Sites Inria

Santé

9/12/2014

VP2HF : une plateforme pour la compréhension et le traitement de l’insuffisance cardiaque

Capture d’écran de la plateforme medInria développée pour le projet européen VP2HF, présentant un exemple de maillages à partir desquels peut être simulée la propagation électrique au cours du cycle cardiaque Capture d’écran de la plateforme medInria développée pour le projet européen VP2HF, présentant un exemple de maillages à partir desquels peut être simulée la propagation électrique au cours du cycle cardiaque - @inria

Lancé en octobre 2013, le projet européen VP2HF* éclaire les mécanismes en cause dans l’insuffisance cardiaque et améliore la prise en charge des patients. Inria, via les équipes Asclepios et M3DISIM, participe à cette aventure scientifique. 

Les pathologies cardio-vasculaires sont l’une des premières causes de décès dans le monde. Aujourd’hui, près de 6 millions d’Européens souffrent d’insuffisance cardiaque et le nombre de malades devrait croître de manière très significative dans les prochaines décennies, du fait de l’allongement de la durée de vie. « Les techniques de soin comme la resynchronisation cardiaque ou la réparation de la valve mitrale**, en plus de leur complexité et de leur coût élevé, se révèlent insuffisamment efficaces chez la moitié des patients ayant subi une intervention, souligne Nicolas Duchateau, post-doctorant au sein de l’équipe Asclepios. L’un des principaux enjeux de VP2HF est d’améliorer la compréhension clinique des cas individuels et d’optimiser la détection des patients susceptibles de réagir favorablement aux traitements. »

Vers un modèle cardiaque personnalisé

Lancé en 2013 à l’occasion du 7e programme cadre pour la recherche et le développement technologique (FP7) de l’Union européenne, le projet VP2HF est coordonné par le King’s College de Londres (voir encadré) . Concrètement VP2HF fédère un large éventail d’outils au sein d’une seule plateforme dédiée aux praticiens.« Ce workflow sera au carrefour de nombreuses disciplines, indique Hakim Fadil, ingénieur au sein de l’équipe Asclépios.Il croisera des outils statistiques, de traitement d’images et de signaux cardiaques (IRM, échocardiographie, électrocardiogrammes, hémodynamique, etc.) ainsi que des modèles électromécaniques et biophysiques numériques. »

L’objectif : permettre aux cardiologues d’appuyer leurs réflexions sur des modèles cardiaques personnalisés pour chaque patient afin de mieux comprendre les pathologies, choisir les thérapies les plus adaptées ou encore sélectionner les cas individuels les plus susceptibles de répondre positivement à un traitement donné.« L’idée n’est pas de noyer le praticien sous un flot de données mais de lui proposer un arbre de décision efficace et simple, précise Hakim Fadil.Seules les informations les plus pertinentes sur la situation du patient seront prises en compte dans la plate-forme. » 

Inria s’engage

Doctorante, post-doctorant et ingénieur : les trois représentants d’Asclepios ont chacun un rôle précis dans ce projet VP2HF. « Pour ma part,  je m’intéresse à l’onde de propagation électrique au cours du cycle cardiaque, explique Sophie Giffard-Roisin. Grâce à mes travaux, nous cherchons à identifier les descripteurs qui vont permettre de « prédire » les bénéfices des différentes thérapies. »De son côté Nicolas Duchateau s’intéresse à l’apprentissage à partir de l’imagerie cardiaque. « Cela consiste à utiliser l’analyse statistique des images 2D et 3D (echocardiographie, IRM…) des mouvements et des déformations cardiaques pour faciliter le diagnostic et orienter la recherche d’un traitement efficace. »Hakim Fadil, quant à lui, à un rôle de pivot entre les différents acteurs du projet. « Mon rôle consiste à développer les plug-ins qui vont permettre de centraliser l’ensemble des outils dans le futur workflow. Pour ce faire, je m’appuie sur medInria, la plateforme de visualisation et de traitement d’images médicales développée à Inria. »

Premier bilan

Le 20 novembre dernier, Inria Sophia Antipolis a accueilli l’assemblée générale du projet VP2HF en préalable à la première revue du projet qui s’est tenue 8 jours plus tard à Bruxelles devant la Commission européenne.« Nous avons fait le point sur l’avancement des différents travaux, avec un bilan globalement positif. Les outils mis en place par VP2HF pourraient être testés dès 2016 sur des données de patients répartis sur trois établissements cliniques. Fin septembre 2016, la plateforme devrait avoir été testée sur plus de 150 patients et donc être prête pour un développement commercial avec des partenaires industriels », conclut Nicolas Duchateau.

* Computer model derived indices for optimal patient-specific treatment selection and planning in Heart Failure
** Valve cardiaque qui sépare l'oreillette gauche du ventricule gauche.

Les partenaires de VP2HF

Piloté par le King’s College de Londres, le projet VP2HF réunit neuf partenaires : l’Université Pompeu Fabra de Barcelone, l’Université Catholique de Louvain, le CHU de Caen, deux centres de recherche Philips, le laboratoire norvégien Simula, l’anglais Centron Diagnostics et Inria. Deux équipes Inria sont directement impliquées dans le projet : M3DISIM, dirigée par Dominique Chapelle à Saclay et Asclepios, équipe-projet Inria pilotée par Nicolas Ayache à Sophia Antipolis - Méditerranée. Les chercheurs Hervé Delingette et Maxime Sermesant, qui coordonne VP2HF pour Asclepios, sont aussi impliqués dans cette recherche.

Mots-clés : VP2HF Insuffisance cardiaque Projet de santé publique Modélisation cardiaque Imagerie médicale

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !