Sites Inria

Mission « Jeunes chercheurs »

Les jeunes chercheurs au cœur de la recherche

© Inria / Photo H. Raguet © Inria / Photo H. Raguet

Inria a fait du recrutement de jeunes chercheurs l’une de ses priorités. Pour ce faire, l’institut met l’accent sur la formation par la recherche et sur un dispositif en particulier : la  mission « Jeunes chercheurs ». Denis Trystram, responsable de ce programme, nous en présente le fonctionnement et les objectifs.

Comment définissez-vous la mission « Jeunes chercheurs » ?

La formation par la recherche se traduit par une politique active via la création de dispositifs spécifiques, d'animation de réseaux nationaux et internationaux (Cordis, Cifre, Labex...), d'aide à l'organisation de formations, de financements propres, etc. Un des objectifs actuels de l'institut est de favoriser  la croissance du nombre de doctorants. Si la mission « Jeunes chercheurs » concerne l'accueil et le recrutement, elle se préoccupe aussi de l’information du public et en particulier des jeunes. Actuellement, les filières scientifiques connaissent une désaffection générale en France, notamment en informatique, au niveau des premiers cycles universitaires. Nous poursuivons donc nos interventions dans les lycées. Nous alimentons différentes sources de vulgarisation scientifique telles Interstices. Et nous organisons des journées d’information à destination du public féminin. Le taux de féminisation des doctorants dépasse actuellement les 20 % et devrait augmenter encore grâce à une politique incitative dans ce sens. Enfin, la mission « Jeunes chercheurs » participe à la définition des thèmes de recherche de l’institut.

Justement, quelles sont les conditions d’accueil et les moyens mis en œuvre par Inria pour les jeunes chercheurs ?

Inria développe une recherche fondamentale au plus haut niveau avec une mission importante de transfert vers l'industrie et la société. A ce titre, les équipes-projets mettent en place de nombreuses relations avec les entreprises qui se traduisent par des thèses co-encadrées ou des post-doctorats. L’accent est mis sur l’accueil et l’encadrement des jeunes chercheurs : ils travaillent au sein d’équipes multi-tutelles , à composante internationale. En effet, plus de la moitié des doctorants viennent de l’étranger , ce qui représente environ 66 nationalités . Le facteur humain est essentiel pour assurer l’intégration des nouveaux arrivants. Une thèse est une aventure humaine de trois ans. Il faut qu’il y ait une alchimie entre l’encadrant et le doctorant. Les jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) sont au cœur de la recherche chez Inria : ils représentent près de la moitié des effectifs scientifiques. De plus, Inria dispose d’un service d’information scientifique et technique riche et d’un bon réseau de chercheurs. Vecteur de réussite, sur lequel s’appuie la mission « Jeunes chercheurs ». La plupart des doctorants formés dans une équipe Inria ont obtenu un emploi très rapidement après la soutenance de leur thèse. Le secteur d'activité en Informatique reste très porteur ; trois quarts des doctorants de l'institut travaillent dans le domaine informatique, l’électronique, les sciences de l'ingénieur, contre 22 % en mathématiques.

Être plus proche du chercheur et donc plus réactif.

Concrètement, comment s’organise la mission « Jeunes chercheurs » ?

La mission « Jeunes chercheurs » travaille en étroite collaboration avec la direction de la recherche d’Inria et l’ensemble des universités. La mission nationale s’appuie sur des correspondants locaux. Leur rôle est d’assurer une veille pour répondre aux questions des jeunes chercheurs. Ils sont ainsi force de propositions dans le cadre des conventions avec les écoles doctorales. La mission va chercher les ressources  et les moyens auprès de plusieurs sources de financements (écoles doctorales, entreprises, Labex). Ce qui permet de soutenir les projets scientifiques et de les faire vivre. Il en est ainsi des écoles thématiques qui peuvent organiser, de façon assez souple et réactive, des rencontres et manifestations. Enfin, la mission « Jeunes chercheurs » a vocation à participer à la rédaction du Bilan social en produisant des indicateurs sur le suivi et le profil des doctorants de passage chez Inria.

Témoignage d'une post-doctorante

Anne-Hélène Olivier : « Je n'ai pas une formation d'informaticienne »

© INRIA

Anne-Hélène Olivier  a soutenu sa thèse au laboratoire  «  Mouvement sport santé » (...). Tirant parti de l'ouverture et de la pluridisciplinarité de son équipe-projet, elle met en place des expérimentations autour de la capture de mouvement, et se projette dans une carrière d'enseignant chercheur. Elle raconte...

Lire la suite de l'interview

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !