Sites Inria

English version

Portrait : Maxime Bonelli

23/09/2014

Recherche et industrie autour de la gestion quantitative des risques

Titulaire d’une bourse Cifre, Maxime Bonelli réalise une thèse sur la finance comportementale avec l’équipe - projet TOSCA*. Un projet qu’il mène dans le cadre de son travail au sein de Koris International, une entreprise de conseil en investissement financier. Passionné par son domaine de recherche, il se félicite des apports mutuels entre le monde de la recherche et celui de l’entreprise. 

D’où vient votre intérêt pour la finance ?

J’ai commencé à m’intéresser à la finance lors de mon année d’étude effectuée en échange à l’École polytechnique fédérale de Lausanne. J’ai ensuite choisi la spécialité Finance et Assurance lors de ma dernière année d’école d’ingénieur en mathématiques à Polytech Nice-Sophia, avant de poursuivre par un stage chez Koris International. Cette entreprise de conseil en investissement financier est implantée sur le site de Sophia Antipolis, tout comme l’école Polytech. Mon stage s’est très bien déroulé et j’avais en tête de poursuivre sur un doctorat : le financement Cifre était alors tout indiqué.

Comment votre thèse s’est-elle mise en place ?

La société Koris International a rapidement soutenu mon projet de thèse, ce dernier s’inscrivant parfaitement dans leur stratégie R&D. J’ai alors contacté Mireille Bossy, directrice de recherche dans l’équipe-projet TOSCA*, dont j’avais suivi les cours de probabilités avancées et de calcul stochastique relié à la finance. Elle a accepté de devenir ma directrice de recherche. En parallèle, j’ai monté un dossier pour bénéficier d’un financement de l’ANRT, dans le cadre d’une bourse Cifre*

Aujourd’hui, je travaille sur l’économétrie financière et plus particulièrement sur la finance comportementale. Il s’agit de prendre en compte certains paramètres humains qui font que les marchés ne sont pas aussi efficients qu’en théorie. L’intitulé exact de ma thèse est « approche finance comportementale pour l’évaluation de risques en gestion quantitative de portefeuille ».

Concrètement, comment se déroule votre thèse ?

Je passe en général un jour par semaine au sein de l’équipe TOSCA située sur le centre Inria à Sophia Antipolis et le reste en entreprise, chez Koris. Les deux entités ont de très bonnes relations. Actuellement, je consacre la majorité de mon temps à ma thèse, mais j’effectue également des travaux d’ingénierie financière chez Koris.

Cette thèse me permet de concilier les études académiques et le travail quotidien au sein d’une entreprise à forte culture R&D. J’ai constamment la possibilité et l’objectif de mettre en application mes travaux de recherche dans un cadre industriel. C’est très motivant. Après une année de recherche, j’ai terminé deux articles scientifiques en attente de soumission à des journaux internationaux. Cela permet à mes responsables chez Inria de constater que mes travaux avancent et à ceux de Koris que je suis capable de valoriser mes recherches et de générer une plus-value au niveau de l’entreprise.

* Le dispositif Cifre (Conventions Industrielles de Formation par la Recherche) subventionne toute entreprise qui embauche un doctorant pour le placer au cœur d'une collaboration de recherche avec un laboratoire public. Les travaux aboutiront à la soutenance d'une thèse en trois ans. Les Cifre sont, en partie, financées par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche qui en a confié la mise en œuvre à l'ANRT (L'Association nationale de la recherche et de la technologie).

* Equipe-projet commune Inria avec l'Université de Lorraine, CNRS, Institut Elie Cartan Nancy (IECN) (UMR7502) et bilocalisée à Sophia Antipolis et à Nancy.

Mots-clés : Bourse Cifre Finance comportementale Modélisation stochastique TOSCA Koris International

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !