Sites Inria

English version

Start-up - Mensia Technologies

Patrick Philipon Technoscope - 31/07/2013

Interview de Yann Renard

Mensia technologies propose tout simplement de commander des machines "par la" pensée. Cette nouvelle start-up vise essentiellement des applications thérapeutiques mais propose d'ores et déjà d'autres services et produits, comme l'explique son directeur technique Yann Renard.

Comment êtes-vous arrivé à Inria et pourquoi ?

Ingénieur généraliste (en informatique tout de même), j'ai entamé ma carrière dans une SSII spécialisée en réalité virtuelle. En 2006, Inria me recrute en tant qu'ingénieur expert pour soutenir les projets OpenVIBE, labellisés ANR et dirigés par Anatole Lécuyer. Il s'agit de proposer à la communauté scientifique un logiciel pour l'interaction Homme/machine par l'activité cérébrale. Il s'agit, en bref, de pouvoir commander un ordinateur "par la pensée". Ce domaine alors tout nouveau combine les techniques d'électro-encéphalographie (EEG) et l'analyse et traitement du signal. Le premier projet s'achève en 2009. Une deuxième tranche, OpenVIBE2 commence alors, plus spécifiquement axée sur les jeux.

Pourquoi avez-vous créé Mensia ?

En 2009, je suis une formation de sensibilisation à l'entrepreneuriat organisée par IT-Translation. J'y rencontre Jean-Yves Quentel, qui intervient comme expert en création et développement de start-up. Mon contrat à Inria s'achève à l'été 2011. Je constate alors qu'OpenVIBE est diffusé vers les laboratoires de recherche mais ne touche pas les utilisateurs finaux. Voulant développer des applications industrielles, j'intègre l'incubateur Emergys, à Rennes, et recontacte Jean-Yves pour cofonder la société. Nous visons plus particulièrement le domaine médical. Le dispositif sera utilisé à des fins d'exploration cérébrale (diagnostic) mais aussi de rééducation du cerveau, par feedback . L'idée n'est pas nouvelle mais nous disposons de technologies logicielles très innovantes.

Quel est votre modèle économique ?

Nous ne produisons pas de matériel d'EEG mais seulement le logiciel. Avant même la création de Mensia, nous faisions du CA en fournissant des services : d'une part des formations à l'utilisation du logiciel pour des chercheurs, d'autre part des développements logiciels pour des industriels. Par exemple pour un fabricant de casques d'EEG qui voulait rendre ses produits compatibles avec OpenVIBE.

L'objectif de Mensia, à moyen terme, est de vendre des dispositifs médicaux. C'est un processus long et complexe : mise au point, réglementation, validations cliniques, marquage CE... Pour cela, nous avons fait une levée de fonds auprès d'IT-Translation et d'un business angel , afin de pouvoir dimensionner l'équipe et travailler pendant deux ans. Le prix du concours MESR (lire ci-contre) nous a aussi bien aidés ! En parallèle, nous vendons d'ores et déjà des prestations de service et cédons des licences sur des logiciels additifs à OpenVIBE (nous agissons donc comme éditeurs de logiciels) sur des marchés moins réglementés que celui des dispositifs médicaux.

Où en est la société? Avez-vous embauché du personnel ?

Mensia a été créée en novembre 2012 par Jean-Yves Quentel (PDG), moi-même (directeur technique) et Anatole Lécuyer, qui reste directeur de recherche à Inria mais agit en tant que conseiller scientifique de la société. La quatrième fondateur est une personne morale: IT-Translation. Depuis, nous avons embauché une chargée de recherche, docteur en neurosciences, un ingénieur de développement logiciel et une directrice administrative et financière. Nous poursuivons le développement du produit. 

Mots-clés : Start-up OpenViBE2 OpenVIBE Interactions à geste Yann Renard Rééducation fonctionnelle Technologie logicielle Mensia Technologies Interactions homme-machine Electro-encéphalographie

Haut de page

Suivez Inria