Sites Inria

English version

Olympiades de Mathématiques 2018

Magalie Quet et Carole Céard (*) - 28/06/2018

Les Olympiades de Mathématiques pour favoriser la réflexion et la recherche mathématique dans les lycées

Comme tous les ans, le centre Inria Saclay – Île-de-France soutient les Olympiades de mathématiques en participant à l’organisation des cérémonies de remise des prix pour les Académies de Créteil et de Versailles. Ce concours mathématique vise à favoriser l'émergence d'une nouvelle culture scientifique et stimuler chez les élèves de première (toutes séries confondues) l'initiative et le goût des mathématiques et de la recherche.

Des lauréates et lauréats gâtés lors des cérémonies de remise des prix

Pour cette édition 2018, les deux cérémonies avaient lieu le même jour, le mercredi 30 mai. Près d’une centaine d’élèves issus d’établissements des deux académies ont été récompensés par Inria et l’ensemble des partenaires des Olympiades de mathématiques , parmi lesquels on retrouve Casio , le Crédit Mutuel Enseignant , l’École polytechnique, Google , Hewlett Packard , Texas Instrument et Wolfram .

À Créteil, sous le regard attentif des élèves lauréates et lauréats et de leur famille, Eliane Bécache, membre de l’équipe Poems, a donné une conférence consacrée à l’histoire et aux avancées des mathématiques.

À Versailles, les lauréates et lauréats et leurs proches ont pu assister à une conférence donnée par Jean-Louis Brahem, un architecte passionné de mathématiques et plus particulièrement de géométrie, discipline qu'il a enseignée à l'École nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille. Auteur du livre « Voyage en géométrie, la 3D sac au dos » , Jean-Louis Brahem a réalisé quelques démonstrations de dessins 3D et captivé son public en partant de cette simple question : « Pourquoi la photocopieuse qui agrandit un plan sur A4 en A3 multiplie-t-elle les surfaces par 2 et les longueurs par √2 ? ».

À chacun sa méthode…

Sur l’Académie de Créteil, plusieurs établissements ont mis en place des cours de préparation au concours pour aider et entraîner les élèves candidates et candidats. Certains et certaines élèves ont ainsi bénéficié d’une heure supplémentaire par semaine pour se tester et tenter de résoudre les exercices tirés des annales du concours. Tandis que d’autres élèves se sont entraînés en solitaire, voire ont entièrement découvert le concours le jour de l’épreuve.

« Personnellement, j’aime bien les mathématiques et j’envisage même de poursuivre dans une filière scientifique. Au lycée, j’avais une heure de cours par semaine pour m’entraîner mais j’ai quand même trouvé les exercices assez difficiles. Tous les autres candidats et toutes les autres candidates de mon établissement même ont abandonné avant la fin » nous raconte Jacques, arrivé 2e en individuel et en équipe.

Pour Hector, qui est monté sur la première marche du podium, aucun entraînement au lycée :« le professeur de mathématiques nous a proposé de participer au concours, sur la base du volontariat, mais j’ai été le seul de mon lycée à m’inscrire, donc je me suis un peu entraîné mais tout seul. »

« On ne s’est pas entraîné avec le lycée. Comme on s’entend vraiment très bien, on a eu une bonne cohésion de groupe entre nous pour l’épreuve en équipe. Lors du concours, on a décidé de réfléchir aux questions difficiles tous les trois mais de traiter les questions plus faciles chacun de notre côté, en se faisant confiance les uns les autres. Et on a réussi à bien gérer le temps avec notre méthode ! » nous confient Adrien D., Adrien N. et Briac, tous trois récompensés pour l’épreuve en équipe.

Sur l’Académie de Versailles, l’association « Animath  » qui est partenaire de cet événement, a contribué au recrutement et à la préparation des participants. Animath a pour vocation de favoriser l’introduction, le fonctionnement, le développement, la mise en réseau, la valorisation et la reconnaissance institutionnelle d’activités mathématiques dans les écoles, collèges, lycées et établissements de niveau universitaire. Elle veille tout particulièrement au développement d’ateliers et de clubs dans les établissements, à l’essor des compétitions mathématiques et à la participation du plus grand nombre d’élèves et étudiants, filles et garçons, à ce type d’activité.

Emile, élève en première S au lycée Hoche de Versailles, nous rapporte qu’il « adore les mathématiques et relever les challenges proposés par cette discipline dont il voudrait faire son métier plus tard, que ce soit en tant que professeur ou de chercheur. » Une histoire de famille pour ce jeune médaillé d’or national dont, le hasard faisant bien les choses, l’oncle n’est autre que l’un des illustres chercheurs de notre centre de recherche !

Marie M, du lycée Lakanal à Sceaux, a quant à elle participé aux Olympiades de mathématiques de seconde par équipes. « Pour nous la passion des maths, c’est de famille ! J’ai entendu parlé de ce concours par mon grand frère Jérémy qui est en première et qui est arrivé deuxième aux olympiades cette année. Avec deux amies qui aiment autant les maths que moi, nous avons décidé de participer au concours en équipe. Je m’investis beaucoup dans ce genre de concours en dehors de l’école, j’ai déjà participé au « Kangourou des mathématiques » par exemple. Plus tard, j’aimerais bien être chercheuse dans les mathématiques. On m’a d’ailleurs parlé d’Inria dans les stages que j’ai pu faire... alors, peut-être que je deviendrai chercheuse là-bas ! »

Ce concours a donc été l’occasion de partir à la rencontre de lauréates et lauréats vraiment passionnés par les mathématiques, peut-être même de futurs chercheurs et chercheuses au sein d’Inria pour relever les défis des sciences du numérique.

Mots-clés : Centre Inria Saclay - Île-de-France Olympiades de mathématiques

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !