Changed on 03/12/2019

Retrouvez ci-dessous les projets du centre par domaines.

Astronomie

Ce projet est principalement développé dans la zone nord du Chili, notamment dans le désert d’Atacama, reconnu comme le meilleur endroit sur Terre pour observer le ciel. En raison du grand nombre d’observatoires, de télescopes et de projets astronomiques développés au Chili et de la nécessité de traiter, stocker et diffuser les données qu’ils génèrent, il est prévu que le pays devienne la capitale mondiale de l’astro-informatique.

Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA) 

Inria Chile a commencé à collaborer avec l’Observatoire ALMA en 2012 lors de l’élaboration, avec le concours des chercheurs et chercheuses de l’équipe ILDA Inria, du "ALMA Dashboard", un système permettant de visualiser en temps réel l’état des 66 antennes de l’Observatoire et de leurs composants internes. Le succès du ALMA Dashboard a donné lieu au développement du ALMA Integrated Alarm System, le système d’alarme et de surveillance de l’observatoire. Actuellement, ALMA et Inria Chile entretiennent une collaboration fluide et explorent de nouvelles opportunités sur la convergence de l’astronomie, l’ingénierie des données, l’apprentissage machine, l’intelligence artificielle et l’interaction Homme-machine avec l’Observatoire des données du ministère de l’Économie et des chercheurs de l’Université Adolfo Ibáñez.

Grand télescope de relevé synoptique (LSST

Le LSST est un télescope en construction au Cerro Pachón au Chili. Il sera équipé de la caméra numérique la plus puissante jamais construite, qui permettra d’observer l’énergie noire responsable de l’accélération de l’expansion de l’univers. Inria Chile est devenu un partenaire stratégique dans ce projet, travaillant à la fois sur la conception et le développement des composants de l’interface utilisateur de la salle de contrôle du LSST principal et des télescopes auxiliaires, ainsi que sur la plate-forme où cette interface sera déployée.

Exploitation minière

L’exploitation minière joue un rôle clé dans l’économie chilienne, étant établie dans 13 des 15 régions qui composent le pays ; environ 25 minéraux différents en sont extraits. Au Chili, le secteur minier a représenté en moyenne 13 % du produit intérieur brut (PIB) au cours de la dernière décennie. En raison du fort impact économique du secteur minier, le centre Inria Chile a déployé ses efforts pour générer des initiatives ou des solutions basées sur la technologie numérique qui répondent aux défis de cette industrie.

Tranque

Tranque est une initiative public-privé qui vise à contribuer à l’exploitation sûre et fiable des bassins de résidus miniers en améliorant la collecte de données, la coordination et les relations de confiance entre les différents intervenants grâce à un système de surveillance évolué. De récentes catastrophes au Brésil, au Canada et aux Philippines ont mis en lumière des problèmes depuis placés au coeur des préoccupations des gouvernements, des entreprises, des investisseurs et du grand public concernant la sécurité et l’impact environnemental des résidus miniers. Inria Chile est en train de construire une plate-forme pour collecter, stocker, traiter et visualiser les données sur la stabilité des bassins de résidus de l’industrie minière, ce qui fournira des informations de qualité, fiables et opportunes aux autorités, aux sociétés minières et aux communautés. Cette initiative, coordonnée par la Fundación Chile, a comme partenaires stratégiques Inria Chile et les institutions et agences gouvernementales chiliennes, en particulier la Corporation de développement de la production (Corfo), le ministère des Mines, le Service national de géologie et des mines (Sernageomin), le Bureau national des urgences du ministère de l’Intérieur (ONEMI), la Surintendance à l’environnement (SMA), le ministère des Travaux publics (DGA). Plusieurs des sociétés minières les plus importantes font également partie des partenaires stratégiques, notamment Antofagasta Minerals (AMSA), la National Copper Corporation of Chile (CODELCO), BHP, la National Mining Company (ENAMI), l’Advanced Technology Center for Mining (AMTC) et Valor Compartido.

Centre intégré de pilotage de technologies minières (CIPTEMIN)

L’objectif du CIPTEMIN est de fournir les infrastructures et les capacités nécessaires pour que les intervenants du secteur minier puissent mettre à l’essai des technologies en phase de développement pilote, étape qui précède la mise à l’échelle et la commercialisation. Inria Chile est le coexécuteur technologique du CIPTEMIN, assurant le support technologique et des formations technologiques avancées. Cette initiative est menée par l’Universidad Católica del Norte (UCN) et en collaboration avec dix autres institutions - universités, entreprises et centres internationaux.

Énergie

Le Chili dispose d’un énorme potentiel en matière d’énergies renouvelables en raison de ses conditions géographiques et climatiques. Le pays a le rayonnement solaire le plus élevé du monde, des vents forts sur tout son territoire qui permettent le développement de l’énergie éolienne, une côte étendue du Nord au Sud pour le développement de l’énergie marine, la capacité de développer du biogaz et une ressource géothermique le long de la cordillère des Andes. Il convient de noter que selon la dernière édition de New Energy Finance Climascope, le Chili a atteint la première place en matière d’investissement dans les énergies renouvelables en Amérique latine et dans la région des Caraïbes.

Projet de modélisation avancée pour les énergies marines renouvelables 

Ce projet visait à créer un modèle associé à la plate-forme numérique OceaPoS pour la réduction des flux océaniques, qui pourra en conséquence prendre en compte les interactions entre la turbine et le flux principal. Il a également pour objet de proposer de nouvelles techniques de couplage basées sur de nouvelles conditions du littoral, permettant le développement de modèles océaniques multiphysiques de la côte à la haute mer. Il s’agit d’un projet collaboratif entre le Centre de recherche et d’innovation sur les énergies marines (MERIC), les membres des équipes LEMON et TOSCA Inria, l’université catholique pontificale du Chili, CIGIDEN et Inria Chile. L’objectif est de continuer à développer les modèles existants pour offrir une version capable de dimensionner et de concevoir des champs de turbines pour un emplacement spécifique au Chili.