Vers une sobriété numérique : retour sur la présence d'Inria à l’OVHcloud Ecosystem Experience

Date:
Mis à jour le 13/04/2021
François Cuny, Directeur général délégué à l’innovation d’Inria, et Romain Rouvoy, chercheur Inria, sont intervenus lors de l’OVHcloud Ecosystem Experience sur le sujet de la consommation énergétique du cloud. L’occasion de faire le point sur le rôle à jouer pour l’institut en matière d’impact environnemental du numérique. Jean-Frédéric Gerbeau, Directeur général délégué à la science d’Inria, répond à nos questions.
application mobile Ambiciti : les téléphones captent le niveau du bruit ambiant et l’utilisateur a accès aux mesures prises pendant son trajet.
© Inria / Photo C. Morel

On parle aujourd'hui beaucoup de numérique frugal. Comment Inria est-il amené à se positionner sur ce sujet ?

La transition écologique est un des défis majeurs de notre époque. Elle concerne quasiment tous les domaines, dont bien sûr le numérique, puisque la fabrication du matériel, son utilisation et sa fin de vie ont une empreinte environnementale en forte progression.

Architectures, compilateurs, logiciels, systèmes embarqués, programmation, algorithmique, réseaux :  dans chacun de ces domaines traditionnels d’Inria, la notion de sobriété peut être prise en compte, ce qui soulève de nouvelles questions.

Il est intéressant de noter que la mesure de l’impact du numérique relève elle-même de la recherche. Les émissions de CO2 ne sont en effet pas le seul indicateur : de nombreux autres paramètres, comme l’écotoxicité de certains composants, doivent aussi être pris en compte. Des scientifiques d’Inria travaillent sur ces aspects systémiques, et sur l’analyse complète des cycles de vie.

Pourquoi un institut de recherche comme Inria devrait-il s’intéresser à la réduction de l’impact environnemental du numérique ?

L’article 9 de la Charte de l’environnement, qui est un texte de valeur constitutionnelle, dispose : « La recherche et l'innovation doivent apporter leur concours à la préservation et à la mise en valeur de l'environnement ». Il est donc naturel qu’Inria s’empare de ces questions, dans son champ de légitimité qui est le numérique.

De ce point de vue, la sobriété numérique est un enjeu majeur. Certains peuvent la considérer comme une contrainte. Je préfère la voir comme une formidable source de problématiques scientifiques : nous devons travailler à l’élaboration de nouveaux systèmes, logiciels, protocoles et algorithmes qui minimisent l'utilisation des ressources et de l'énergie tout au long de leur cycle de vie, et qui favorisent la durabilité, la réparabilité et le recyclage.

Par ses activités de recherche, de médiation, de formation et d'accompagnement de projets entrepreneuriaux, Inria peut jouer un rôle de premier plan dans ces nouveaux défis.

Inria intervient à l'OVHcloud Ecosystem Experience. Que peuvent mutuellement s'apporter OVHcloud et Inria ?

La collaboration entre Inria et OVHcloud porte sur l’écoconception de bout en bout d’un cloud, afin d’en réduire les impacts environnementaux.

OVHCloud opère des data centers et dispose naturellement de mesures d’usage très intéressantes pour des travaux de recherche. Ses infrastructures permettent de tester et de valider des stratégies innovantes issues d’équipes-projets Inria : ordonnancement des tâches, gestion optimisée des ressources et de la durée de vie des composants, etc. Les avancées issues des travaux de recherche permettront en retour une exploitation optimisée et plus sobre des data centers.

Il y a donc une complémentarité évidente entre Inria et OVHcloud, et un bénéfice mutuel à considérer ensemble des problématiques liées à la sobriété numérique.

OVHcloud Ecosystem Experience – retrouvez l’ensemble des sessions en replay !