Publications

Inria publie un livre blanc sur l'Internet des objets (IoT)

Date:
Mis à jour le 19/01/2022
De la même manière qu’Internet a profondément bouleversé notre société, l’Internet des objets (Internet of Things, ou IoT en anglais) impactera tous les secteurs de l’activité humaine et les niveaux de la société : notre habitat, nos espaces urbains et ruraux, nos véhicules, notre travail, nos usines, nos villes, notre agriculture, nos systèmes de santé… Dès lors, il est crucial de comprendre les fondements et les enjeux de l’IoT. Ce livre blanc, définit ainsi les contours de l’IoT, sa genèse, son actualité et en identifie les principaux défis sociétaux, techniques et scientifiques.
puces rfid
© Inria / Photo C. Morel

Comprendre les enjeux de l'IoT

Une forte accentuation de l’omniprésence de l’Internet des objets (IoT) paraît inéluctable : il s’insère dans les moindres aspects de la vie de tout un chacun, connecte tout (des milliards de nouvelles machines hétérogènes communicantes) et mesure tout de nos agissements collectifs à l’échelle planétaire et au-delà, à nos plus infimes signaux physiologiques individuels, en temps réel. Cette omniprésence est à double tranchant : elle défie l’imagination pour le meilleur (automatisations, optimisations, fonctionnalités innovantes…) comme pour le pire (surveillances, dépendances, cyberattaques…). L’IoT étant en perpétuelle évolution, de nouveaux défis sociétaux en termes de protection de la vie privée, de transparence, de sûreté et de nouvelles responsabilités civiles ou industrielles commencent à apparaître.

L’IoT s’appuie sur un ensemble de plus en plus complexe de concepts et de technologies imbriquées ou enfouies. Pour un acteur industriel, cette complexité grandissante rend plus difficile (voire illusoire) d’envisager seul la maitrise fine, de bout en bout, des éléments constitutifs de l’IoT. Néanmoins, la culture générale de demain devra appréhender les fondements technologiques de l’IoT. Un défi pour l’enseignement est donc d’augmenter progressivement la sensibilisation à l’IoT, à la fois pour préserver la souveraineté et le libre arbitre des individus, et pour mieux amorcer les formations de nos scientifiques et nos techniciens. Un institut public de recherche tel Inria peut contribuer à la fois à maîtriser et à expliquer les fondements technologiques de l’IoT, ainsi qu’à préserver la souveraineté en Europe.

L’IoT augmentera inévitablement la dépendance à certaines technologies enfouies. Ceci implique d’identifier les nouveaux risques, et d’élaborer de nouvelles stratégies pour tirer tous les bénéfices de l’IoT, tout en minimisant ces risques. Comme dans d’autres domaines où il faut chercher à préserver continuellement l’éthique sans pour autant entraver l’innovation, l’encadrement de l’IoT par la loi est un effort à la fois nécessaire et ardu. Il semble toutefois clair que le niveau européen est le niveau adéquat (comme le montre le RGPD par exemple) pour peser face aux géants industriels ou autres superpuissances. D’autre part, les normes technologiques ayant une influence grandissante sur notre société, il paraît indispensable de participer activement aux processus de normalisation des technologies IoT. Les normes ouvertes notamment, ainsi que l’open source conçu comme "bien commun public", seront des moteurs de premier plan pour l’IoT tout comme ils l’ont été pour Internet.

Enfin, le défi environnemental auquel nous faisons face pourra être mieux capturé, et on l’espère, atténué, grâce à une utilisation massive de l’IoT. À ce propos, il ne s’agit pas seulement de réduire le coût en ressources naturelles consommées par l’IoT (pour sa production, son déploiement, son entretien, et le recyclage). Il s’agit aussi d’être en mesure de pouvoir évaluer plus précisément, à l’échelle planétaire, le bénéfice net global de l’IoT sur l’environnement.

Consulter le livre blanc en ligne

Illustration Enjeu IoT - Capteurs sans fil
© Inria / Photo C. Morel

Au cœur des objets connectés

Dernières actualités

Inria relève les défis d'un Internet des objets plus sûr, efficace et moins énergivore.