Sites Inria

English version

Prix Inria 2014

LH - 6/10/2014

Nicholas Ayache : Grand Prix Inria - Académie des sciences

Nicholas Ayache Inria / Photo Y. Obrenovitch

Directeur de recherche de classe exceptionnelle Inria, Nicholas Ayache est l’un des plus éminents chercheurs dans le domaine de l’analyse et de la simulation d’images médicales. Cultivant toujours un fort intérêt pour le monde de l’industrie, il a accompagné la création de cinq start-up. Dénominateur commun à ses diverses réussites : une remarquable capacité à savoir fédérer et développer des compétences autour d’idées neuves.

Au moment où il a commencé ses études supérieures, Nicholas Ayache a beaucoup hésité entre des études scientifiques et des études de médecine. Il a finalement opté pour les sciences mais quelques années plus tard, il conciliera ces deux domaines pour devenir un pionnier d’un nouveau champ de recherche : l’imagerie médicale computationnelle.
En informatique, Nicholas Ayache s’intéresse d’abord à la vision par ordinateur. Il rejoint Inria en 1981 pour faire une thèse dans le domaine, sous la conduite d’Olivier Faugeras. Les travaux qu’il mène pendant 7 ans visent à doter les robots autonomes de nouvelles capacités de vision artificielle (reconnaissance d'objets en vrac, vision stéréoscopique, navigation à partir de cartes visuelles). Il élabore des méthodes très originales de comparaison d’images et de formes qui lui valent de côtoyer de brillants scientifiques, tel Michael Brady, alors chercheur au MIT.

L'imagerie médicale computationnelle

C’est à partir de 1988 que Nicholas Ayache crée l’alchimie qui donnera tant d’éclat à son parcours. Il monte l’équipe Epidaure, en hommage à la cité grecque et à son sanctuaire de la médecine, une équipe de recherche pionnière à l’intersection de l’imagerie médicale, de la vision par ordinateur et de la robotique. Il participe alors à la conception de nouveaux systèmes d'analyse d’images médicales, de thérapie guidée par l'image, et de simulation de chirurgie. Ces recherches ont notamment conduit aux premiers systèmes permettant le suivi temporel des images d’un patient, la fusion d’images médicales provenant de plusieurs modalités, l’introduction de la réalité augmentée en chirurgie et radiologie interventionnelle, ainsi que la simulation de chirurgie avec retour visuel et retour d’effort. Autant d’avancées scientifiques qui révolutionnent la médecine et la chirurgie en particulier.
Nicholas Ayache est ainsi considéré comme l’un des fondateurs de l’imagerie médicale computationnelle qu’il a contribué à structurer en cofondant la revue scientifique Medical Image Analysis et la conférence annuelle Miccai - Medical Image Computing and Computer Assisted Intervention - qu’il a présidée à Nice en octobre 2012.

Un véritable leader

Véritable leader, Nicholas Ayache sait susciter l’adhésion et fédérer les talents à ses côtés : « Aucune recherche ne se fait seul, encore moins en imagerie médicale computationnelle où il faut souvent rassembler des compétences pluridisciplinaires, des partenaires cliniques et industriels.  » 
Nouvelle démonstration en 2005 quand il lance avec son équipe le projet Asclépios autour du concept du « patient virtuel physiologique ». Leur pari : à partir des images médicales d’un patient et de modèles biophysiques des organes, créer un patient numérique personnalisé destiné à assister le médecin dans sa pratique médicale, pour le diagnostic, le pronostic mais aussi la thérapie.
Nicholas Ayache sait partager son enthousiasme avec ses partenaires du corps médical. Son équipe collabore avec trois Instituts hospitalo-universitaires (IHU) à Bordeaux, Paris et Strasbourg. Dans ce dernier, dirigé par le professeur Jacques Marescaux, Nicholas Ayache intervient comme directeur scientifique.
Autre sphère dans laquelle il aime aussi donner corps à ses idées : les start-up. « J’ai toujours eu à cœur de garder une activité dans l’industrie et notamment avec les start-up dont j’apprécie particulièrement l’ambiance si dynamique  » confirme celui qui a participé à la création de cinq entreprises de haute technologie. Cela ne l’empêche pas de travailler aussi avec les plus grands acteurs industriels de l’imagerie médicale ou du logiciel.

Une de ses plus grandes fiertés : avoir participé à l’encadrement d’une soixantaine de doctorants qui ont brillamment soutenu leur thèse, et poursuivre avec de nouveaux doctorants : «la plupart contribuent aujourd’hui aux progrès de l’imagerie médicale computationnelle dans le monde entier, certains sont devenus d’éminents chercheurs, des collaborateurs, des amis  ».

Chercheur avant tout, Nicholas Ayache estime que « La recherche, c’est une compétition internationale. Pour disposer des bons atouts, il faut avoir une équipe soudée et des gens qui travaillent bien ensemble. Tous mes collaborateurs, anciens comme actuels, ont joué et jouent un rôle précieux dans la réussite de nos projets, notamment Hervé Delingette, Xavier Pennec, Maxime Sermesant, et notre assistante Isabelle Strobant parmi les plus proches aujourd’hui. Inria est un institut de recherche exceptionnel qui favorise grandement la constitution de telles équipes. Les chercheurs y sont assistés par des services très efficaces.  ». En obtenant le Grand prix Inria – Académie des sciences, Nicholas Ayache démontre encore une fois qu’il a de solides atouts !

Témoignage

Sir Michael Brady

Sir Michael Brady, Professeur en génie de l’information, Université d’Oxford

« J’ai rencontré Nicholas Ayache lorsqu’il faisait sa thèse avec Olivier Faugeras. La qualité de ses travaux était déjà au rendez-vous ! Je l’ai invité à publier sa thèse d’Etat chez MIT Press. Les deux équipes de recherche qu’il a créées, Epidaure et Asclépios, sont parmi les trois plus importants laboratoires au monde dans la recherche en analyse et simulation d’images médicales. Nicholas est un brillant chercheur, qui a une influence considérable dans le domaine par le flux d’idées scientifiques qu’il sait générer et développer avec ses collaborateurs. Il a une vraie faculté à faire émerger le meilleur de ses équipes. C’est aussi un parfait leader qui sait écouter, expliquer et convaincre. C’est une vraie belle personne qui s’intéresse aux autres et sait construire des liens d’amitié avec ses plus proches confrères. »

Mots-clés : Prix Inria Start-up Logiciel Imagerie médicale IHU Patient virtuel Imagerie médicale computationnelle

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !