Sites Inria

English version

Prix Inria 2016

Citizen Press - 21/11/2016

Cordelia Schmid : Grand Prix Inria – Académie des sciences

© Inria / Photo G .Scagnelli

Reconnue comme l’une des grandes spécialistes mondiales de la vision par ordinateur, Cordelia Schmid dirige l’équipe-projet Thoth du centre de recherches Inria Grenoble Rhône-Alpes. Ses recherches sont consacrées à la vision artificielle et plus particulièrement à l’interprétation automatique d’images et de vidéos numériques. Ses travaux fondamentaux portent sur la représentation d’images et de vidéos ainsi que sur l'apprentissage visuel permettant de reconnaître des objets, mais aussi des actions et des lieux en se basant sur l'apprentissage à partir de grandes bases d’images et de vidéos. Le Grand Prix Inria-Académie des sciences récompense son parcours exceptionnel dans le domaine de la vision par ordinateur depuis plus de vingt ans.

En 1987, Cordelia Schmid entre à l’université de Karlsruhe et entame un cursus de cinq ans en sciences de l’informatique. C’est lors de son stage de master, effectué à l’Institut National Polytechnique de Grenoble dans le cadre d’un échange ERASMUS, qu’elle décide de se consacrer à la vision par ordinateur et, plus précisément, à la reconnaissance d’objets. « Je me suis posé cette question toute simple : pourquoi est-il si facile pour un être humain de reconnaître un objet, un lieu, une personne dans une image alors que pour l’ordinateur c’est quasiment impossible ? Ce qui m’intéressait, c’était de répondre scientifiquement à cette question.  »

Un champ de recherche à défricher

Dès sa thèse, Cordelia Schmid développe une nouvelle forme de représentation d’images permettant la reconnaissance d’objets dans des conditions réalistes (occultation, rotation, déformation). Des travaux déjà très remarqués dans la communauté scientifique. Plus tard, elle élargit ses recherches à l’apprentissage visuel. En combinant les recherches sur la vision par ordinateur et celles sur l’apprentissage de la reconnaissance automatique d’images et de vidéos, Cordelia Schmid devient en quelques années une des spécialistes les plus reconnues dans son domaine.

Depuis 2003, elle dirige une équipe-projet de vingt personnes, au sein d’Inria : le projet Lear, devenu Thoth en 2016. « Cette nouvelle étape a permis de lancer de nouveaux projets et de travailler étroitement avec d’autres chercheurs. À plusieurs, on avance plus vite.  »

Au fil de son parcours, Cordelia Schmid a aussi multiplié les expériences internationales, notamment à Oxford, où elle est restée un an comme post-doctorante, puis à Berkeley, où elle se rend régulièrement depuis 2000. « Un chercheur n’a pas vocation à rester enfermé dans son bureau ou son laboratoire. Il aura toujours intérêt à échanger, à dévoiler ses propres travaux pour les confronter à ceux des autres chercheurs, à en recevoir des critiques. Aller voir ce qui se fait ailleurs est essentiel. Surtout si cet ailleurs rassemble les meilleures équipes de recherche au monde.  »

Des applications très concrètes

Quand Cordelia Schmid a commencé ses recherches, la vision par ordinateur en était encore à ses débuts. Rien n’était acquis, tout était en gestation. Les techniques de reconnaissance visuelle par ordinateur étaient alors appliquées à des objets très simples parmi des bases de données encore limitées à quelques centaines d’images. « L’évolution a été fantastique. Le domaine de la reconnaissance visuelle par ordinateur a explosé. Aujourd’hui, la recherche porte sur des contenus beaucoup plus complexes, dans des bases de données pouvant contenir cent millions d’images. Ce qui était inimaginable est désormais de l’ordre du faisable.  »

Véhicule autonome, services à distance pour les personnes âgées ou les enfants, géolocalisation à partir d’images et de vidéos mises en ligne : les applications des recherches de Cordelia Schmid sont appelées à se développer. La sécurité, avec la vidéosurveillance, et la santé, par la reconnaissance visuelle appliquée aux maladies, sont parmi les domaines directement concernés par les progrès de la recherche. Les géants du Web, comme Facebook ou Google, sont aussi très intéressés par le déploiement de ces nouvelles technologies de pointe.

La recherche, entre passion et persévérance

Près de vingt ans après avoir soutenu sa thèse, Cordelia Schmid l’affirme : la recherche reste une précieuse source d’enrichissement et d’épanouissement personnel. « On réfléchit en permanence à des projets innovants, on croise des personnes passionnées par ce qu’elles font. On ne s’ennuie jamais. La recherche, plus qu’un métier est une passion  ». Elle encourage donc les jeunes chercheurs et chercheuses à « garder le cap sans dévier malgré les doutes inévitables  », elle qui « [a] toujours tenu la ligne [qu’elle s’était] fixée, malgré les difficultés.  Les récompenses n’arrivent pas du jour au lendemain. Elles sont le résultat d’un long parcours qui ne s’arrête pas avec la reconnaissance de la communauté.  »

Témoignages

Coll. part.

Chercheur en mathématiques appliquées, Stéphane Mallat est professeur au département d’Informatique de l’École normale supérieure (Paris).

« Le domaine de la reconnaissance visuelle par ordinateur a explosé depuis les années 2000. Cordelia Schmid fait partie des pionnières à l’origine de cette explosion. Son travail est exceptionnel. Dès sa thèse, elle a introduit une représentation invariante qui a permis de considérablement améliorer la classification des images. Les algorithmes qu’elle a développés avec son équipe ont gagné de nombreuses compétitions internationales pour la reconnaissance d’images. Elle s’est aussi investie dans la mise en place d’outils d’évaluation et de comparaison qui ont beaucoup fait avancer ce domaine. Cordelia a une forte personnalité scientifique avec une vision profonde des enjeux majeurs. C’est aussi une qualité très importante pour la recherche. »

 

© Inria / G. Scagnelli

Professeur à l’École normale supérieure et directeur du département d’Informatique de l'ENS, Jean Ponce est responsable de l'équipe-projet WILLOW commune Inria-ENS-CNRS.

« Je connais Cordelia Schmid depuis qu’elle a soutenu sa thèse en 1996. Dès cette date, ses travaux ont eu un impact sur la vision par ordinateur. Elle a su démontrer qu’il était possible d’identifier et de décrire des images dans un cadre plus complexe, ce qui était alors très nouveau. Elle a été l’une des premières également à mener des campagnes systématiques pour tester rigoureusement les méthodes de reconnaissance visuelle. Pour ces contributions, parmi tant d’autres, Cordelia Schmid exerce une influence profonde, à la fois par ses recherches mais aussi par sa capacité à animer la communauté scientifique. Elle est, par exemple, éditrice en chef de l’International Journal of Computer , l’une des deux meilleures revues dans ce domaine. »

Mots-clés : Cordelia Schmid Interprétation d'images THOTH Vision par ordinateur

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !