Sites Inria

English version

Start-up YoGoKo

Dominique Fidel-Citizen Press (*) - 2/09/2015

YoGoKo, vers une plate-forme innovante pour transports intelligents

À l’aube de l’ère du véhicule connecté et coopératif, la question des moyens de communication entre équipements se pose de manière urgente. Deux fois lauréate du concours ILab , la start-up YoGoKo propose déjà une réponse "tout-en-un" prometteuse. Les explications de Thierry Ernst, son président.

Quel est l’ADN de votre entreprise ? 

Thierry Ernst  : YoGoKo (pour You Go, we Konnect ) est officiellement née en juin 2014. Mais l’entreprise qui propose des solutions de communication innovantes pour les véhicules et les infrastructures routières est en fait le fruit de plus de dix ans de travaux de recherche et d’expérimentations menées par trois laboratoires publics : le CAOR (Centre de robotique) de Mines ParisTech, Télécom Bretagne et IMARA (aujourd’hui RITS) d’Inria Rocquencourt. La gouvernance de la start-up reflète d’ailleurs cette triple origine. En effet Emmanuel Thierry, le directeur général, est un ancien ingénieur de Télécom Bretagne. Quant à moi, j’ai d’abord été ingénieur de recherche à IMARA avant d’intégrer le CAOR et j’ai été à la tête du groupe LaRAcom (La Route Automatisée), projet commun aux deux laboratoires pendant cette période.

Où en êtes-vous dans votre projet ?

Thierry Ernst  : Depuis quelques années les trois laboratoires se sont engagés dans le développement d’un démonstrateur commun associant une plate-forme de services, des flottes de véhicules conventionnels et véhicules autonomes et de l'infrastructure routière. C’est autour de ce démonstrateur que s’est construit YoGoKo , dont les sept collaborateurs sont aujourd’hui installés à Rennes et à Rocquencourt sur le site d’Inria. En 2012, notre projet avait déjà été récompensé par un prix au concours i-LAB dans la catégorie "en Émergence". Ce coup de pouce nous a permis de faire mûrir la solution que nous commercialisons aujourd’hui.

Comment fonctionne votre solution ?

Thierry Ernst  : Basée à la fois sur les technologies internet de nouvelle génération (IPv6 ) et sur les normes propres aux systèmes de transport intelligents (ITS ), cette dernière se compose d’un boîtier de communication disposant de technologies d’accès multiples, d’un système d’exploitation sous linux et d’une plate-forme de services et de gestion dans le cloud. Embarqué dans des véhicules ou installé sur des bornes d’autoroute ou des panneaux à messages variables, le boitier est capable de communiquer aussi bien par wifi (standard et véhiculaire) que par la 3G, la 4G, les satellites, le courant porteur, infrarouge ou même par VLC (communication par lumière visible). L’idée est d’utiliser la bonne technologie d’accès au bon moment, en fonction des besoins et de la disponibilité.

Quel avenir pour votre technologie ?

Thierry Ernst  : Les usages potentiels sont nombreux. Notre plate-forme pourra ainsi avoir des applications dans le domaine de la sécurité routière, par exemple pour éviter les collisions aux intersections, détecter un véhicule à l’arrêt… Nous envisageons aussi des applications dans la gestion du trafic routier, dans le pilotage des flottes de véhicules autonomes ou encore pour l’information touristique. Pour l’heure, dans un marché encore embryonnaire, l’offre de YoGoKo s’adresse essentiellement aux laboratoires industriels et économiques. Nous avons notamment signé un contrat avec l’institut VEDECOM (Véhicule Décarboné Communicant et sa Mobilité)  pour fournir la plate-forme de connectivité des véhicules autonomes de démonstration qui seront présentés en octobre à l’occasion de l’ITS World Congress , à Bordeaux.

Mots-clés : Thierry Ernst YoGoKo Voiture intelligente Véhicules autonomes Véhicules connectés Communication intelligente I-Lab Innovation Transfert de technologie

Haut de page

Suivez Inria