Adrien Gausseran, 1er prix du jury pour la finale azuréenne de MT180

Date :
Mis à jour le 22/04/2020
La finale azuréenne de l'édition 2020 de "Ma thèse en 180s" (MT180) s'est déroulée le 13 mars à Nice à huis clos exceptionnellement cette année. Adrien Gausseran (Équipe Coati-Inria/I3S), classé 1er parmi 20 candidats, représentera la région à Paris pour les demi-finales.
Nous l'avons interviewé quelques jours avant sa présentation. Il a volontiers partagé avec nous ses travaux de thèse et les raisons qui l'ont poussé à participer.

Quel est votre sujet de thèse présenté à MT180 ?

Ma thèse, réalisée au sein de l'équipe Coati, porte sur les algorithmes d’optimisation pour le network slicing pour la 5G.

L'émergence de la 5G amène une très grande augmentation du nombre de connections ainsi qu'une diversification des contraintes qui leur sont associées.

Pour répondre à ces besoins on a vu l’apparition d'un nouveau paradigme, le network slicing, qui consiste en la découpe du réseau physique en de multiples réseaux virtuels ayant chacun des besoins propres en ressources.

Le network slicing est prévu comme un élément clé de la 5G pour fournir des services de réseau isolés et personnalisés à différentes applications.Tout en se partageant l'accès à de même ressources sur le réseau physique, les slices doivent coexister indépendamment et si un problème survient sur l'une d'elle, cela ne doit pas impacter le fonctionnement des autres.

Cette thèse s’intéresse à la mise en œuvre et à l’analyse de modèles d’optimisation conçus pour la gestion des ressources virtuelles, l’orchestration des slices, la planification de leurs besoins ainsi que la reconfiguration de celles-ci dans le but d’améliorer l'utilité du réseau mondial.

Qu'est-ce qui vous a donné envie de participer à MT180 ?

Je trouve qu'il est toujours intéressant d'apprendre à synthétiser et à expliquer son travail. D'abord professionnellement, j'ai parfois du mal à choisir quoi dire et j'ai donc tendance à parler très vite pour pouvoir tout dire en 20 minutes pendant mes présentations, ce qui peut être assez délétère à la compréhension de mon auditoire lors de conférences ou de workshops. Bien que cet exercice de thèse en 180 secondes ne permette pas du tout d'approfondir ce que l'on fait, et donc n'a pas la même implication scientifique que le présentation dont j'ai l'habitude, il demande de prendre beaucoup de recul et d'être beaucoup plus concret pour pouvoir à la fois synthétiser et faire comprendre très rapidement à des gens qui ne sont pas du domaine, quels sont les objectifs et l'impact de notre travail.

Socialement il a aussi un intérêt. Même si je côtoie majoritairement des personnes ayant fait des études, ils ont très majoritairement suivi des formations dans le domaine de la santé et ne comprennent donc pas du tout ce que je fais. Pour la plupart, ils ne savaient même pas qu'on pouvait faire un doctorat en informatique et pensaient que cette discipline se résumait à devenir développeur ou ingénieur. Il est donc plaisant de pouvoir leur expliquer mon travail sans me perdre dans des explications trop abstraites en voulant trop rentrer dans les détails.

Quelques mots sur votre parcours ?

Après avoir fait un bac scientifique, je me suis orienté vers l'IUT de Nice pour une formation en informatique. J'ai ensuite continué sur une licence à la faculté, attiré par l'aspect théorique, ce qui m'a amené à poursuivre vers un Master de recherche en informatique fondamentale et enfin présenté ma candidature pour une bourse MENESR qui m'a permit ainsi de commencer mon doctorat.

Adrien Gausseran, PhD, Coati
© Aurélie Maccari UCA

Contact

Adrien Gausseran

Doctorant, Équipe Coati, Sophia Antipolis

2004, route des Lucioles BP93 , 06902 Sophia Antipolis