Sites Inria

English version

Publication

Charlotte Renauld - 12/12/2016

Compréhension du système visuel humain : l’équipe-projet PARIETAL publie de nouveaux résultats

L’équipe-projet PARIETAL en partenariat avec Telecom ParisTech publie un papier intitulé : "Seeing it all: Convolutional network layers map the function of the human visual system" qui montre que les modèles de reconnaissance d’images par ordinateur présentent de nombreuses propriétés communes avec le cerveau humain.

L’étude de la vision humaine et celle de la vision par ordinateur sont deux mondes qui évoluent séparément sans s’ignorer. Au sein de l’équipe-projet PARIETAL, Michael Eickenberg, Gaël Varoquaux et Bertrand Thirion, en partenariat avec Alexandre Gramfort (Telecom ParisTech), ont travaillé sur le lien entre le cerveau humain et les modèles capables de résoudre automatiquement les mêmes problèmes d’interprétation d’images. Leurs recherches ont montré que la vision par ordinateur, objet construit artificiellement, présente des propriétés communes avec le cerveau humain.

Gaël Varoquaux nous explique : « Nous avons montré que ce que l’on fait de mieux, à l’heure actuelle, dans le domaine de la reconnaissance d’images par ordinateur a des propriétés partagées avec le cerveau humain et qu’en utilisant ces modèles on est capable de cartographier de mieux en mieux le système visuel du cerveau humain.  »

Historiquement, il y a toujours eu des allers-retours entre l’étude du cerveau humain et celle du modèle artificiel car ce sont deux objets qui résolvent un même problème et sont guidés par la nature des images. Les résultats de l’équipe PARIETAL nous montrent que plus la recherche avance plus les techniques d’intelligence artificielle en reconnaissance d’images ressemblent aux mécanismes du cerveau.

« Nous savons qu’il manque aux modèles artificiels de reconnaissance d’image certains mécanismes qui existent dans le cerveau, en particulier pour comprendre des images ambiguës. Ils n’ont pas pour vocation de calquer le cerveau et lorsque nous les utilisons pour étudier le cerveau, ce sont des approximations. Mais nous avons aussi montré que ce sont de bonnes approximations , car les résultats capturent de nombreux aspects du cerveau et généralisent à travers les expériences » conclut Gaël Varoquaux.

Mots-clés : Parietal Gaël Varoquaux Vision par ordinateur Reconnaissance d'images Inria Saclay – Île-de-France

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !