Sites Inria

Prix - Systèmes distribués

Nathalie Lacaux - 9/06/2011

Anne-Marie Kermarrec lauréate 2011 du prix Michel Montpetit

Anne-Marie Kermarrec, directeur de recherche Inria et responsable de l'équipe-projet ASAP au centre Inria Rennes - Bretagne Atlantique

Anne Marie Kermarrec, directrice de recherche Inria, responsable du projet ERC Gossple et de l'équipe rennaise ASAP, est lauréate 2011 du prix Michel Montpetit. Décerné par l'Académie des sciences, ce prix récompense tous ses travaux de recherche en systèmes distribués. Entretien.

Racontez-nous votre parcours ?

A-M. Kermarrec :  Après une thèse à l'Université de Rennes 1 dans le domaine de la tolérance aux fautes dans les systèmes distribués, j'ai passé un an de postdoctorat à Amsterdam dans l'équipe du professeur Andy Tanenbaum. C'est là que j'ai commencé à m'intéresser aux systèmes large échelle. Revenue à Rennes en tant que maître de conférences en 1997, j'ai rejoint en 2000 le laboratoire de Microsoft Research à Cambridge en Grande-Bretagne, où j'ai été chercheur pendant quatre ans. J'ai alors tourné mon attention vers les systèmes pair à pair et les algorithmiques épidémiques sur lesquels je travaille encore aujourd'hui. J'ai intégré l'Inria en 2004 et constitué l'équipe de recherche ASAP sur les systèmes large-échelle dynamiques en 2006. En 2008, j'ai obtenu un projet Starting Grant de l'ERC.

Au sein de l'équipe-projet ASAP, sur quoi portent vos travaux de recherche ?

A-M. Kermarrec :  Je m'intéresse aux systèmes entièrement distribués et plus récemment à l'Internet du futur et aux nouvelles fonctionnalités du Web. La face du Web a singulièrement évoluée récemment, en particulier due à deux facteurs concomitants : la prolifération de contenus générés par les utilisateurs eux-mêmes qui deviennent des acteurs majeurs du Web, de son évolution et de son utilisation mais également l'explosion des réseaux sociaux. Dans ASAP, nous défendons l'idée que le besoin de personnalisation devient essentiel à la fois pour filtrer et rechercher efficacement la masse d'informations disponibles sur le Web. Personnaliser ces fonctionnalités nécessite de maintenir un grand nombre d'informations personnelles par utilisateur et engendre deux problèmes potentiels : le passage à l'échelle et le respect des données privées. Dans le cadre du projet ERC GOSSPLE, nous nous efforçons de répondre à ces questions en proposant des algorithmes entièrement distribués, épidémiques, permettant de créer de nouvelles formes de réseaux sociaux et de personnaliser la navigation web sans entité centrale aucune.

Quelles sont vos perspectives de recherche pour les années à venir ?

A-M. Kermarrec :  Le Web est à un tournant et son utilisation a évoluée de manière radicale et inattendue. Je suis convaincue qu'il est aujourd'hui essentiel de repenser les algorithmes de navigation du Web en prenant les utilisateurs et leurs caractéristiques propres en compte. Il me semble que l'on s'éloigne des recherches exactes et que personne aujourd'hui ne vise l'exhaustivité dans sa navigation sur Internet, mais davantage la précision. Ceci associé aux besoins croissants de sécurité et de confidentialité, ouvre de nombreuses perspectives de recherche au carrefour de nombreux domaines de l'informatique.

Mots-clés : ASAP Anne-Marie Kermarrec Prix Michel Montpetit Systèmes distribués Réseaux sociaux Algorithmes épidémiques Systèmes pair à pair Inria Rennes - Bretagne Atlantique

Haut de page

Suivez Inria