Retour vers la science

Date:
03 oct. 2020
Mis à jour le 14/10/2020
Après des années à avoir été malmenée par l’humain, la nature est désormais au cœur de ses préoccupations. Biodiversité, santé, climat, agriculture… humains et nature doivent pouvoir étroitement et intelligemment cohabiter, au risque de courir à la catastrophe. Découvrez quel rôle occupent les scientifiques face à cet enjeu mondial, et ce que les sciences du numérique peuvent apporter.
ouverture
Playlist Inria Fête la science

Les directs du jour

  • 10h30 - Décryptage (Dès 7 ans) - "Des plantes virtuelles, ça vous "gènes" ?" avec Christophe Godin

La croissance des plantes est un phénomène biologique extrêmement complexe. Au cours des dernières décennies, la biologie moléculaire et la génétique ont pourtant permis de commencer à le décrypter. Des lois simples mais subtiles ont par exemple été découvertes qui gèrent comment la combinaison de l'activité de certains gènes clés dans les tissus peut définir la nature précise des organes (sépales, pétales, étamines, pistils) qui vont se développer dans les zones correspondantes de la fleur. Que diriez-vous d’utiliser des plantes virtuelles pour comprendre comment marchent ces lois ? 

Bio express

Christophe Godin est l'ambassadeur Inria de la fête de la science 2020. Directeur de recherche dans l'équipe-projet Inria MOSAIC au centre de recherche Inria Grenoble - Rhône-Alpes, son équipe développe des outils de simulation pour mieux comprendre les phénomènes de développement des plantes.

  • 14h - Table-ronde (Tout public) - "Les sciences du numérique face aux défis environnementaux" avec Jean-Yves Berthou, Françoise Berthoud et Peter Sturm

Suite à un problème de diffusion, la table-ronde est reportée à mercredi 7 octobre à 18h30

Depuis plusieurs décennies, la communauté scientifique se mobilise pour comprendre et analyser les évolutions climatiques que nous vivons. Les sciences du numérique ont un rôle essentiel dans cette démarche. Par la modélisation et la simulation numérique, elles permettent de comprendre des phénomènes complexes et par le développement d’outils numériques, elles peuvent contribuer à la réduction de l’impact environnemental comme en agriculture. Mais notons également que les outils numériques ont un impact sur l’environnement (fabrication, consommation électrique…)

Au cours de cette table-ronde animée par Jacques Sainte-Marie, nous aborderons les thèmes suivants : comment les recherches dans le domaine de la modélisation de l’environnement permettent de comprendre les phénomènes climatiques, d'analyser, de "prédire" leurs évolutions ; la sobriété numérique et l'impact du numérique sur notre environnement ; l'importance du dialogue entre la science et la société sur ces sujets où les mutations technologiques impactent la vie quotidienne.

Participants

Animateur : Jacques Sainte-Marie, adjoint au directeur scientifique en charge du thème "Sciences de la planète, de l'environnement et de l'énergie"

Intervenants : 

- Jean-Yves Berthou, directeur du centre de recherche Inria Saclay - Île-de-France

- Françoise Berthoud, ingénieure de recherche en informatique au CNRS et fondatrice d’ÉcoInfo

- Peter Sturm, directeur de recherche au sein de l'équipe STEEP au centre Inria Grenoble

 

Bios express

Jean-Yves Berthou, directeur du centre de recherche Inria Saclay - Île-de-France. Docteur en informatique, il est un universitaire formé à la recherche dans le domaine de la simulation et du calcul scientifique haute performance. Il a exercé une dizaine d’années au sein d’organismes de recherche public et près de vingt ans dans l’industrie, à EDF, principalement au sein de la R&D.

Françoise Berthoud est ingénieure de recherche en informatique au CNRS et fondatrice d’ÉcoInfo, un groupement de services qui travaille à rendre l’informatique éco-responsable. Ses principaux sujets de recherche ont porté sur les déchets électroniques, les datacentres, ou encore l’obsolescence et les effets rebond du numérique.

Peter Sturm est directeur de recherche au sein de l'équipe STEEP au centre Inria Grenoble et a été adjoint au directeur scientifique de 2015 à septembre 2020. Depuis 2011 il est membre de l'équipe de recherche STEEP, qui développe des méthodologies et des outils permettant d’évaluer des alternatives sociotechniques à différentes échelles territoriales, dans un contexte de dégradation environnementale accélérée.

Programme complet de la Fête de la science