Sites Inria

Prix de thèse

Nathalie Lacaux - 5/07/2011

Prix de la thèse AFCP 2010 pour Gwénolé Lecorvé

Gwenolé Lecorvé, lauréat 2010 du Prix AFCP pour sa thèse au sein de l'équipe Texmex du centre Inria Rennes - Bretagne Atlantique Gwenolé Lecorvé, lauréat 2010 du Prix AFCP

Gwénolé Lecorvé, ancien doctorant au sein de l’équipe de recherche Texmex, vient de recevoir le prix AFCP 2010 pour sa thèse portant sur un système de reconnaissance automatique de la parole. Entretien avec un passionné de recherche.

Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser au domaine de la recherche en informatique ?

Gwénolé Lecorvé :  Après mon bac en 2002, je pensais déjà à la possibilité de faire de la recherche, sans néanmoins vraiment savoir à l'époque en quoi cela consistait précisément. Aussi, après un DEUG Math-Info à l'Université de Bretagne Sud, à Lorient, j'ai rejoint le cycle ingénieur en  informatique de l'INSA de Rennes en 2004 et y ai suivi en 2007 les cours du Master 2 « Recherche en informatique ». Cela m'a permis de découvrir les problématiques liées au traitement de documents multimédias, thématique abordée par l'équipe TexMex  du centre Inria Rennes – Bretagne Atlantique.  J'ai alors effectué un stage de recherche au sein de cette équipe sous la direction de Pascale Sébillot et Guillaume Gravier, sur un sujet de reconnaissance automatique de la parole et de traitement automatique des langues. L'expérience s'est  avérée enrichissante et j'ai poursuivi l'aventure avec eux à travers une thèse que j'ai soutenue en novembre 2010. Depuis, j'ai rejoint l'IDIAP, en Suisse, en tant que chercheur post-doctoral.

Vous venez d'obtenir le prix AFCP 2010 pour la thèse que vous avez réalisée au sein de l'équipe-projet Texmex. Pouvez-nous raconter ces trois années de doctorat ?

Gwénolé Lecorvé :  Mon sujet de thèse a porté sur le domaine de la reconnaissance automatique de la parole, c'est-à-dire la transposition en texte d'un signal sonore contenant de la parole. L'une des faiblesses des systèmes actuels chargés d'effectuer cette tâche est qu'ils ne prennent pas en compte les spécificités des documents audio à transcrire. Notamment, les systèmes de reconnaissance ne sont pas capables de deviner le sujet abordé par un document audio et d'en déduire que certains mots et expressions propres à ce sujet risquent d'être prononcés avec une plus grande probabilité. Par analogie, on peut comparer cette situation à celle où l'on devrait essayer de comprendre ce que dit une personne parlant une langue étrangère que l'on ne maîtrise pas vraiment, sans même connaître le thème dont il est question... Typiquement, ce manque de connaissances conduit le système à produire des erreurs de transcription, notamment sur des mots importants pour la compréhension du document audio. Durant ces 3 années de thèse, mon objectif a alors été de trouver des solutions pour caractériser automatiquement le thème abordé par un document à transcrire, découvrir les spécificités linguistiques de ce thème et pour les prendre en compte au sein du cadre probabiliste d'un système de reconnaissance de la parole. Au terme de ce travail, j'ai montré que l'ensemble de ces étapes sont réalisables automatiquement, c'est-à-dire sans intervention humaine, et qu'elles conduisent à des transcriptions automatiques de meilleure qualité.

Aujourd'hui heureux lauréat de ce prix, comment voyez-vous la suite de votre carrière ?

Gwénolé Lecorvé :  J’ai eu la chance de découvrir de nombreux domaines et problèmes de recherche au sein de l'équipe TexMex du centre Inria. Ceci a suscité en moi une double volonté pour la suite de ma carrière : continuer à faire de la recherche et rester en contact avec le milieu académique car je pense que c'est là que les idées nouvelles ont le plus de chance de s'exprimer. En parallèle de l'activité de recherche en elle-même, j'ai également eu l'heureuse opportunité d'enseigner. Aussi, sans être complètement fixé sur mon avenir, j'aimerais principalement m'orienter vers un poste de chargé de recherche ou de maître de conférences.

La thèse de Gwénolé Lecorvé, intitulée "Adaptation thématique non supervisée d'un système de reconnaissance automatique de la parole"  a été effectuée sous la direction de Pascale Sébillot , professeur à l'INSA de Rennes et Guillaume Gravier , chercheur CNRS au sein de l'équipe de recherche Texmex, commune à l'unité mixte de recherche IRISA et à Inria.

Mots-clés : AFCP Gwénolé Lecorvé Reconnaissance Parole Inria Rennes - Bretagne Atlantique Prix de thèse 2010 Texmex

Haut de page

Suivez Inria