Modélisation, simulation et contrôle

Nurea : une expertise au service de l'imagerie médicale

Date:
Mis à jour le 24/06/2021
Florian Bernard est titulaire d’un double doctorat en mathématiques appliquées de l’université de Bordeaux et en mécanique des fluides du Politecnico di Torino. Durant deux ans en tant qu’ingénieur de recherche à Inria dans l’équipe-projet Memphis*, il a développé différents outils de simulation numérique et de traitements d’images réunissant dans une unique bibliothèque informatique dix ans de recherche en mathématiques appliquées. Il est aujourd’hui président et cofondateur de Nurea, une startup issue d’Inria, lauréate du concours i-Lab en 2019, développant un logiciel d’analyse de CT-scans et d’IRM pour la prévention des accidents cardiovasculaires. Ce jeune entrepreneur nous présente plus en détail sa startup.
Image d'un anévrisme
© Inria / MAGRIT

Pourriez-vous décrire vos activités ?

Nous développons des outils logiciels permettant aux radiologues et aux chirurgiens de faciliter et d’accélérer l’analyse des images médicales issues de scanners ou d’IRM. Nos outils permettent d’extraire automatiquement et en quelques minutes seulement les indicateurs cliniques de diagnostic et de décision pour les maladies cardiovasculaires (anévrismes, sténoses) là où les outils existants mettent plusieurs dizaines de minutes pour un résultat incomplet avec beaucoup d’interventions manuelles. En détectant les signaux faibles de présence de maladies cardiovasculaires, notre objectif est de permettre de réduire le nombre d’accidents cardiovasculaires causant 18 millions de morts par an d’environ 20%. Nous travaillons en étroite collaboration avec les praticiens, les hôpitaux et les fournisseurs de systèmes de stockage d’images afin que nos outils soient intégrés de manière complètement transparente pour nos utilisateurs. Aujourd’hui nous collaborons avec une dizaine de centres hospitaliers en Europe et en Amérique du Nord. Notre objectif à travers ces outils d’aide à la décision et au diagnostic est de dépister rapidement les patients à risque d’AVC, d’infarctus ou encore de rupture d’anévrisme. Notre vision est d’utiliser l’imagerie comme outil de prévention pour une médecine encore plus précise et personnalisée.

 

Radio des membres inférieurs d'un squelette
© Nurea
Détection et quantification automatique de sténoses artérielles.

Quels sont les défis technologiques dans le secteur ? Quelles prochaines étapes et quels enjeux à venir pour la startup ?

Notre logiciel étant considéré comme dispositif médical, il y a un défi technologique autour du déploiement d’une telle solution avec toutes les contraintes réglementaires qui entourent les dispositifs médicaux. Cela concerne la sécurité des données, leur anonymisation mais aussi l’intégration aux outils existants afin de ne pas rajouter de complexité dans le workflow de l’utilisateur - qui en comporte déjà suffisamment.

Les prochaines étapes pour Nurea sont dans un premier temps réglementaire afin d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché de notre dispositif en Europe et en Amérique du Nord. Nous devrions être certifié ISO 13485 (norme qualité) au début 2021 puis obtenir le marquage CE et l’autorisation FDA dans les mois qui suivent. Enfin, nous avons lancé des études cliniques en Europe et en Amérique du Nord afin de démontrer que notre logiciel permet aux praticiens d’anticiper les accidents et/ou les complications.

Nurea, partenaire d'ARIA, le programme de recherche fondamentale en mécanique des fluides 

Quel a été votre parcours avant la création d’entreprise ? Qu’est-ce qui a motivé ce projet de startup ? Quel a été l’appui d’Inria ?

Portrait Florian Bernard
© Inria Bordeaux
Florian Bernard, cofondateur de Nurea

Avant la création de l’entreprise j’ai fait une thèse en mathématique appliquées dans l’équipe-projet Memphis* d’Inria. Au cours de cette thèse, j’ai pu travailler en collaboration avec des entreprises et c’est ce qui m’a donné envie d’appliquer mes connaissances et mon savoir-faire mais aussi de me rendre compte que cela pouvait avoir un impact au-delà de la recherche. Ceci ajouté à une envie de créer un projet utile du début, en devant gérer tous les aspects (identification du besoin, financement, construction de la stratégie du projet, recrutement, R&D, …) a débouché de manière évidente sur la création d’entreprise. Peut-être aussi une envie d’indépendance et d’insouciance … ! L’activité s’est ensuite dessinée autour de convictions personnelles mais aussi d’une analyse des besoins auxquels les outils numériques issus de la recherche et mon savoir-faire pouvaient répondre. L’appui d’Inria a été important dans cette phase initiale de construction du projet grâce à des formations, de l’accompagnement, des phases de challenge du projet mais aussi du financement. Passer du monde académique au monde de l’entrepreneuriat, d’une vision recherche à une vision besoin/solution/produit n’est pas chose simple et nécessite du temps et de l’accompagnement ce que permet Inria.

 

* Memphis est une équipe-projet commune à Inria, CNRS, l'université de Bordeaux et Bordeaux INP au sein de l’IMB (UMR 525) et du centre de recherche Inria Bordeaux-Sud-Ouest.