Sites Inria

English version

International Chair

Charlotte Renauld - 27/06/2017

L'équipe-projet Gamma3 accueille David Marcum

David Marcum, professeur à Mississippi State University (MSU), a été recruté par le centre de recherche Inria Saclay – Île-de-France dans le cadre du Programme "Inria International Chair". Il a rejoint le centre début mai 2017 en vue de renforcer sa collaboration avec l'équipe-projet Gamma3 et de travailler sur la « Génération de maillages non structurés ».  

Inria a souhaité encourager les séjours longs de chercheurs internationaux éminents dans ses équipes-projets et leur donner une plus grande visibilité, en définissant le programme « Inria International Chair » d’une durée de douze mois répartis sur cinq ans.   En mai 2017, l'équipe-projet Gamma3 a accueilli David Marcum, qui prévoit de revenir en septembre pour une période plus longue afin « d'accomplir plus de choses »

Chercheur, professeur, directeur

David Marcum a débuté sa carrière dans l'industrie , au sein d'entreprises telles que Boeing et McDonnell Douglas. Il a rejoint MSU en 1991 en tant que chercheur et professeur : « J'ai beaucoup apprécié la vie universitaire à MSU qui possède un grand centre dédié au numérique, semblable par certains aspects à Inria » , explique David Marcum. « Je suis devenu directeur du centre, lequel s'est beaucoup développé. Mais il y a quinze ans, j'en ai eu assez de la gestion administrative et j'ai voulu revenir à la recherche. »

Modélisation de la vie réelle

David Marcum travaille sur la simulation numérique pour la mécanique des fluides pour calculer de manière approchée ce que l’on ne peut pas résoudre analytiquement avec les équations. « Nous avons décidé d’aborder les problèmes scientifiques sous l’angle de leur application finale : « Qu’est-ce qui va faire que cela est nécessaire ? ».  Cela ressemble un peu à une approche d’ingénieur : si j’ai besoin de faire quelque chose qui agit d’une certaine manière, alors j’ai besoin de comprendre la physique et les mathématiques qui se cachent derrière. C'est ce que l'on appelle le moteur de la science. Les thématiques de recherche sur lesquelles nous travaillons sont mues par l’application finale. Dans notre cas, il s’agit de la simulation de phénomènes physiques qui ne peuvent pas être résolus directement et analytiquement par les mathématiciens mais que la simulation numérique peut résoudre de manière approchée. »

Plus d'efficacité

« Nous ne sommes pas tous des experts dans tous les domaines de nos activités, par contre d’autres personnes dans le monde peuvent être nettement plus compétentes dans certains de ces domaines ; la collaboration permet ainsi de former une entité bien plus compétente. ».  Au début des années quatre-vingt-dix, David Marcum a pris connaissance des travaux de Paul Louis George : « Nous avons tous les deux développé au même moment des technologies concurrentes dans le domaine du maillage. Elles ont débouché sur des logiciels qui ont rencontré un grand succès. Ensuite, dans les années 2000, j'ai découvert les travaux de Frédéric Alauzet sur de nouveaux domaines et nous avons échangé sur comment nous pourrions travailler ensemble. Mais il y avait un peu d'appréhension de part et d'autre car nous faisions des choses très similaires. »

En 2010, Frédéric Alauzet et David Marcum ont trouvé un projet sur lequel ils pouvaient travailler ensemble, en s’appuyant sur les points forts de chacun. « Je suis venu en France à l'été 2011 et Frédéric a séjourné un an aux États-Unis entre 2012 et 2013. Depuis lors, nous travaillons en très étroite collaboration et avons publié des articles.  Ensemble, nous obtenons de meilleurs résultats que si nous étions chacun de notre côté. »

Le Programme « Inria International Chair »

« À la suite d’un entretien avec le directeur du centre Inria Saclay – Île-de-France, j’ai décidé de postuler pour le programme « Inria International Chair », qui correspond parfaitement à ce que nous souhaitions entreprendre : travailler côte à côte pour être bien plus efficaces qu’en étant à des milliers de kilomètres de distance. Je considère la Chaire internationale comme un moyen de formaliser notre collaboration, en particulier pour mon institution. » David Marcum collabore avec l'équipe-projet Gamma3 depuis de nombreuses années, mais la Chaire internationale leur permet de poursuivre cette collaboration et peut-être d'établir d'autres collaborations fructueuses. « Un programme de recherche global doit faire ses preuves. Les entreprises n'utiliseront pas votre technologie simplement parce que vous avez écrit un article formidable ou parce que vous êtes brillant, elles ne l'utiliseront que si elles y trouvent un avantage. Et les entreprises sont nombreuses ici à Saclay ! »

Le programme « Inria International Chair » offre une plus grande visibilité et donne une garantie supplémentaire de reconnaissance des travaux.

Mots-clés : Maillage David Marcum Inria Saclay - Île-de-France Gamma3

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !