Sites Inria

Partenariats

ANDRA : modéliser le stockage des déchets radioactifs

Inria a signé un partenariat stratégique avec l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) en septembre 2009, renouvelé en 2013 pour une durée de cinq ans. Portant sur la gestion des déchets radioactifs, le partenariat concernera aura plus précisément pour thématiques la simulation numérique et l'assimilation de données, ainsi que le traitement des incertitudes.

Les recherches se concentrent sur la modélisation et la simulation des processus physiques ou chimiques au cours du stockage : c'est-à-dire le transport des éléments radioactifs. Elles concernent également la représentation géométrique des infrastructures et de leur environnement (maillage du site, de certaines zones géologiques, des alvéoles de stockage). Par ailleurs, les codes et moyens de calcul utilisés par l’Andra seront adaptés pour être appliqués aux supercalculateurs ou aux ressources informatiques mutualisées afin de créer une grille de calcul.

Enjeux économiques et scientifiques :

Simulation numérique pour la gestion des déchets radioactifs.

Axes de recherche et projets réalisés :

  • simulation des processus physiques : écoulements de fluides et de gaz en milieux poreux ;
  • méthodes de résolution : maillage adaptatif, méthodes numériques, représentation de processus d’évolution chimique ;
  • méthodes d’analyse : assimilation et fouille de données, analyse d’incertitudes.

Résultats obtenus à ce jour

Les actions menées ont été de deux sortes : prestations de conseil et projets de recherche. Dans les deux cas, les retombées ont été obtenues dans les principaux domaines suivants :

  • le maillage adaptatif ;
  • la décomposition de domaines ;
  • les méthodes d’homogénéisation numérique ;
  • les grilles de calcul.

Quels sont les enjeux de la collaboration entre Inria et l'Andra ?

Patrick Landais

Rencontre avec Patrick Landais , directeur scientifique de l'Andra.

De quelle manière ce partenariat a t-il vu le jour ?

Nous collaborons depuis plus de dix ans avec Inria, surtout avec l’équipe projet Estime. Inria participe aussi au groupe de recherche MOMAS  - dont nous sommes partenaire - sur la modélisation et la simulation de la gestion des déchets radioactifs. Il nous est progressivement apparu évident qu’il était pertinent de travailler plus étroitement ensemble. Nos besoins scientifiques, le niveau d’exigence de nos collaborations ont justifié un vrai partenariat.

Comment s’est-il concrétisé ?

Nous avons soumis nos sujets d’intérêt à l’institut. Plusieurs équipes ont répondu en proposant des projets. Ensemble, nous en avons retenu sept. Les recherches débuteront pour la plupart en septembre 2010. Elles permettront d’affiner les maillages des modélisations, d’utiliser au mieux nos codes de calculs, de plus en plus lourds, et de gérer la quantité sans cesse croissante de données.

Concrètement, quelle différence cela fait-il ?

Cela apporte une vision à long terme. L’Andra a toujours été un acteur de référence en matière de simulation numérique dans le domaine de la gestion des déchets radioactifs. Ce partenariat va renforcer nos compétences. Nos problématiques apportent aussi de nouveaux sujets de recherche à l’institut. Le bénéfice est donc réciproque. À titre d’exemple, Inria peut ainsi participer à la plate-forme technologique européenne pour le stockage géologique des déchets radioactifs (IGDTP), lancée en novembre 2009.

Entretien réalisé en 2010

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !