Projet Agilis : Reprendre la main

Date :
Mis à jour le 22/06/2020
Le projet Agilis a pour ambition de développer une solution pour restaurer des fonctions de préhension chez des personnes ayant une paralysie complète des membres supérieurs (tétraplégie) mais ayant conservé un contrôle volontaire de l'épaule et du coude.

L'objectif final étant de leur permettre de retrouver une autonomie et d'améliorer leur qualité de vie.
Projet Agilis - David Guiraud - Christine Azevedo Coste - Inria Sophia Antipolis Méditerranée
Inria / Photo G. Scagnelli

Le projet Agilis, concrètement.

Notre approche repose sur la stimulation électrique de deux nerfs du membre supérieur via des électrodes gouttières multicontacts implantées au-dessus du coude. Nous avons développé un stimulateur électrique permettant de contrôler précisément le courant injecté dans chaque contact de l'électrode.

L'objectif des travaux de cette première phase du projet était de valider la faisabilité d'activer sélectivement des sous-ensembles de muscles innervés par les nerfs médian et radial à partir d'une électrode sur chaque nerf.

Huit volontaires ont accepté que nous intervenions lors d'une chirurgie programmée pour évaluer la sélectivité de différentes configurations de stimulation. Une électrode était positionnée sur un des deux nerfs et les réponses induites observées et évaluées.

L'autre versant du projet concerne l'interface de commande de la neuroprothèse par son utilisateur, en effet c'est lui qui doit piloter le déclenchement de la stimulation en fonction de sa volonté d'ouvrir la main, saisir un objet d'une forme donnée...

Christine Azevedo, David Guiraud, Charles Fattal et Jacques Teissier nous expliquent les tenants et aboutissants du projet de recherche en cours. (Film réalisé en 2018)
 

L'implémentation par l'implantation.

La deuxième phase du projet Agilis a démarré grâce au soutien d'EIT Health.
 
L'objectif est d'implanter deux électrodes pendant 30 jours dans le bras de deux volontaires ayant une tétraplégie complète et de suivre longitudinalement les performances techniques et fonctionnelles afin d'évaluer l'intérêt de notre approche. Seules les électrodes seront implantées.
 
Les interventions chirurgicales auraient dû avoir lieu en avril 2020 mais ont été repoussées à l'automne du fait de la situation sanitaire.

La pérennité dans les interactions

Le projet représente un travail de longue haleine qui nécessite des ressources humaines pérennes.
 
C'est ainsi que nous poursuivons le travail avec les Docteurs Teissier et Fattal ainsi que la société Neurinnov.
 
D'autres partenaires sont également impliqués, notamment l'APHP à Paris et le centre de rééducation Bouffard Vercelli à Perpignan.

Une équipe de recherche et une startup étroitement liées

Neurinnov est issue de l'équipe-projet de recherche Camin et a vocation à commercialiser la solution Agilis en développant un implant qui permettra d'avoir une neuroprothèse tout implantée (électrodes et stimulateur).

C’est un projet industriel de haute technologie et complexe d’un point de vue règlementaire. Il ne pouvait plus rester interne à l’équipe Camin.

Le projet Agilis continue sa progression

Les essais prévus à l'automne avec deux volontaires seront une première validation du dispositif complet (stimulation et commande), tant sur le plan technique que sur l'intérêt fonctionnel pour l'utilisateur.

L'étape suivante sera une validation plus large de l'approche avec d'autres volontaires et en considérant aussi la possibilité de stimuler le troisième nerf du bras, le nerf ulnaire.

Neurinnov développe actuellement un implant qui permettra d'avoir une solution tout implantée que nous testerons sur plusieurs mois chez des volontaires dans trois ans nous l’espérons.

Des essais précliniques seront également obligatoires conformément à la réglementation en vigueur.