Sites Inria

Enquête

Farouk Temime - 11/03/2014

Nouvelle édition du baromètre « Les Français et le numérique »

En 2011, Inria avait mis en place avec l’institut de sondage TNS-Sofres, un baromètre sur « les Français et le numérique ». Celui-ci avait permis de mieux décrypter la compréhension des Français de ce monde numérique dans lequel ils évoluent, parfois même sans le savoir.

Un monde numérique en constante mutation, si bien que pour comprendre toujours mieux la perception qu’en ont les Français, et son impact sur notre société, un second baromètre a vu le jour en 2014.

Accompagner les Français dans le nouveau monde numérique

Pour cette nouvelle édition, deux thématiques ont été mises à l’honneur : « l'éducation au numérique & le numérique dans l'éducation », et « l'économie numérique & l'attractivité du secteur ». Les questions posées ont ainsi permis de mettre en évidence que si le numérique est encore plus présent dans la vie quotidienne des Français, ceux-ci expriment un besoin flagrant d’information et d’éducation sur les nouveaux enjeux qui y sont liés. 

Les nouvelles opportunités offertes s’accompagnent de nouveaux risques, et les citoyens en ont conscience. Inria a donc un rôle à jouer : lever les doutes, limiter les contraintes, ouvrir le champ des possibles, créer de la valeur économique et contribuer à inventer le monde numérique.

Des priorités en résonnance avec les préoccupations

Le centre Inria Saclay Île-de-France participera activement à cette démarche. Parmi les interrogations soulevées par les Français, certaines correspondent en effet aux trois défis scientifiques que s’est fixé le centre.

On constate qu’en matière de sûreté, sécurité et fiabilité pour les architectures, les logiciels et les données , les Français demandent à être plus informés. Ainsi, concernant la sécurisation des transactions financières sur Internet, ils sont 63 % à désirer être mieux renseignés. Et sur la protection de la vie privée et des données sur Internet, ce chiffre passe à 69 %. Des résultats en légère hausse par rapport à la précédente édition du baromètre.

Autre thème principal de recherche du centre : la modélisation, l’interrogation et la visualisation des données massives distribuées . Les chercheurs orientent leurs travaux vers un web de connaissances, permettant de trouver ou de fournir des informations s’organisant d’elles-mêmes de façon automatique. Un thème de recherche que semblent plébisciter les Français : ils estiment à 88 % que le développement des technologies du numérique a des conséquences positives sur l’accès à la connaissance.

Troisième priorité du centre en matière de recherche : la modélisation, le contrôle et l’optimisation des systèmes complexes , qui trouvent notamment des applications dans les domaines de la santé et de l’environnement . Là encore, les citoyens semblent avoir pris conscience de l’importance du numérique dans ces domaines : ils estiment pour 56 % d’entre eux que les sciences et technologies du numérique ont été utiles dans les développements récents en matière d’environnement. Pour ce qui est de la médecine, ce chiffre passe à 91 %.

Zoom sur l’Île-de-France

Visuel Baromètre 2014

Enfin, le baromètre permet également de dégager le profil des habitants de la région Île-de-France en matière de numérique. Une majorité des Franciliens (40 %) déclare ainsi ne pas pouvoir se passer des outils numérique dans sa vie de tous les jours : on parle alors d’ « homo numericus ». 37 % admettent que le numérique a changé beaucoup de choses dans leur quotidien, même s’ils peuvent s’en passer. Des chiffres légèrement supérieurs à la moyenne nationale, preuve de la place importante qu’occupe le numérique dans la région.

En outre, les Franciliens s’estiment plus confiants et curieux vis-à-vis du numérique. De fait, ils souhaitent, en plus forte proportion, être mieux informés de la protection de la vie privée et des données (77 %, contre 69 % pour l’ensemble des Français) et de la sécurisation des transactions financières (73 %, contre 63 % au niveau national).

Pour ce qui est du désir de s’initier ou de se perfectionner en matière de numérique, les résultats sont un peu plus partagés. Interrogés sur les FabLabs, les habitants de la région ne se montrent pas très réceptifs : ils sont presque aussi nombreux à vouloir en visiter un qu’à ne pas vouloir y aller (45 % contre 46 %). Seuls 2 % des Franciliens ont déjà poussé la porte d’un de ces établissements.

Mots-clés : Numérique Homo numericus Baromètre Les Français et le numérique TNS Sofres

Haut de page