Sites Inria

English version

Start-up - Sailendra

Françoise Monfort -

Interview de Régis Lhoste

Régis Lhoste Chapo

A l’heure où les fournisseurs de contenus web se trouvent confrontés à des problématiques de rentabilité, Sailendra a développé une plateforme logicielle qui, via l’analyse des usages et l’anticipation des actions des utilisateurs, permet de cibler une clientèle en lui proposant des informations susceptibles de l’intéresser. Le moteur de recommandation commercialisé par la start-up a déjà fait l’objet de plusieurs contrats.

Quel est l’historique de la création de Sailendra ?

Régis Lhoste :  Anne Boyer, professeur en informatique à l’Université Nancy 2, responsable de l’équipe de recherche KIWI, travaillait depuis 2001 au sein de l’équipe MAIA sur un système de recommandation d’informations pour les systèmes de presse qui en était à ses balbutiements. Elle a poursuivi les travaux de recherche avec Sylvain Castagnos, à l’époque jeune doctorant, lorsque j’ai quitté Inria pour mener une carrière d’ingénieur. Au moment de créer la start-up, ils recherchaient une personne avec une expérience dans l’industrie et m’ont rappelé en 2008 pour me proposer le poste de directeur. J’ai pris assez naturellement les rênes de la société car je connaissais la technologie.

Où en est Sailendra actuellement ?

Régis Lhoste :  Aujourd’hui, toujours chercheurs au sein de l’équipe KIWI du LORIA, Anne Boyer et Sylvain Castagnos sont actionnaires de la société et font partie du conseil scientifique. Sylvain Castagnos est diplômé de l’ESIAL, docteur en informatique de l’Université Nancy 2 et en post-doctorat à l’EPFL. La société, qui compte 3 employés à temps plein, est hébergée à l’espace transfert d’Inria Nancy-Grand Est sur le site du LORIA. Inria a été essentiel dans le processus de création en nous donnant les moyens de démarrer une entreprise de haute technologie dans des conditions idéales en termes de ressources humaines et matérielles. Quelle que soit la forme future de l’entreprise, on ne peut se passer du conseil scientifique apporté par les chercheurs.

Quel est précisément le rôle d’Inria dans la start-up ?

Régis Lhoste :  La recommandation d’informations basée sur les usages est un domaine assez neuf et comporte donc très peu d’acteurs. La grosse inquiétude liée à Internet aujourd’hui étant de juger la qualité des recommandations, une technologie directement issue de la recherche est parmi les plus performantes et les plus pointues et, donc, permet d'assurer à nos clients d’avoir les recommandations parmi les plus pertinentes. Nous proposons une solution au cas par cas, en analysant le système du client et en adaptant notre technologie à ses spécificités. L'origine Inria de notre technologie est importante. Évidemment, l’institut ne cherche pas de marchés pour nous, mais sa notoriété, sa reconnaissance, permettent d’orienter vers Sailendra des clients en quête de solutions de recommandations efficaces.

FOCUS TECHNO

La plateforme logicielle Sailendra propose un moteur de recommandation collaborative, ainsi nommé par analogie avec les moteurs de recherche. Issu de recherches menées au sein du LORIA, cet outil se compose de modules logiciels qui associent la navigation sociale  (exploitation des informations sur un utilisateur pour déduire ses préférences, habitudes et goûts) au filtrage collaboratif  (bouche à oreille électronique fondé sur la modélisation du comportement d'un groupe et sur l'observation de ses activités pour en déduire ses futurs agissements).

Le logiciel Sailendra est destiné aux commerçants en ligne ou aux exploitants de sites intranet ou documentaires désireux de personnaliser l’accès à leurs sources d’information et de valoriser leurs services (création de communautés virtuelles, mise en relation, marketing ciblé,…). Paramétrable en fonction du contexte de l’entreprise, la plateforme est conforme aux recommandations de la CNIL en matière de respect de la vie privée dans le sens où aucune information d’identification n’est collectée à l’insu de l’utilisateur.

La start-up, qui a identifié pour le moment deux concurrents potentiels en Europe, peut déployer ces services pour des centaines de milliers d'utilisateurs en temps réel dans le domaine du commerce électronique, sites de presse en ligne, services de téléphonie mobile ou de télévision interactive, recherche d’informations sur un intranet documentaire ou dans une bibliothèque numérique… Le revenu de Sailendra provient d'une part sur le chiffre d'affaire généré par les recommandations (sites commerciaux) ou du nombre d’utilisateurs finaux du produit au cours d’une année (sites intranet ou documentaires).

Mots-clés : Sailendra Régis Lhoste Start-up Moteur de recherche Plateforme

Haut de page

Suivez Inria