Sites Inria

English version

Télé-médecine

9/04/2019

Lutter contre le phénomène des déserts médicaux grâce à la télé-médecine

DeepSpa Télé-médecine

Établir un diagnostic précoce est primordial dans la prise en charge des troubles cognitifs. L'obtention d'un tel diagnostic s'avère toutefois difficile pour les personnes vivant en zone rurale. L'outil de télé-médecine que développe actuellement un consortium européen coordonné par Inria veut palier ces contraintes en facilitant la mise en relation des patients isolés avec les professionnels de santé. La nouvelle interface sera testée d'ici la fin de l'été au sein de la maison de la santé de Digne-les-Bains. 

Face à la disparition des cabinets médicaux installés en zone rurale, de nombreuses régions d'Europe se transforment peu à peu en véritables déserts médicaux. Une situation qui affecte tout particulièrement les personnes âgées souffrant de troubles cognitifs en raison du manque de dépistage, de diagnostic et de suivi résultant de leur isolement géographique. Si la plupart de ces seniors estiment que l'altération de la mémoire et des capacités cognitives est une fatalité liée à l’âge, le diagnostic précoce de ces troubles contribue pourtant à retarder l’apparition de maladies telles qu'Alzheimer. Partant de ce constat, le projet DeepSpa vise à mettre au point un outil de télé-médecine destiné à améliorer le dépistage de ces pathologies cognitives. « La solution que nous développons s’apparente à une interface web simple d'utilisation à partir de laquelle le patient interagit par le biais de la vidéo avec un spécialiste des troubles cognitifs dans des conditions proches du face à face que l'on peut avoir avec son médecin », explique Rachid Guerchouche, ingénieur de recherche en informatique chez Inria Sophia Antipolis - Méditerranée et coordinateur technique du projet DeepSpa.

Une première étude grandeur nature

Parce qu'il permet de s'affranchir de la distance, cet outil de télé-médecine est destiné à être déployé en zone rurale, là où les personnes âgées sont parfois contraintes de faire plusieurs heures de route pour pouvoir consulter un spécialiste. Afin de mesurer les performances de l'interface dans un tel contexte, une version béta sera évaluée d'ici le mois de septembre au sein de la maison de santé de Digne-Les-Bains auprès d'une centaine de volontaires souffrants de troubles cognitifs. Objectif de cette première étude grandeur nature: mener avec l'aide de médecins du CHU de Nice une série de tests visuels destinés à valider la fiabilité du diagnostic à distance. Si les résultats se révèlent concluants, ce nouvel outil de télé-médecine devrait être utilisé pour diagnostiquer les troubles cognitifs mais aussi pourrait être adapté à d’autres maladies comme la dystrophie facio-scapulo-humérale, l'une des pathologies neuro-musculaires touchant le visage. « A terme, notre solution pourrait aussi être employée dans le cadre de programmes de stimulations et d’entrainements cognitifs à la fois individuels et collectifs », complète Rachid Guerchouche.

La coordination du projet, débuté le 1er janvier 2019, est réalisé par les chercheurs Inria Alexandra König, pour le volet recherche clinique, et Rachid Guerchouche, pour la partie numérique. Parmi les autres partenaires de ce consortium européen figure l'Université de Maastricht, l'Institut Claude Pompidou de Nice, le laboratoire pharmaceutique Janssen, le laboratoire CoBTek de l'Université de Nice Sophia-Antipolis et le Centre de recherche allemand sur l'intelligence artificielle (DFKI).

Mots-clés : Stars Inria Sophia Antipolis - Méditerranée Diagnostic précoce Troubles cognitifs Dépistage Désert-médical Télé-médecine

Haut de page

Suivez Inria