Sites Inria

Rencontre

12/03/2012

Pierre Letzelter : « Nous avons rencontré des chercheurs très à l’écoute, des gens de terrain comme nous »

M. Pierre Letzelter

Pierre Letzelter a visité le centre Inria Paris - Rocquencourt dans le cadre des Rencontres des Tuileries organisées par la Société internationale des Conseillers de synthèse (Sics). Il nous livre ici son enthousiasme pour les échanges riches et conviviaux qui ont marqué cette visite.

Pourquoi venir visiter Inria ?

Pierre Letzelter :  Je suis un industriel-commerçant, constamment à la recherche de nouvelles idées. Découvrir un centre de recherche comme Inria est important afin de comprendre ce qui se passe en amont. La recherche fondamentale est en effet une recherche libre alors que la recherche appliquée réalisée dans l’industrie est très contrainte par des objectifs de production. J’ai besoin, comme tous mes collègues industriels, que d’autres pratiques m’ouvrent des horizons, m’obligent à réfléchir, à découvrir et surtout à me questionner.

Qu’est-ce qui vous a le plus intéressé dans ce que vous avez vu au cours de cette visite ?

Pierre Letzelter :  L’approche pluridisciplinaire des travaux de l’équipe Bang sur la maladie d’Alzheimer — qui réunit des mathématiciens, des biologistes et des médecins — m’a particulièrement donné à réfléchir. Par analogie, je me suis dit qu’au lieu de regarder mes concurrents, je devrais aller voir ce qui se fait dans d’autres domaines. Par exemple, chez Go Sport nous travaillons avec des fibres naturelles et des fibres synthétiques basiques. Pour me démarquer, je pourrais utiliser des tissus intelligents à base de nanotechnologies, créés grâce à la recherche fondamentale, qui sont capables de tenir chaud quand il fait froid et de rafraîchir en évacuant la transpiration quand il fait chaud. Voir la manière dont d’autres travaillent m’a incité à contacter un grand fabricant chinois de tissus intelligents pour lui proposer une association commerciale consistant à distribuer ses produits et avoir accès en retour à ces tissus innovants.

Les recherches de l’équipe Arles, visant à faire communiquer entre eux Ipod, Iphone, BlackBerry et autres m’ont aussi beaucoup intéressé car certaines applications touchent directement nos activités. Par exemple pour alerter les personnes qui passent devant une boutique sur les offres susceptibles de les intéresser en fonction de leur profil.

Qu’est-ce que les technologies numériques ont apporté dans vos domaines et comment voyez-vous leur impact futur ?

Pierre Letzelter :  Internet permet d’avoir le magasin sous les yeux pour choisir et passer commande. C’est extraordinaire ! L’information sur les produits, les usages qu’en font les gens et les bénéfices qu’ils en tirent sont relayés par les réseaux sociaux indépendamment des fabricants et en traversant toutes les catégories sociales et les niveaux socio-culturels. Tout cela a permis d’atteindre beaucoup plus de clients, même pour une grande chaîne comme Sephora qui compte 250 magasins aux Etats-Unis. Ces technologies offrent également un accès au marché aux petites entreprises qui peuvent ainsi trouver leur clientèle, par exemple les vins de petits vignobles qui se vendaient sur les foires. Tout cela évolue très vite et on peut se demander si dans 20 ans il y aura encore des magasins au sens actuel du mot ! Des entreprises de mode fonctionnent uniquement avec un site internet et quelques défilés par an. Il est  beaucoup moins coûteux de créer un site internet que d’ouvrir un magasin.

Un lien à creuser avec l’Inria ?

Pierre Letzelter :  J’ai été enchanté de cette visite car nous avons eu l’occasion d’échanger avec des scientifiques de grand niveau intellectuel, empreints de beaucoup de modestie et de bon sens, qui font preuve d’une grande écoute et se préoccupent de l’impact de leurs travaux. Ce sont des contacts très précieux et à approfondir car les entreprises qui réussissent aujourd’hui sont celles qui s’appuient sur l’interaction créatrice entre la science fondamentale et l’industrie.

Mots-clés : Pierre Letzelter Partenariat Industriels

Haut de page

Suivez Inria