Initiative scientifique Covid-19 : Face Au Virus

Date :
Mis à jour le 22/06/2020
Face Au Virus est une initiative scientifique ouverte lancée par des chercheurs d'Inria (notamment Laurent Massoulié, directeur du laboratoire commun Microsoft Research/Inria et chercheur au sein de l'équipe-projet commune Dyogene), du CNRS et de l'Université PSL (Dauphine - PSL, ENS - PSL , MINES Paris Tech - PSL), accompagnés par un mécénat de compétences de l’entreprise Emerton Data. Elle a pour objectifs de contribuer à l’information générale sur l’épidémie ainsi qu’à la définition et au suivi des politiques publiques de gestion de crise.
Face Au Virus - Image Couverture

 

L'initiative travaille sur la prise en compte des mobilités dans la modélisation de l'évolution de l'épidémie. Pour compléter les données statistiques sur l'épidémie collectées par les pouvoirs publics, elle dispose de données, fournies par des acteurs privés (dont Facebook), qui permettent de suivre l'évolution de différentes caractéristiques des mobilités.

Face Au Virus porte une grande attention à ce que l’utilisation des données se fasse dans le respect des droits et des libertés fondamentales et ne vise en aucun cas à l'identification de comportements individuels. L'initiative ne collecte aucune donnée spécifique et ne traite que des résumés statistiques des données de mobilité.

Principaux enseignements

Porteurs : Laurent Massoulié (EP Dyogene, directeur du laboratoire commun Microsoft Research / Inria)

Partenaire : CNRS, Dauphine, PSL, ENS, MINES ParisTech, Emerton Data

#anonymat #modélisation

 

 

Depuis plusieurs semaines, la France vit au rythme des mesures annoncées par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Ces  mesures ont eu un impact fort sur la mobilité des français, dont les déplacements ont été réduits de près de 80% au cœur du confinement par rapport à une période de référence antérieure au confinement de 45 jours pour les données de mouvements et de 90 jours pour les données de population.

L’objet de cette étude est d’analyser, à partir d’un ensemble de données anonymisées fournies par Facebook, les mouvements des usagers depuis le mois de février, et d’en tirer un ensemble d’enseignements pouvant aider les pouvoirs publics à mieux appréhender la gestion de la crise, en particulier pour la période de déconfinement en cours. De l’analyse des déplacements à des échelles départementales, nationales et supranationales (européenne) résulte une forte diminution de l'ensemble des déplacements. S'ensuit une lente reprise progressive tout au long de la période de confinement, qui reste modérée même depuis les premières mesures de déconfinement. Des différences apparaissent à l'échelle européenne en fonction des politiques publiques mises en place. Il existe également des disparités régionales notamment au niveau de la connexion entre les départements, selon leur démographie.

Cartes Projet Face Au Virus
Réduction des déplacements entre départements, par rapport au niveau de référence de chaque département

Rapport de l'étude

Retrouvez tous les constats et enseignements tirés de l'étude des chercheurs dans ce rapport complet.

 

Deux questions à Laurent Massoulié

Directeur du laboratoire commun Microsoft Research / Inria et chercheur au sein de l'équipe-projet commune Dyogene 

  • Quelle fut la genèse de votre projet ?

Je connais les modèles épidémiologiques pour avoir longtemps travaillé à la conception et l’analyse d’algorithmes de « dissémination épidémique » d’information dans les réseaux, et tout particulièrement dans les réseaux pair-à-pair. Après le 17 mars, j’ai voulu mettre à contribution cette expérience. J’ai initialement proposé de développer des modèles épidémiques tenant compte de la mobilité des personnes pour estimer l’état des populations, et ainsi guider le choix de personnes à tester.

 
  • Comment se développe-t-il aujourd'hui et quels sont ses objectifs ?

Une partie importante de mon travail aujourd’hui se fait au sein de projets portés par Stéphane Gaubert, en collaboration avec les SAMU Parisiens. Nous y oeuvrons à la prédiction à court terme de l’épidémie et à la conception de mécanismes de détection d’une éventuelle résurgence épidémique. Une autre partie se fait avec des chercheurs de PSL, où nous travaillons notamment sur des données de Facebook, et analysons rétrospectivement l’impact de la mobilité des populations sur la propagation épidémique. Cela a vocation à informer le choix de mesures de déconfinement.

L'équipe du projet

Auteurs

  • Jamal Atif (Dauphine - PSL, Lamsade)
  • Olivier Cappé (CNRS, DI ENS - PSL)
  • Akin Kazakci (MINES ParisTech - PSL, IHEIE)
  • Yannick Léo (Emerton Data)
  • Laurent Massoulié (Inria, DI ENS - PSL)
  • Olga Mula (Dauphine - PSL, Ceremade)

Autres participants

  • Cédric Adjih (Inria)
  • Karthik Bhargavan (Inria)
  • Aline Carneiro Viana (Inria)
  • Yann Chevaleyre (Dauphine - PSL)
  • Raphaël Ettedgui (Dauphine-PSL, LAMSADE)
  • Luca Ganassali (Inria)
  • Philippe Jacquet (Inria)
  • Marc Lelarge (Inria)
  • Arthur Mensch (CNRS)
  • Parsad Naldurg (Inria)
  • Gabriel Peyré (CNRS)
  • Rafael Pinot (Dauphine-PSL, LAMSADE)
  • Pierre Senellart (ENS - PSL)
  • Igor Vujic (MINES ParisTech - PSL)