conduit à  la croissance d’Inria, avec notamment  la création des trois nouveaux centres de Bordeaux, Lille et Saclay, et au doublement en dix ans des effectifs de l’institut.

Hervé Mathieu rejoint le CNRS au début de l’année 2005 comme secrétaire général et directeur des ressources humaines.

Il revient en novembre 2006 chez Inria en tant que délégué général à l'administration des ressources et des services. Il prend sa retraire en 2012, année où il reçoit le Grand Prix d’honneur Inria.

Témoignages

C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai appris la disparition d'Hervé. La période où il a été délégué général à l'administration des ressources et des services d'Inria correspond à peu de choses près à la période où j'étais au comité de direction d'Inria en tant que directeur de centre. J'ai donc eu de nombreuses occasions d'échanger et de travailler avec Hervé et d'apprécier l'étendue de ses qualités et de sa compréhension fine des nombreux rouages visibles ou cachés d'un EPST. C'était souvent un grand moment quand il nous expliquait le résultat de ses réflexions et des solutions qu'il avait imaginées, notamment pour permettre de la mutualisation intelligente et de la cohérence au sein de l'institut. Je garde le souvenir d'un homme qui malgré la lourde charge de travail qu'il portait, restait calme, aimable, disponible et attentif aux questions des uns et des autres.
L'empreinte laissée en nous par ceux qui nous ont quittés, ce qu'ils nous ont appris et transmis, est certainement le plus bel hommage que nous pouvons leur rendre. J'adresse mes plus sincères condoléances aux proches et à la famille d'Hervé.

                                                                                                                                        Karl Tombre

 

Notre peine à tous est immense, Hervé Mathieu avait tellement de profondeur et une telle perfection comportementale. 

                                                                                                                                        Jean-Pierre Verjus  

 

Il y a des personnes qui marquent nos vies professionnelles : Hervé Mathieu a été pour moi de celles-là. 
J’ai eu l’opportunité de travailler avec lui en tant que chercheur, en tant que directeur de centre puis dans l'équipe de la direction générale que Michel Cosnard avait réunit autour de lui en 2010. Dans toutes ces situations cela a été l’occasion d’apprécier son intelligence, sa connaissance profonde d'Inria et de ses environnements humain, scientifique, organisationnel ou institutionnel, son calme et sa puissance de travail, sa gentillesse attentive mais sans complaisance. Hervé a clairement joué un rôle crucial dans l'évolution d'Inria et dans ce que nous appelons souvent notre ADN. Son enthousiasme communicatif pour aider à la recherche de solutions élégantes et pratiques au service de la recherche et en particulier d’Inria était remarquable et apprécié de tous. 
La nouvelle de la disparition d'Hervé m'a profondément attristé tout en me remettant en mémoire le plaisir, l'intérêt et l'honneur d'avoir pu travailler avec lui.
J'adresse mes sincères condoléances et pensées à sa famille et ses proches.
                                                                                                                                        Claude Kirchner

 

La perte d'Hervé cause certainement à tous ceux qui l'ont connu comme à moi une immense tristesse. Il avait cette qualité rare, tant sur le plan professionnel qu'humain, de savoir écouter et comprendre tous ceux qu'il rencontrait. Comment penser à lui sans penser intelligence, bienveillance, droiture au service de l'intérêt général. Les moments de partage avec lui étaient autant sources d'enrichissement que des moments d'amitiés. Combien je comprends la peine de sa famille.

                                                                                                                                         Jean-Yves Babonneau

 

C'est avec une vraie tristesse que j'ai appris la disparition d'Hervé  avec qui j'ai eu l'honneur et la chance de travailler étroitement durant les cinq années que j'ai passées chez Inria comme DRH. Je garde le souvenir d'un homme remarquable tant sur le plan professionnel que sur le plan humain. Son intelligence, sa capacité de travail, son enthousiasme serein mais aussi sa naturelle et constante bienveillance pour tous et chacun faisaient de lui un homme qui marque un parcours professionnel et que l'on oublie pas. Je pense a sa famille qu'il chérissait tant, et partage sa peine.
                                                                                                                             Francoise Cazenave Pendaries

 

Il est des sourires chaleureux qui accompagnent la vie professionnelle. Surtout quand ils s'allient à l'intelligence, l'enthousiasme et l'empathie. De 1996 à 2012, sur le site de Rocquencourt, Hervé a, constamment, été présent pour tous. Sa présidence des CAP résumerait, s'il le fallait, l'intérêt porté aux agents d'Inria. Inria perd un des grands hommes qui ont créé son âme.
J'adresse mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses amis.

                                                                                                                                            Isabelle Herlin

 

Je n'ai pas souvent croisé Hervé mais je me souviens de la première fois. C'était à l'occasion d'une réunion du comité de direction d'Inria à Saclay, en juin 2003. Pendant une pause, j'avais présenté avec d'autres des démonstrations de choses faites par l'équipe-projet InSitu créée un an plus tôt. C'est la seule fois où j'ai vu "la bande des 4" réunie et j'en garde un bon souvenir. Le premier sentiment d'appartenance à l'institut peut tenir à quelques minutes d'écoute de la direction pendant une pause. Mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

                                                                                                                                           Nicolas Roussel

 

Hervé était sérieux et enthousiaste, passionné et rationnel. Bienveillant, respectueux des personnes, d'une authentique simplicité. Nous avions plaisir à travailler avec lui, il nous faisait progresser, nous encourageait à donner le meilleur. Il haïssait la bureaucratie, cherchait toujours à construire un compromis inventif, utile à tous.
Il ne sera jamais vieux, nous avons perdu quelqu'un de cher, un ami. Nous ne l'oublierons pas.

                                                                                                                                          Christine Prigent

Mots-clés : Hervé Mathieu Grand Prix d'honneur Inria CNRS

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !