Deepomatic : la reconnaissance d’image pour les opérations sur le terrain

Date:
Mis à jour le 11/03/2021
Rendre les solutions basées sur la vision accessibles sur le terrain à ceux qui en ont le plus besoin dans leurs tâches quotidiennes, c’est la révolution que propose Deepomatic, une entreprise née au sein du centre Inria de Paris en 2014.
Techniciens montant un échafaudage
© Unsplash / Sol

 

Fondée il y a six ans, Deepomatic développe une plate-forme d’intelligence artificielle SaaS qui permet à ses clients de concevoir et déployer leur propre solution de reconnaissance d’image liée à des besoins métiers. L’automatisation du contrôle de la qualité des processus métiers et l’assistance des techniciens sur le terrain constituent son cœur d’activité.

Trois passionnés à l’origine de la startup

Actuellement Chief of Technology Officer (CTO), Vincent Delaitre a commencé à développer à neuf ans, au même moment que l’essor des films d’animation comme Toy Story qui a fait naître en lui la passion de l’image qui le guidera dans ses études. Des années plus tard, il axe son travail de thèse sur la reconnaissance automatique d’action humaine dans les images au sein de l’équipe WILLOW (Inria de Paris, ENS-PSL, CNRS). Il y rencontre son futur associé, Aloïs Brunel, maintenant Chief of Product Officer (CPO). Aloïs a également commencé la programmation enfant, mais s’intéresse quant à lui à la sécurité des opérateurs systèmes et réalise sa thèse sur les fondements théoriques des langages de programmation. Le troisième fondateur, Augustin Marty (CEO), rejoint Vincent et Aloïs à la genèse du projet Deepomatic, après de nombreuses expériences professionnelles, dont le lancement de sa propre startup, MyTab.

À la fin de sa thèse, Vincent réalise un transfert de technologie en étant soutenu et accompagné par Inria dans le projet entrepreneurial qu’il partage avec Aloïs et Augustin. Ils pourront alors lancer leur technologie et être mis en relation avec des entreprises qui font encore partie de leurs clients, notamment via l’institut Prairie, avant d’être incubés chez Agoranov. À la suite de ça, la startup obtient des financements notamment auprès de BpiFrance, réalise une levée de fonds pour un montant total de 6,2 millions de dollars et rejoint par la suite le programme AI Factory de Microsoft France.

Une solution d’automatisation visuelle

Détection de plateaux repas en restaurant d'entreprise, de déchets non conformes dans les usines d'incinération, amélioration de l’intelligence des véhicules autonomes ou encore assistance des techniciens sur le terrain grâce à la reconnaissance d’image… Deepomatic s’adapte aux cas d’usages très différents de sa quinzaine d’entreprises clientes en France et aux États-Unis, dont de nombreux grands comptes tels que Suez, Compass, Bouygues Telecomou encore Sanofi.

Deepomatic a été nommé “Strong Performer” dans “The Forrester New Wave™: Plate-forme de Computer Vision, Q4 2019”. L’entreprise est reconnue meilleure solution pour développer une solution de reconnaissance visuelle personnalisée pour le monde physique, et la seule plate-forme européenne du classement ! 

Une trentaine de collaborateurs font vivre l’entreprise et 40% d’entre eux sont d’ailleurs des femmes, un chiffre largement plus haut que la moyenne actuelle dans les entreprises technologiques. Les trois fondateurs espèrent voir grossir l’équipe et visent plus de 40 collaborateurs et collaboratrices d’ici la fin de l’année 2021.

Cette année 2021 leur promet encore de belles aventures : l’entreprise souhaite développer les cas d’usages des raccordements de fibre optique, réussir une levée de fonds pour pouvoir déployer leur solution à plus grande échelle notamment en Europe, et ainsi s’imposer comme la plate-forme de référence pour faciliter le contrôle de conformité sur le terrain grâce à de la reconnaissance d’image.

Suivre l'actualité de Deepomatic

 

Une idée, un projet... ? Parlez-en avec le Service Transfert, Innovation & Partenariats du centre de Paris