Sites Inria

English version

Perception, cognition, interaction

23/07/2009

L’équipe In-Situ

Logiciels, techniques d’interaction, outils de programmation de l’interaction.... Coordinatrice du projet WILD, l’équipe In-Situ (Inria/LRI) travaille sur de nombreux axes de recherche en interaction homme-machine. Élément unificateur de ces différents axes, la plate-forme de visualisation interactive fournit un environnement exceptionnel où se rejoignent les problématiques de l’équipe.

Nouvelles techniques d’interaction

Cliquer sur un bouton avec sa souris, zoomer sur une région de carte avec sa molette, organiser la navigation dans les pages Web grâce à des onglets… sont autant d’interactions qui semblent désormais naturelles. Les membres de l'équipe réfléchissent à comment améliorer l'efficacité de ces interactions, mais aussi à des alternatives innovantes utilisant de nouveaux dispositifs comme les stylos numériques. Il s'agit de créer des systèmes adaptés à leurs utilisateurs, qui offrent plus de possibilités, tout en restant faciles à apprendre et à utiliser.

© INRIA-Université Paris-Sud 11-CNRS / Équipe-projet IN-SITU

Pour naviguer plus facilement dans des jeux de données de très grande taille, l’équipe étudie l’utilisation de techniques de navigation multi-échelles telles que des "lentilles" que l’on peut changer en fonction des éléments visualisés (cartes, photos du ciel, réseaux de télécommunication, etc.).

© INRIA-Université Paris-Sud 11-CNRS / Équipe-projet IN-SITU

Un autre système dynamique, nommé Octopocus, permet l’apprentissage rapide des interfaces gestuelles. Dessiner un S avec sa souris pour sauvegarder un fichier n’est pas nouveau. L’apport de ce système est qu’il possède un tutoriel intégré qui montre à l’utilisateur les différentes possibilités qui s’offrent à lui au fur et à mesure de l’accomplissement de son geste. Dans l’exemple de la plate-forme, les raccourcis gestuels avec pointage direct et non plus à l’aide de la souris pourraient avoir beaucoup d’applications. De même, les jeux de "lentilles" pourraient être utilisés par plusieurs utilisateurs face au mur d’images.
 

Conception participative

L’interaction homme-machine demande beaucoup d’outils différents, mais exige aussi, au-delà de leur intégration technique, une intégration de l’utilisateur par sa participation active dans le processus de conception. En effet, on conçoit mieux quelque chose en lien avec ceux qui vont s’en servir, pour faire naître des pistes de réflexion et détecter très en amont des problèmes. La technologie ne doit pas être subie, mais plutôt se mettre au service de l’utilisateur.

Sans les laboratoires partenaires, nous ne pourrions pas réellement avancer dans l’utilisation de la plate-forme.
Wendy Mackay, responsable de l’équipe In-Situ

© INRIA-Université Paris-Sud 11-CNRS / Équipe-projet IN-SITU

Dans cette démarche générale, appliquée à la plate-forme WILD, membres de l’équipe In-Situ et utilisateurs réfléchissent, au cours d’ateliers, aux fonctionnalités dont ils ont besoin. L’équipe collabore avec des laboratoires partenaires pour mener à bien l’adaptation des outils à leurs problématiques scientifiques. Adaptation, mais aussi réflexion sur les objets interactifs les plus en accord avec leur manière d’utiliser la plate-forme. "Sans les laboratoires partenaires, nous ne pourrions pas réellement avancer dans l’utilisation de la plate-forme , confirme Wendy Mackay, responsable de l’équipe In-Situ. Les différentes demandes spécifiques nous posent sans cesse question. Nous avons par exemple le besoin précis des biologistes généticiens de l'Institut de Génétique et Microbiologie - IGM (CNRS/Université Paris-Sud 11) qui veulent analyser les interactions entre molécules complexes, ou encore visualiser de vastes données génétiques représentées sous différentes formes, des molécules d'ADN aux réseaux d'interaction."
 

Ingénierie des systèmes interactifs

Du fait de leur originalité, la plupart des développements de l’équipe ne peut pas être réalisée avec les librairies de programmation habituellement utilisées pour créer des interfaces graphiques. Les membres de l'équipe travaillent sur de nouvelles architectures et composants de programmation pour faciliter le développement, l'intégration et à terme l'adoption des techniques d'interaction issues de leurs travaux de recherche.

Metisse est par exemple un système de fenêtrage qui facilite la conception, la mise en œuvre et l'évaluation de nouvelles techniques de gestion de fenêtres. Concrètement, on peut, au lieu d’avoir à déplacer une fenêtre qui encombre une autre, la replier comme une feuille de papier pour permettre d’apercevoir ce qu’il y a derrière.
Un autre exemple est la bibliothèque ZVTM qui permet de développer rapidement des interfaces multi-échelles dites "zoomables". Ces interfaces sont utilisées notamment pour naviguer de manière efficace dans de grandes collections structurées de documents, d'images ou encore dans des réseaux de grande taille.
Initialement conçus pour fonctionner dans le contexte conventionnel d'une seule machine, les chercheurs de l'équipe réfléchissent aux moyens d'adapter ces différents outils pour qu'ils puissent fonctionner et exploiter pleinement les capacités des plates-formes composées de nombreuses machines et écrans telles que WILD.

Mots-clés : Saclay - Île-de-France Visualisation interactive In-situ Mur d'images

Haut de page

Suivez Inria