Sites Inria

Aromath

Rencontre avec Bernard Mourrain, responsable de l'équipe Aromath, créée le 1er juillet 2016, première équipe du centre bilocalisée sur l'Europe avec une moitié des membres associés à l’université d’Athènes et l’autre moitié chez Inria, à Sophia.

Quels sont les problèmes auxquels s’intéresse Aromath ?

Aromath prend la suite de Galaad et s’intéresse plus particulièrement à la modélisation géométrique en construisant des modèles spécifiques pour la représentation des formes. Ces modèles sont représentés par des équations polynomiales ou des paramétrisations (splines , autrement dit aussi fonctions polynomiales). En construisant par exemple un modèle de représentation des structures tubulaires avec des branchements, afin de permettre la description de plantes ou de vaisseaux sanguins. Les interactions entre la modélisation et la simulation sont un autre sujet d'intérêt pour Aromath. Dans ce cas, la problématique est d’optimiser un système en proposant un modèle permettant de simuler de façon efficace certaines propriétés de l’objet construit. Le but est de prédire le comportement du système. C’est le sujet d’une thèse en cours dans l’équipe, qui s’applique aussi bien à optimisation des foils de catamarans, du bulbe de proue des navires ou des hélices d’éoliennes.

Quels sont les liens d’Aromath avec l’industrie ?

Dans le cadre de la modélisation géométrique pour des logiciels de CAO, nous avons des interactions avec Missler (TopSolid), autour de la représentation précise de formes et pour des calculs géométriques dans les processus de fabrication industriels mais aussi un partenariat avec les entreprises MyCFD et K-epsilon, bureaux d’étude qui cherchent à prédire les performances d’un navire en fonction des choix architecturaux. Il s’agit de coupler, dans un cycle optimisation, des outils de représentation et de déformation des formes à des outils de simulation numérique pour valider différentes solutions, en foncions des priorités des clients (consommation, rapidité, stabilité, etc.).

Description des formes

Les formes des objets peuvent être décrites comme des ensembles de points, des maillages, mais aussi par des équations polynomiales, des paramétrisations bsplines à l’aide de points de contrôle pour des formes fabriquées comme des foils, bulbes de cargo ou hélices d’éolienne par exemple ou à partir de courbes squelettes pour des structures tubulaires avec branchements que l’on rencontre dans la nature. Nous nous intéressons à des représentations adaptées aux problèmes étudiés, comme celles par courbes génératrices (ligne de quille d’un navire par exemple) et coupes transversales, permettant de déformer les modèles en agissant directement sur les points de contrôle des paramétrisations pour aboutir à une forme optimisée en évaluant les performances grâce à des simulations numériques.

Mots-clés : Modélisation géométrique Centre de recherche Inria - Sophia Antipolis - Méditerranée Équations polynomiales

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !