Sites Inria

English version

Inria & PME

Que fait Inria pour les PME ?

Eric Horlait, directeur du transfert et de l'innovation - crédit photo Gilles Scagnelli/Inria © Inria / Photo Gilles Scagnelli

Pour soutenir le transfert vers les PME, Inria a mis en place des partenariats stratégiques, notamment avec bpifrance (ex-OSEO), ainsi qu'une plate-forme d'outils et de services. Comment Inria aide les PME ? Entretien avec Eric Horlait, directeur général délégué au transfert et aux partenariats industriels.

Quelle place pour les PME dans la stratégie d’Inria ?

Eric Horlait :  Le transfert technologique à une entreprise consiste en l’intégration d’un résultat de la recherche publique dans son offre de produits ou de services. La priorité d’Inria en cette matière est de soutenir par le transfert la croissance des PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire), qu’elles soient ou non issues d’Inria.

Pourquoi cette priorité ?

Eric Horlait  : Elle part du constat du rôle des PME dans l’économie de la connaissance : ces entreprises sont des moteurs de l’innovation dans le domaine du numérique et, de par leur agilité, des vecteurs particulièrement efficaces du transfert de technologies à des fins d’enrichissement de leur offre commerciale et de gain de compétitivité.

Que propose Inria aux PME ?

Eric Horlait  : L’offre d’Inria aux PME est double : d’abord, bien entendu, l’offre de compétences scientifiques et de technologies logicielles de ses équipes de recherche, mais aussi l’offre d’un processus clair et d’un suivi individualisé leur permettant d’identifier puis d’intégrer, le cas échéant, ces savoir-faire et ces technologies. En premier lieu, Inria propose aux PME une offre adaptée selon leur secteur industriel et en particulier des interlocuteurs dédiés qui sont des professionnels du transfert spécialisés dans ces domaines.

Ces responsables sectoriels du transfert accompagnent les entreprises tout au long du processus : prise de contact, formalisation conjointe de la demande de l’entreprise et présentation de l’offre Inria, identification des compétences, et le cas échéant mise en place d’un projet de transfert avec sa feuille de route technique et son montage financier. Pour ce faire, ils s’appuient également sur les dispositifs destinés à faciliter et accélérer le transfert, à la fois les dispositifs publics existants et des dispositifs internes qu’Inria a mis en place spécifiquement pour les PME.

Quels sont ces outils pour soutenir le transfert vers les PME ?

Eric Horlait  : Inria s'appuie d'abord fortement sur deux dispositifs publics qui nous paraissent clés. D'une part, les pôles de compétitivité fournissent un cadre dynamique pour entretenir les échanges en réseau entre les entreprises et les acteurs de la recherche publique, avec l'objectif de mieux croiser l'offre de ces derniers et la demande des PME en matière de transfert. Le crédit d’impôts recherche est, d'autre part, un outil puissant et maîtrise qui offre un cadre propice et focalisé tout en limitant significativement la barrière de coût pour les entreprises.

Mais Inria a également déployé ses propres outils aux différents maillons de la chaîne du transfert. En amont il s’agit de donner aux entreprises une visibilité accrue et adaptée à leurs préoccupations sur les recherches menées à l’institut : la publication CONNECT, une plate-forme web collaborative, et un programme abondant d’événements de démonstration de technologies, aussi bien physiques et que numériques, veulent répondre à cet enjeu majeur.

Ensuite la clé est la capacité à adapter la technologie aux besoins de l’entreprise et à lui transférer les compétences associées, sous la forme d’un projet conjoint de maturation technologique, qui requiert en général des ressources techniques et humaines dédiées. Le programme PME d’Inria fournit ainsi un cadre ad hoc pour de tels partenariats, aussi bien sur le plan de la gestion contractuelle que du financement et de la gestion de projet ; le type de partenariat le plus intégré est l'Inria Innovation Lab, "laboratoire commun" entre Inria et la PME, caractérisé par une feuille de route partagée sur une durée significative (deux ou trois ans) dans une visée de positionnement technologique stratégique pour l’entreprise.

Inria et bpifrance ont dans ce cadre signé un partenariat. Qu’apporte-t-il aux entreprises ?

Eric Horlait  :  Inria et bpifrance se sont associés afin d’accroître les capacités d’innovation des PME dans le domaine du numérique et du logiciel. Ce rapprochement concerne d’abord deux éléments déjà évoqués : la visibilité donnée aux PME sur l’offre de la recherche publique à travers la publication conjointe de "CONNECT", et le renforcement d’une logique de suivi et d’accompagnement des projets de transfert vers les PME, en couvrant toutes les dimensions de ces projets y compris leur financement. Mais ce partenariat s’appuie également sur la définition conjointe de priorités thématiques stratégiques: l’objectif est de porter un effort structuré sur ces secteurs afin d’y intensifier globalement l’innovation via les PME, dans une logique d’écosystème, en particulier ceux des pôles de compétitivité.

Concrètement cela prend la forme d’initiatives nationales qui fédèrent les acteurs académiques et industriels, et offrent en particulier aux PME des outils et un accompagnement propres aux enjeux et aux contraintes du secteur, et qui vise à faciliter et accélérer la conception et la mise sur le marché de produits et services à forte valeur ajoutée dans ces secteurs pilotés par l’innovation. Trois secteurs ont été identifiés au démarrage et ont ainsi donné naissance à l’Initiative services mobiles, au programme HPC-PME, tandis qu’une action est en cours de montage sur le thème de la "ville numérique durable".

Mots-clés : Bpifrance (ex-OSEO) Partenariats Pôles de compétitivité ETI PME

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !