Ambition Inria 2023 : les engagements concrets du contrat d’objectifs et de performance d’Inria avec l’État

Date :
Mis à jour le 15/03/2020
Alors que « le logiciel dévore le monde », la France doit construire les conditions de sa souveraineté numérique pour garder son autonomie stratégique. La volonté d’Inria, l’institut national de recherche en sciences et technologies du numérique, est de répondre à cet enjeu par la recherche et l’innovation en construisant, avec ses partenaires, un leadership scientifique, technologique et industriel dans le numérique. Le projet Inria Ambition 2023 a été lancé mardi 18 février 2020 en présence de Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation et de Cédric O, secrétaire d’État chargé du Numérique.
Visuel ambition Inria 2023

 

Inria est ainsi une composante audacieuse et engagée de l’écosystème académique, industriel et entrepreneurial du numérique. 

Nos objectifs pour les quatre ans à venir ? 

Accélérer la construction d’un leadership scientifique et technologique de la France, dans une dynamique européenne

Inria fait le choix d’assumer des priorités scientifiques à la fois dans le cœur du numérique, dans la sécurité numérique, dans l’intelligence artificielle, dans l’informatique quantique, et pour répondre aux grands défis de la société où le numérique joue un rôle clé (de la médecine personnalisée à l’agriculture de précision, en passant par la réduction de l’empreinte énergétique du numérique). Dans ce cadre, Inria renforce son modèle organisationnel unique, celui d’équipes-projets avec des feuilles de route de recherche d’innovation, agiles et focalisées, propices à la prise de risque, à l’interdisciplinarité et au développement logiciel, engagées dans des partenariats, et le met à disposition de ses partenaires, grandes universités de recherche ou organismes (CNRS, CEA, INRAE, INSERM, et demain également l’IFPEN). Et sa politique scientifique s’inscrit également dans la construction de l’espace européen de recherche et d’innovation, que ce soit à travers son implication dans les programmes communautaires (Horizon Europe, Digital Europe, EIT, EIC) ou la construction de partenariats bilatéraux stratégiques, notamment avec l’Allemagne, comme en témoigne son accord récent avec le DFKI sur l’intelligence artificielle

Avoir un impact économique dans les territoires, pour contribuer à la revitalisation et à la pérennité d’une base industrielle française et européenne par et dans le numérique

Inria fait le choix de donner la priorité aux entreprises qui créent des emplois en France, à travers des partenariats bilatéraux et des équipes-projets conjointes. A travers son partenariat avec Bpifrance, l’institut se donne pour ambition de passer à l’échelle pour l’entrepreneuriat technologique avec la cible de 100 projets de startups Deeptech numériques par an en 2023. Au cœur de ce dispositif, la création du Inria Startup Studio pour le codesign des projets entrepreneuriaux adossés à la recherche publique dans le numérique, un dispositif ancré dans les grands campus universitaires de recherche sur lesquels Inria est présent. En créant une offre de formation continue sur les logiciels libres issus de la recherche publique, Inria veut aussi accompagner la transformation numérique des PME et ETI françaises.

Renforcer l’apport d’Inria aux politiques publiques

De la coordination du Plan IA à la priorité assumée pour le secteur Sécurité-Défense, avec ses partenaires de l’autorité nationale en matière de sécurité et de défense des systèmes d'information (ANSSI) ou de l’agence de l’innovation de Défense (AID), en passant par la régulation numérique avec la Direction générale des entreprises, l’institut a un vrai rôle à jouer auprès de l’État. Par ailleurs, l’institut poursuit le combat mené pour donner l’envie aux jeunes, et notamment aux jeunes lycéennes, de faire des sciences et de la technologie, dans le cadre du projet 1 scientifique/1 classe : Chiche !, avec ses partenaires et avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

Être au service du développement des grandes universités de recherche

Inria se pense sans ambiguïté au service du développement des grandes universités de recherche. L’évolution de la politique de site de l’institut se traduit ainsi par une convergence stratégique avec les partenaires, par des actes symboliques (comme le renommage de ses centres) et par l’ouverture de ses dispositifs opérationnels spécifiques au numérique au bénéfice de la stratégie des acteurs territoriaux. 

Par ailleurs, le projet comprend la création d’un centre Inria à Lyon et le renforcement ciblé des deux antennes à Montpellier et à Strasbourg, sur la base des partenariats existants et en mettant l’accent sur les spécificités scientifiques de chaque région.

Mettre en œuvre une infrastructure de recherche et d’innovation à l’organisation efficace et sereine, être un employeur exemplaire

L’institut doit se transformer pour réaliser son ambition globale. Il consolide son organisation en veillant à ce que sa culture soit partagée par tous, dans de bonnes conditions de travail, en renforçant une politique sociale promouvant la parité, prenant en compte les situations de handicap, luttant contre les discriminations et toute forme de harcèlement. Les questions sociétales irriguent donc aussi les défis que l’institut est amené à relever en tant qu’employeur. Citons à titre d’exemple la place des femmes dans l’institut et plus globalement dans le numérique : Inria se donne pour ambition d’avoir en 2023 30% des responsables d’équipes-projets qui seront des femmes (contre 13 % aujourd’hui). L’emploi des personnes en situation de handicap, notamment les scientifiques, est un sujet sur lequel l’institut a également engagé une politique volontariste, avec le lancement d’un Plan Handicap en octobre 2019.

C'est l'ambition d'Inria pour 2023.

Bruno Sportisse
© Inria / Photo Pierre Morel

Bruno Sportisse, PDG Inria

« Le COP d’Inria réaffirme notre rôle comme un bras armé de l’État pour la souveraineté numérique, par la recherche et l’innovation. Il donne un cadre d’ambition, d’engagement et de responsabilité et nous oblige, en tant qu’institut de recherche public, auprès de la Nation. Notre projet nécessite une volonté sans faille car les défis sont complexes et les difficultés nombreuses. Il repose sur la confiance de tous les acteurs impliqués, qu’ils soient internes ou externes, et sur leur courage pour mener à bien les transformations que nous initions et que dictent les circonstances de l’accélération numérique. »