Sites Inria

English version

Université Paris-Saclay

Charlotte Renauld - 30/05/2016

L’IDEX Paris-Saclay : questions à Bertrand Braunschweig

Du 25 au 29 avril 2016 s’est tenue la session du jury international IDEX destinée à évaluer les 8 IDEX sélectionnées en 2011/2012 lors du premier programme d’Investissements d’avenir (PIA1). À l’issue de son évaluation, l’Idex Paris-Saclay voit sa période probatoire renouvelée de 18 mois. Bertrand Braunschweig, directeur du centre Inria Saclay – Île-de-France nous éclaire sur le positionnement de l’institut.

La reconduction de la période probatoire est destinée, selon le Ministère et le Commissariat général à l'investissement (CGI), à encourager les IDEX dont les réalisations sont encore trop limitées et/ou dont les transformations ont été jugées trop lentes ou trop peu structurantes pour l’avenir. Le jury a retenu cette solution quand il a estimé possible, malgré ces insuffisances, qu’une IDEX parvienne in fine à « transformer l’essai».  Cette capacité potentielle justifie le maintien du label pour une nouvelle période probatoire.

« Nous avions présenté un projet d’université intégrée en 2012, et clairement nous n’avons pas eu le temps de le mettre en œuvre suffisamment », reconnaît Gilles Bloch, le président de l’Université Paris-Saclay. « Nous devons continuer à nous mobiliser pour aboutir », ajoute-t-il.

Questions à Bertrand Braunschweig, Directeur du centre Inria Saclay – Île-de-France :

Pourquoi cette période probatoire ?

L'Idex Paris-Saclay n'a pas encore atteint les critères lui permettant d'être confirmée, contrairement aux Idex de Bordeaux, Marseille et Strasbourg. Le jury a attribué la note la plus basse aux critères "Université cible" et "Politique de ressources humaines", ainsi que des notes moyennes sur cinq autres des neuf critères. Ce n'est que sur l'excellence scientifique et l'innovation que nous avons obtenu la note A. Compte tenu de cela, le maintien d'une période probatoire de dix-huit mois est un bon compromis. Mais attention, à la fin de cette période probatoire, si nous ne présentons pas une copie satisfaisante, en particulier sur ces éléments, le projet sera arrêté.

Quels sont les enjeux de ce rapport pour le centre ?

La stratégie d'Inria est de participer pleinement aux regroupements d'établissements sur les territoires où notre présence est importante, et sur lesquels le numérique est une priorité. C'est bien évidemment le cas pour Saclay. Nous sommes donc solidaires des établissements locaux avec lesquels nous avons des partenariats : Université Paris-Sud, École Polytechnique, ENS Cachan, Centrale Supélec, ENSTA Paristech, CEA, Université de Versailles, qui sont tous des membres de la Comue Université Paris-Saclay. Il en est de même pour nos partenaires organismes nationaux, le CNRS en tête. La visibilité internationale du cluster de Saclay doit être soutenue par l'attribution de ce label d'excellence qui s'accompagne de financements significatifs pour des actions inter-établissements en matière d'enseignement supérieur, de recherche et d'aide à l'innovation. Nous participons donc entièrement à cette démarche. Cependant, à la différence des établissements locaux, Inria est un institut national dont l'avenir ne dépend pas que d'une seule implantation, fût-elle aussi importante que la nôtre. Nous n'avons rien à craindre pour notre avenir.

Quelles actions Inria peut mener durant cette période probatoire pour participer à la « transformation de l’essai » de l’Universite Paris-Saclay ?

Continuer à développer notre politique de partenariat avec les établissements du plateau grâce à notre organisation en équipes-projets communes, mais aussi continuer à apporter la valeur ajoutée d'un institut dévoué au numérique dans le cadre de projets pluridisciplinaires avec des chercheurs et des enseignants-chercheurs aux compétences complémentaires des nôtres. C'est par exemple que ce nous avons fait dans la proposition d'institut convergence "I2-DRIVE", proposition d'institut pluridisciplinaire sur la science des données portée par l'Université Paris-Saclay et dirigé par Nozha Boujemaa. S'il est retenu par le jury ANR, cet institut sera un atout maître pour l'Idex, démontrant la capacité des acteurs à se regrouper sur des enjeux sociétaux de portée mondiale. Par ailleurs, bien évidemment, nous continuerons à être impliqués dans les réflexions menées par la gouvernance de l'Université Paris Saclay au sein de ses différents conseils, afin d'aboutir à une vision commune de l'université cible demandée par le jury Idex.

Êtes-vous confiant pour le résultat de la prochaine évaluation ?

Oui, car franchement la richesse du plateau de Saclay, aussi bien en matière de recherche que d'enseignement supérieur, est incontestable. Le jury l'a même qualifiée de "superbe". Il serait très étonnant et même catastrophique pour notre pays que cela ne soit pas matérialisé par la poursuite de l'initiative d'Excellence. Par contre, cela pourrait se faire à périmètre réduit si certains établissements souhaitaient ne pas être directement associés, ce qui a d'ailleurs également été envisagé par le jury. Pour Inria, encore une fois il n'y a pas de risque donc nous ferons partie du projet, il n'y a aucun doute à ce sujet.

L’évaluation du mois d’avril s’est déroulée à l’issue de la période probatoire qui donnait aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche portant les Initiatives d’excellence le temps et la possibilité de faire la preuve de la crédibilité de leur projet et de l’atteinte de l’objectif : constituer une université de recherche de rayonnement mondial disposant d’une puissance et d’un impact scientifique de tout premier plan dans une palette étendue de champs de la connaissance.

Mots-clés : Idex Paris-Saclay Bertrand Braunschweig Université Paris-Saclay

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !