Sites Inria

English version

Recherche

Carole Céard (relu) - 26/10/2017

Ex-Situ : de l’interaction humain-machine au partenariat humain-machine

Wendy MacKay, responsable de l'équipe-projet Ex-Situ - © Inria / Photo G. Maisonneuve

Rencontre avec Wendy Mackay, responsable de l’équipe-projet Ex-situ.

Cette spécialiste de l’IHM (interaction humain-machine) nous présente sa nouvelle équipe-projet, l’évolution de ses axes de recherche et les sujets ambitieux sur lesquels elle travaille aujourd’hui.

Aux origines d’Ex-Situ

Arrivée au centre Inria de Rocquencourt en 2000, Wendy Mackay a proposé, dès 2002, la création d’une nouvelle équipe dans le domaine de l’IHM "Interaction humain-machine". Les recherches dans ce domaine se sont développées dans les années quatre-vingts aux États-Unis, mais étaient marginales en France où la recherche en informatique restait assez théorique et était fortement liée au domaine des mathématiques appliquées. Des entreprises comme Snapchat , Google ou Apple sont issues d’équipes de recherche dans l’IHM, c’est donc la source de beaucoup d’innovations .

C’est ainsi qu’est née l’équipe « In-Situ » - « Interaction Située » - avec Wendy Mackay, Jean-Daniel Fekete, Michel Beaudouin-Lafon et Nicolas Roussel, dont les travaux de recherche portaient sur les paradigmes et modalités d'interaction, la conception participative et l’ingénierie des systèmes interactifs.

L'équipe-projet In-Situ visait alors à développer de nouvelles techniques d'interaction, de nouveaux outils pour mettre en œuvre ces techniques, et de nouvelles méthodologies pour maîtriser le processus de conception d'interfaces innovantes . Il s'agit de créer des interfaces situées, c'est-à-dire adaptées (ou adaptables) à leurs contextes d'usage et exploitant au mieux la complémentarité entre systèmes informatiques et utilisateurs humains.

Plusieurs spin-off d’In-Situ ont vu le jour dont l’équipe Aviz avec Jean-Daniel Fekete et l’équipe Mjolnir à Lille avec Nicolas Roussel, qui est maintenant directeur du centre de recherche Inria Bordeaux – Sud-Ouest.

Fin 2014, après douze ans d’existence, l’équipe In-Situ est arrivée au terme de son contrat et a été divisée en deux. Une partie est devenue l’équipe Ilda avec Emmanuel Pietriga et l’autre partie est devenue Ex-Situ (pour "Interaction située extrême") avec cinq chercheurs, dont Wendy Mackay et Michel Beaudouin-Lafon, tous deux lauréats d’une bourse ERC.

 

L’affordance au cœur des recherches d’Ex-Situ

L’ambition de l’équipe est de permettre aux utilisateurs, non seulement d’interagir avec la machine, mais de créer de façon simple et intuitive leurs propres interfaces personnalisées.

À la différence d’In-Situ, l’équipe Ex-Situ travaille avec des utilisateurs « extrêmes », notamment des créatifs issus de différents domaines artistiques : la musique, la danse, le dessin, etc. « Le fait de travailler avec les créatifs est important pour nous parce qu’en observant leurs expériences utilisateurs, ils nous permettent de repousser les limites d’utilisation des machines et de la technologie » , nous explique Wendy Mackay.

« Aujourd’hui, chaque logiciel présente sa propre interface d’utilisation et les commandes diffèrent souvent d’un logiciel à l’autre même s’il s’agit de logiciels provenant du même éditeur. L’équipe Ex-Situ travaille d’une part sur la possibilité pour les utilisateurs d’adapter les logiciels à leurs besoins afin de simplifier leur utilisation, mais également de créer des commandes plus puissantes, plus expressives pour les utilisateurs . Ce que nous voulons c’est que l’informatique soit accessible à tous et que chacun puisse, s’il le désire, devenir expert et créer ses propres outils sans avoir besoin d’être ingénieur informaticien. Notre objectif est d’augmenter les capacités humaines grâce à la machine et non, comme c’est trop souvent le cas, d’obliger les utilisateurs à se conformer à la machine. »

« Au sein d’Ex-Situ, on exploite ainsi le concept d’ "affordance". Pour le psychologue James Gibson, l'affordance est l'ensemble des possibilités d'action que nous avons sur l’environnement. Dans notre domaine, les affordances des logiciels sont souvent cachées et peu cohérentes. Nous essayons de créer une nouvelle interaction humain-machine où l’utilisateur apprend sa propre façon de faire à la machine. On parle désormais de partenariats humain-machine (Human-Machine Partnerships) . »

Retrouvez quelques démonstrations en vidéo.

 

Wendy Mackay a par ailleurs reçu le Doctorem Scientiarum Honoris Causa  de l’université d’Aarhus au Danemark. Vendredi 15 septembre, l'université a en effet récompensé Wendy Mackay pour l’ensemble de sa carrière et en particulier pour ses travaux sur la vidéo interactive, la conception participative et la réalité mixte.

Vidéo de présentation de Wendy Mackay

Mots-clés : Ex-Situ Interaction homme machine Inria Saclay - Île-de-France Wendy Mackay Logiciels

Galerie vidéo

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !