Sites Inria

English version

Start-up - Esterel Technologies

AB - 22/12/2014

Amar Bouali : "Le premier atelier entrepreneurial est né chez Inria"

Amar Bouali est collaborateur d’Esterel Technologies, le principal fournisseur mondial d’outils de conception, de validation et de génération de code pour les applications logicielles critiques embarquées, dans les industries de l’aérospatiale, de la défense, du transport ferroviaire et de l’énergie.

J'ai effectué mes travaux de thèse au sein d'un projet commun entre Inria et le Centre de mathématiques appliquées de l’École des Mines à Sophia, et l’ai soutenue en 1993. Je travaillais sur les systèmes parallèles et communicants : temps réels, langages synchrones dont particulièrement le langage Esterel inventé par Gérard Berry. Je me suis donc formé au métier de chercheur, et le fait qu'Inria s'intéresse aux partenariats avec l'industrie était passionnant. Nos travaux sur Esterel intéressaient beaucoup d'industriels que j'ai eu l'occasion de côtoyer comme Dassault, Intel, Texas Instruments... Les sociétés prospectaient des nouvelles technologies pour des besoins liés aux systèmes embarqués temps réel et l'approche Esterel convenait bien pour résoudre les problèmes de modélisation avec une approche formelle, permettant la vérification de propriétés liées à la sécurité et au fonctionnement. La formule d’une recherche impliquée dans des problématiques réelles et industrielles m'a plu dès le départ : voir des progrès scientifiques au sein d'un laboratoire est une chose, les voir mettre en application est encore plus motivant. Inria était l'environnement qui favorisait cela.

 

Chez Inria, la mobilité des chercheurs était de plus en plus favorisée : de nouvelles dispositions statutaires étaient apparues et la direction d'Inria encourageait les chercheurs à regarder les opportunités qu'offrait le monde privé. J'ai prospecté parmi les industriels que je connaissais : aux États-Unis, j'ai visité Synopsis, les Bell Labs qui offraient des opportunités. Le langage Esterel atteignait une certaine maturité industrielle notamment dans son parcours avec Dassault Aviation et Texas Instruments : le succès était tel que ces industriels ont poussé à l'industrialisation directe du langage. Au démarrage de ma prospection, une société Inria, Simulog, œuvrait en tant que couveuse des activités Esterel. Le premier atelier entrepreneurial est né là. Inria a toujours, dans sa politique, cherché à créer des ponts avec l'industrie de par même l'organisation des projets de recherche dans lesquels une certaine autonomie, financière notamment, était demandée. Ce goût pour le monde industriel est venu de là, et j'y suis toujours.

Mots-clés : Ansys Logiciel embarqué Esterel

Haut de page

Suivez Inria