Sites Inria

English version

Prix Inria 2014

6/10/2014

Patrick Valduriez : Prix de l'innovation Inria - Académie des sciences - Dassault Systèmes

Patrick Valduriez Inria / Photo G. Scagnelli

Spécialiste mondial des bases de données distribuées, Patrick Valduriez a dirigé trois grands projets de recherche Inria, et tenté passionnément d’imaginer des débouchés à ses découvertes. Sa grande réussite : le site comparateur de prix Kelkoo, dont le code source est né chez Inria et chez Bull. Les solutions de Patrick Valduriez sont aujourd’hui utilisées par les plus grands logiciels de base de données. Et son manuel universitaire sert de référence aux étudiants du monde entier. Itinéraire d’un passeur de savoir. 

Enfant, Patrick Valduriez est fasciné par la conquête spatiale. Il se souvient du vaisseau Apollo, si loin de la terre, mais relié à celle-ci grâce à une liaison numérique. Le début d’une vocation : « Dès lors, je me suis dit que si l’informatique permet de piloter une fusée, alors elle peut faire n’importe quoi !  ». Surnommé « Monsieur Pourquoi » par son grand-père, Patrick Valduriez fait déjà preuve d’une curiosité hors norme. Son appétit de connaissances ne s’épuise que lorsqu’il pense avoir atteint le fonds des choses. 
Alors que les années 70 touchent à leur fin, Patrick Valduriez fait ses études d’Informatique à Paris VI. Le Personal Computer (PC) émerge timidement. Mais les esprits agiles comprennent déjà la place que cet ordinateur décentralisé va conquérir. Patrick Valduriez sait qu’il faudra connecter des légions de PC aux bases de données, pour leur fournir les informations qu’ils réclament, aussi rapidement que possible. Sa rencontre avec le professeur Georges Gardarin, de retour de l’Université de Los Angeles (UCLA), scelle sa curiosité pour les bases de données distribuées.

La soif d’innover

L’obsession de Patrick Valduriez restera constante : comment accélérer les performances de ces immenses réservoirs d’informations ? selon lui, la solution réside dans les ordinateurs eux-mêmes. Leur puissance ne cesse de croitre : ils font tourner des dizaines de processeurs en parallèle, qui deviennent bientôt des centaines de processeurs, puis des milliers. « Pour exploiter ces colosses informatiques, il faut diviser chaque gros calcul en des milliers de petits calculs, pour en donner un morceau à chaque processeur. Puis fixer des rendez-vous aux processeurs, à intervalles réguliers, pour faire le point, et réorganiser le calcul » , explique-t-il.
Au sein d’Inria, puis dans les laboratoires du MCC au Texas, Patrick Valduriez trouve des solutions innovantes. Pourtant, la recherche fondamentale ne lui suffit pas. Porté par une certaine éthique de la science, il souhaite être utile à la société. Tout au long de sa carrière, Patrick Valduriez réalise ainsi des transferts de technologie. « L’aller retour laboratoire-industrie est un cercle vertueux » , professe-t-il. 

De retour en France, Patrick Valduriez développe trois grands projets à Inria, avec des résultats significatifs à la clef. En 1989, il lance le projet de recherche Rodin. Très vite, avec son équipe, Patrick Valduriez conçoit un démonstrateur prometteur nommé Disco. Ce morceau de code informatique sera intégré au cœur du logiciel de Kelkoo, le leader européen des comparateurs de prix. Disco rapportera des millions d’euros de licence, réinjectés dans le fonds d’innovation d’Inria. Un des plus beaux succès de l’Institut en matière de transfert de technologie. La phase « industrielle » de la carrière du chercheur se poursuit avec le projet Dyade, lancé en 1996 en partenariat avec Bull. Patrick Valduriez prend alors la tête d’une équipe de 50 chercheurs et ingénieurs, qui fera nombre de découvertes, valorisées dans plusieurs startups et produits estampillés Bull. 
En 2002 Patrick Valduriez se lance dans l’aventure de l’« Open source ». Le projet Atlas débouche ainsi sur la création de trois logiciels libres : ATL, PeerUnit et RepDB*, utilisés aujourd’hui par des structures de taille diverses, depuis les startups aux géants de l’informatique, en passant par les laboratoires publics. 
Nouveau tournant avec le lancement, en 2009, du projet Zénith, toujours au sein d’Inria. Son objectif : aider la recherche publique dans le domaine de l’environnement et du vivant, confrontés à une explosion de données informatiques. Patrick Valduriez travaille à valoriser ces données avec les biologistes du Cirad, de l'IRD et de l’INRA.

Une reconnaissance internationale

Patrick Valduriez est aujourd’hui reconnu comme l’un des meilleurs experts des bases de données distribuées. Les étudiants en informatique du monde entier connaissent son manuel « Principles of Distributed Database Systems ». Tout au long de son parcours, le chercheur a lui-même formé une cinquantaine de doctorants, dont les deux tiers travaillent aujourd’hui dans l’industrie, notamment chez IBM, Sun, Oracle ou SAP. « J’ai eu quelques instants « eurêka », mais aujourd’hui, l’essentiel des idées vient de mes collaborateurs, commente-t-il.  « Je préfère les équipes multidisciplinaires, qui favorisent la fertilisation croisée. Et je laisse beaucoup de liberté aux chercheurs. J’attends d’eux des idées inattendues.  » 
A l’aube de ses soixante ans, Patrick Valduriez estime que c’est « le bon moment  » pour être récompensé par Inria. « Je suis très heureux. Inria est cher à mon cœur, et l’Académie des sciences représente beaucoup pour moi. Au passage, je suis satisfait que l’on récompense enfin des chercheurs en informatique.  » Le prix Inria de l’innovation arrive deux ans après l’ACM Fellow, une prestigieuse distinction internationale. La preuve que la France n’est pas la seule à remercier Patrick Valduriez.

Témoignage

Eric Simon D.R.

Eric Simon, Chief Architect chez SAP

« Nous avons travaillé dix ans ensemble. Patrick sent admirablement les thématiques prometteuses. Il arrive à séduire de jeunes talents, et à les faire collaborer de façon féconde. Son bureau est ouvert, on peut venir le trouver avec une idée plus ou moins dégrossie. On s’embarque alors dans une longue discussion amicale et stimulante. Il arrive à reformuler un problème complexe en une proposition claire et compréhensible. Il fait accoucher les idées avec des salves de questions pertinentes. C’est une vision très humaine et collective de la science, dans laquelle je me retrouve, et qui m’a influencé. Une autre chose m’a marqué : l’espace de travail de Patrick est toujours vierge. C’est un homme méthodique et organisé. Son sens des priorités lui permet d’investir son énergie au bon endroit. C’est cette qualité, mêlée à une grande capacité de travail, qui lui a permis de réaliser tant de projets en une carrière. Nous sommes amis depuis 30 ans. C’est un homme simple, attentif, ni politique, ni calculateur. »

Mots-clés : Prix Inria Données distribuées Transfert de technologie Logiciel Open source Innovation Base de données Multidisciplinarité

Haut de page

Suivez Inria