Sites Inria

English version

Prix Inria 2011

Gérard Huet, Grand Prix Inria

Gérard Huet, Grand Prix Inria 2011 Inria / C. Tourniaire

En attribuant le Grand Prix  à Gérard Huet, Inria couronne une œuvre et une carrière scientifique exemplaires. Pionnier de l’école française d’informatique, Gérard Huet a influencé de manière profonde plusieurs pans de la science informatique.

Gérard Huet a découvert l’informatique  lors de sa formation à Supaéro qui, à l’époque, était l’un des rares établissements à posséder un petit centre de calcul. « J’ai pu  m'initier à la programmation. Cela m’a tout de suite plu. Je me suis inscrit en parallèle en maîtrise d’informatique et j’ai fait un stage d’été au CEA qui possédait les plus grosses machines existant en France à la fin des années soixante."  Il part faire sa thèse aux Etats-Unis en Intelligence artificielle  (IA), un domaine très en vogue à l’époque. Mais, déçu par une discipline qu’il estime peu convaincante, il choisit d’orienter son travail vers la démonstration automatique, plus rigoureuse.

De retour en France, il entre à l’IRIA en 1972  dans l'équipe de Maurice Nivat. Avec d’autres jeunes chercheurs revenant des Etats-Unis, comme Gilles Kahn et Jean Vuillemin se constitue au Bâtiment 8 du site de Rocquencourt la communauté dite du “Bat8”.  Partageant la même culture et la même conviction qu’il convient d’établir les bases mathématiques de l’informatique pour en assurer le développement, ils vont contribuer ensemble à l’émergence d’une école française d’informatique fondamentale  dans les années 1980. Cette communauté établit dans la durée des collaborations fructueuses avec de nombreux partenaires Européens, notamment l'université d'Edimbourg et l'université Chalmers à Göteborg. Dans ce contexte, Gérard Huet explore de nombreux sujets, de la démonstration automatique  à la réécriture et à la théorie des types, avec la rigueur méthodologique qui caractérise toute son œuvre. 

Les thèmes qui ont occupé les 30 premières années de ma carrière ont en commun de viser à mécaniser les mathématiques en vue d’assurer la certification de logiciels dont on exige un haut niveau de sécurité ou de fiabilité, comme pour le transport aérien ou les protocoles réseau, ou bien pour vérifier des théorèmes mathématiques très complexes.

On peut citer des contributions majeures dans trois domaines. Tout d’abord son travail dans le domaine de la logique et de la théorie des types avec l’algorithme d’unification en lambda calcul typé, connu comme l’algorithme de Huet, qui lui a valu le prix Herbrand en 1998. Ensuite, ses travaux en programmation fonctionnelle , notamment ceux réalisés avec Jean-Jacques Lévy sur les calculs séquentiels. En parallèle, son équipe met au point le langage Caml, puis son successeur Objective Caml, un langage de programmation sûr et efficace. Enfin, ses travaux sur la logique et la mécanisation des mathématiques autour du Calcul des Constructions, avec Thierry Coquand et Christine Paulin-Möhring. Sur ces bases a été développé l'assistant de preuves Coq . «  Le travail d’équipe est très important pour réaliser de tels projets », insiste Gérard Huet, « car il permet de maintenir un effort à long terme combinant des travaux fondamentaux menant à publication avec des réalisations logicielles pérennes applicables en vraie grandeur. Je tiens à rendre hommage aux nombreux collègues et étudiants qui ont travaillé dans ce cadre ».

Le zipper, innovation en génie logiciel issue d’une structure de donnée fondamentale inventée par G. Huet dans les années 1990 Le zipper, innovation en génie logiciel issue d’une structure de donnée fondamentale inventée par G. Huet dans les années 1990

Ayant lui-même suivi spontanément la voie de la mobilité thématique, il conseille à ses étudiants de changer de sujet tous les 10 ans  pour prendre du recul. Après 3 ans passés aux relations internationales d’Inria où il monte une équipe au service de la science et crée le programme Internship, il change radicalement de domaine et s’attaque à la linguistique computationnelle  qui allie son intérêt pour les langues et sa passion pour la culture indienne. Il apporte un regard neuf et résout le problème de la segmentation en mots des phrases du Sanskrit. Il développe un système d’analyse du Sanskrit  dont il publie une partie dans la bibliothèque Zen en 2005 et, avec son étudiant Benoît Razet, met au point une méthodologie de programmation relationnelle basée sur une généralisation des machines d’état fini (les machines d’Eilenberg). « C’est un parfait exemple de la démarche vertueuse qui consiste à aller des applications à la théorie. Une fois que l’on a élaboré la solution pour une application particulière, on la généralise de manière appropriée. Cela permet d'obtenir des méthodes générales, mais d'abord pertinentes. »

Gérard Huet attache la même valeur scientifique à ses œuvres logicielles  qu’à ses articles. « Pour moi, écrire un programme, c’est comme faire de la littérature. Le code source du programme doit être suffisamment clair et esthétique pour être bien compris et facilement mis à jour. Par exemple, mon cours sur le lambda calcul est la glose d'une bibliothèque de programmes exécutables, permettant aux étudiants d’apprendre en utilisant ces algorithmes ». Exemple qui n’est pas pris au hasard car enseigner  est pour ce scientifique renommé une activité noble qu’un chercheur se doit d’exercer. Elle permet de tester les nouvelles idées encore floues et de faire émerger de nouvelles questions. Mais « elle a aussi une grande utilité sociale car notre société comporte de plus en plus d’emplois tertiaires de très haute technicité », ajoute Gérard Huet. « La formation des cadres, des ingénieurs, des professeurs, etc. se fait à un niveau plus élevé ».

Interrogé sur sa vision de l’informatique du futur , il insiste sur la nécessité de « regarder dans le rétroviseur ». « Ayant vécu l’évolution de cette science depuis le début, je sais que, même en étant conscient des possibilités innombrables offertes par l’informatique, on a toujours été surpris : on n’imaginait pas il y a 30 ans qu’un jour chacun aurait un ordinateur, comme on n’imaginait pas il y a 10 ans encore le développement des réseaux sociaux. » Il s’agit donc d’être plus tactique que prospectif, d’être assez opiniâtre pour naviguer au long cours mais savoir aussi surfer sur les vagues qui se forment et les quitter quand elles s’épuisent. Une démarche couronnée par son entrée à l’Académie des Sciences en 2002 et sa nomination comme Doctor honoris causa par l’université Chalmers, à Göteborg en 2004. Il a également reçu le prestigieux EATCS Award de l’European Association for Theoretical Computer Science en 2009. Et le Grand Prix Inria ? « C’est un grand honneur d’être le premier à recevoir ce prix. »

Témoignages

Benoit RAZET, qui a fait sa thèse sur la linguistique computationnelle avec Gérard Huet et est actuellement en poste aux Etats-Unis, à Bucknell University

Benoit Razet

« Gérard Huet a un grand souci de ses étudiants et de ses thésards. Il est un très bon pédagogue, dynamique mais aussi atypique. Je me souviens de ses notes de cours exécutable sur le lambda calcul qui permet d'expérimenter les algorithmes et de donner ainsi un caractère très concret à un sujet autrement très théorique. Il est aussi un directeur de thèse très disponible et bienveillant, qui sait faire partager sa vision des domaines qu'il a couvert pour résoudre un problème nouveau. Il m'a poussé à présenter mes travaux en public, à écrire des publications, aller à l'étranger. C'est très appréciable ! »

Jean-Marie HULLOT, ancien CTO de Apple

Jean-Marie Hullot

« Gérard Huet est connu pour sa très grande rigueur. C’est un esprit formé à l’algèbre formelle. Lorsqu’il est confronté à un problème pratique il sait prendre le recul nécessaire pour trouver le niveau d’abstraction qui en permettra la résolution. Par cette démarche, il s’attaque avec succès à des problèmes très divers qui vont de la théorie des types à l’analyse du Sanskrit. C’est avec lui que j’ai acquis le goût de la programmation comme partie complémentaire de la théorie, avant de consacrer l’essentiel de ma carrière à l’industrie. »

Sylvie BURINI, ancienne assistante du projet Formel dirigé par Gérard Huet

Sylvie Burini

« Sous son abord très sérieux et un peu distant qui m'impressionnait beaucoup au début où j'ai travaillé avec lui, c'est un personnage très chaleureux qui sait faire partager ses passions, pour les voyages par exemple. Il a aussi beaucoup d'humour et fait preuve de fantaisie avec une prédilection, dans les années 80, pour le rouge, que ce soit par l'Austin qui l'a longtemps transporté à Rocquencourt ou les grosses lunettes carrées et rouges qu'il arborait parfois ! Dans le travail, il est exigeant mais prend toujours le temps de bien expliquer ce qu'il attend. »

Amba KULKARNI, Head of Department of Sanskrit Studies, University of Hyderabad and indian coordinator of the associated team Sanskrit

Amba Kulkarni

« Gerard Huet is a leading computer scientist and a Sanskrit computational linguist. There is still no parallel for his efficient Sanskrit segmentiser. He looks at the Sanskrit Grammar purely from a computer scientist's viewpoint. I am amazed by the innovativeness in his implementations such as his enhancement of FST leading to a segmentiser and his introduction of phantom phonemes to handle anomalous behaviour of consonants. Working with Gerard Huet is always a fun and a learning experience, be it a theoretical discussion on Panini or planning a symposium or porting of a system. »

Christine PAULIN-MOHRING, équipe PROVAL Centre de recherche Inria Saclay - Île-de-France

Christine Paulin-Mohring © INRIA / Photo Jim Wallace

« J'ai effectué ma thèse avec Gérard Huet à la fin des années 1980, au début du calcul des constructions qui est la base de l'assistant de preuve Coq. Tout était à construire avec des moyens de calcul limités. Le pari était risqué ; le succès est dû à la vision de Gérard et sa ténacité quant aux "bonnes" solutions à mettre en œuvre, comme utiliser le langage Caml. Un de ses principes qui a influencé ses étudiants est qu'un résultat doit non seulement être démontré mais doit aussi se programmer. »

Mots-clés : Gerard Huet Grand Prix Inria Prix Inria

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !