Sites Inria

English version

Prix Inria 2012

Isabelle Bellin -

David Margery : Prix du soutien à la recherche et à l'innovation

© Inria / Photo Candice Bachelet

Au Service expérimentation et développement (SED) du centre Inria Rennes-Bretagne Atlantique depuis 8 ans, David Margery est directeur technique de la plateforme Grid 5000 depuis 4 ans. Il est l’architecte matériel et logiciel de cette plateforme d’expérimentation exemplaire. Ce prix affirme la reconnaissance qu’Inria et au-delà, toute la communauté française du calcul distribué, doit aux qualités techniques, scientifiques et humaines de cet ingénieur hors pair.

« J’ai souvent été un second très apprécié, reconnait David Margery, qui ne se sent pas à l’aise dans le rôle de pionnier, qu’il prête plutôt aux scientifiques dans leurs domaines. Ce dont je suis sûr, c’est que j’aime « être au service de », « être la personne de confiance ». » Ce profond trait de caractère est en filigrane dans toute sa carrière, menée à Rennes. Dès son doctorat, en 1998, premier contact avec une équipe d’Inria, Siames, cet informaticien de formation universitaire développe un outil pour le mettre au service d’autres scientifiques : il formalise et implémente un moteur d’exécution adapté à un cluster (ensemble d’unités de calculs) pour leurs recherches dans des environnements 3D  de réalité virtuelle.

« J’ai pris conscience que j’appréciais particulièrement  de développer des outils pour les mettre à disposition des scientifiques et leur permettre de progresser dans leurs recherches, analyse t-il. Mon idée était alors de devenir ingénieur dans une société innovante pour développer de nouveaux produits, de nouvelles approches. » Il accepte un post-doctorat industriel dans une PME, IWI, intéressée par ses travaux de doctorat pour animer en 3D leurs maquettes numériques de villes pour des projets d’urbanisme. En parallèle, il suit les travaux de Renaud Lottiaux au sein de l’équipe-projet Paris qui donneront naissance à la technologie Kerrighed, un système d’exploitation qui donne l’illusion qu’une grappe de calculateurs est une seule machine.

Quand fin 2002, Inria lui propose un contrat d’ingénieur pour poursuivre dans cette voie et implémenter les résultats de doctorants dans des codes industriels, il accepte et trouve un vrai plaisir à développer des technologies innovantes cette fois pour les systèmes distribués. A ce moment là, se monte le SED avec un profil de poste qui lui convient tout particulièrement : ingénieur en support à l’expérimentation et au développement des équipes scientifiques. « Exactement ce que je cherchais : apporter mon savoir faire aux scientifiques pour développer des technologies, toucher du doigt la réalité préindustrielle. J’étais heureux de réussir le concours » se rappelle t-il. Et aussi d’en finir avec la précarité des CDD.

Recruté fin 2004, il est pendant 3 ans le premier responsable opérationnel d’InriaGforge, un environnement de travail collaboratif pour faciliter le développement de logiciels des chercheurs d’Inria et de leurs collaborateurs. Il devient aussi le coordinateur rennais de Grid 5000, une plateforme qui permet aux informaticiens de déployer des protocoles, des algorithmes, des applications distribués, de mettre au point des logiciels, autant expérimentations en vraie grandeur pour la plupart impossibles à mener sinon. Initié en 2003 par Michel Cosnard, cette infrastructure unique au monde à l’époque permet aujourd’hui d’exploiter la puissance de calcul de 8140 cœurs de processeurs répartis sur 9 sites d’Inria, d’université et du CNRS en France (Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Nancy, Rennes, Sophia-Antipolis, Toulouse, Reims) et deux sites à l’étranger (Porto Alegre au Brésil et au Luxembourg) avec plus de 550 utilisateurs. Grid 5000 a d’ailleurs inspiré le projet américain FutureGrid, pour lequel David Margery est régulièrement consulté.

« A l’époque, les choix fondamentaux de l’architecture de la plateforme avaient été faits, on tâtonnait pour les implémenter, explique t-il. Participer dès 2004 m’a permis de côtoyer à peu près tous ceux qui ont travaillé sur Grid 5000. » Et de connaitre la plateforme dans ses moindres détails. Quand mi-2007, la décision est prise de passer à la vitesse supérieure et de créer une direction technique, c’est le candidat idéal. « J’ai monté un projet sur 4 ans, avec la première vague d’Actions de développement technologique (ADT) et une organisation fonctionnelle cohérente des différents sites. » Véritable architecte tant matériel que logiciel de Grid 5000, il fédère et anime une vingtaine d’ingénieurs de haut niveau répartis sur les différents sites, qui installent les nouveaux matériels, gèrent les incidents, assurent les mises à jour logicielles, etc.

« La clé de ce travail est de comprendre la démarche scientifique pour être capable d’anticiper les besoins » résume t-il. Autrement dit mettre la plateforme à la disposition des chercheurs. Toujours la même ambition, doublée d’une qualité d’organisation hors pair. Sans compter que son implication avec les chercheurs lui apporte des connaissances scientifiques qui lui permettent d’interagir avec toutes les équipes techniques et scientifiques de Grid 5000, ainsi que de défendre des projets devant les instances européennes.

Humble, il reconnait que les gens sont contents de son travail. Quant à savoir s’il mérite ce prix, il se retranche derrière les idées décisives de tous les acteurs de Grid 5000, des idées qu’il aurait seulement contribué à cristalliser. Une chose est sûre : ce jeune père de 2 enfants est heureux dans son travail tout comme dans ses responsabilités pastorales « au service » d’une église protestante évangélique. On ne doute pas un instant qu’il soit un bénévole engagé et apprécié.

Témoignages

Frédéric Desprez, chercheur Inria à l’Ecole normale supérieure de Lyon, directeur scientifique de Grid 5000, membre de l’équipe  Avalon  d’Inria Grenoble - Rhône-Alpes

  « Pour ma part, j’interviens dans Grid 5000 sur les aspects scientifiques de l’instrument. Sans David Margery, je n’aurais pas pris cette responsabilité. Je me repose entièrement sur lui pour tous les aspects techniques, toujours à la pointe, avec des fonctionnalités souvent spécifiques. David a la connaissance totale de la plateforme, tant matérielle que logicielle. C’est la personne clé de Grid 5000. Il gère toute l’organisation de la plateforme, de son architecture, des logiciels de lancement des expériences. Il a aussi des compétences scientifiques : il gère par exemple pour Inria le projet européen BonFire qui implique Grid 5000, et discute avec les chercheurs des autres partenaires pour déployer leurs logiciels sur la plateforme. Grâce à ses qualités humaines, il dirige remarquablement bien son équipe d’ingénieurs, à distance. Il coordonne et répartit le travail, motive et utilise au mieux les compétences de chacun pour que l’infrastructure globale soit homogène et efficace. Et c’est un vrai plaisir de travailler avec lui. »

Stéphane Ubeda, directeur du développement technologique d’Inria

« Tous ceux qui ont eu affaire à lui s’accordent à dire que David Margery sort du lot. Il est très compétent tant techniquement que scientifiquement, bien au-delà de ce qu’on attend d’un ingénieur de recherche de son ancienneté. Ses capacités d’animation, d’écoute et de dialogue, sa très grande disponibilité ont été très vite remarquées, lorsqu’il travaillait sur la Forge Inria. Il est capable de faire rapidement le pont entre scientifiques et ingénieurs, qui ont en général des logiques différentes. Il a ainsi pu prendre un rôle stratégique quant aux choix techniques pour faire évoluer l’infrastructure Grid 5000 selon les besoins des chercheurs et en assurer la gestion avec l’ensemble des partenaires. Pour certains projets ambitieux, il est aussi le référent technique des chercheurs, rédigeant la partie technique des projets ou réponses aux appels d’offre qui s’appuient sur la grille. Il fait l’unanimité auprès des ingénieurs de son équipe et de tous les chercheurs qu’il côtoie. »

Mots-clés : Soutien recherche et innovation David Margery Prix Inria Recherche Innovation

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !