Sites Inria

Recherche

15/03/2016

« SYRIAN HERITAGE » la plus grande base de données archéologiques 3D pour sauvegarder le patrimoine Syrien menacé

Mosquée des Omeyyades - @ Iconem

Des reconstitutions en 3D du patrimoine antique syrien, menacé par la guerre, sont dès à présent disponibles dans la base de données en ligne, « Syrian Heritage ».

Iconem en partenariat avec Inria, Microsoft et l'École normale supérieure, utilise des drones équipés d'appareils photo pour survoler les sites menacés en Syrie, ainsi qu’une technique innovante de photogrammétrie automatisée. En particulier, il devient possible à partir de milliers de clichés d'obtenir sans intervention humaine des modèles tridimensionnels de monuments avec une précision millimétrique. Iconem, a numérisé plusieurs sites archéologiques menacés par la guerre en Syrie. Des reconstitutions en 3D de grands sites syriens, menacés par la guerre, seront disponibles dans une base de données en ligne, «Syrian Heritage».

« Nous avons un seul patrimoine, une seule mémoire, nous devons les sauver, faute de quoi nous serons condamnés par nos enfants et nos petits-enfants » s’écriait Maamoun Adbulkarim, directeur général des antiquités et des musées en Syrie en août dernier, au lendemain de la destruction du Temple de Bel à Palmyre.

LA SYRIE, UN PATRIMOINE EN PÉRIL

Le conflit qui déchire la Syrie depuis 2011 a abîmé ou dévasté de nombreux sites du patrimoine. Entre destructions volontaires par Daesh, démolitions, pillages ou dégradations liés aux affrontements, les trésors archéologiques du pays sont aujourd’hui plus que jamais menacés. Force est de constater qu’il y a urgence.

LA NUMÉRISATION 3D : UNE SOLUTION SALUTAIRE EN MATIÈRE D’ARCHÉOLOGIE PRÉVENTIVE

Yves Ubelmann et Philippe Barth - @ Iconem

La startup française Iconem a décidé d’agir. Partenaire historique de la DGAM , la société s’est rendue en décembre 2015 à Damas pour apporter matériel et formation technique aux équipes de terrain. Grâce à ce transfert technologique, les archéologues syriens disposent désormais d’une nouvelle solution pour sauvegarder la mémoire des sites en péril : la numérisation 3D.

Cette technologie repose sur un protocole de prise de vue impliquant un très grand nombre de photos et sur un process de retraitement informatique innovant, la « photogrammétrie ». Les algorithmes photogrammétriques analysent ces milliers d’images et exploitent les similitudes entre les clichés pour reconstruire un « nuage de points », c’est-à-dire une version 3D de l’objet archéologique. Composés de millions de facettes ou « polygones », ces modèles 3D sont tellement précis qu’ils constituent de véritables « jumeaux numériques » des sites de patrimoine, salutaires en matière d’archéologie préventive.

ICONEM, LES EXPLORATEURS DE L’IMPOSSIBLE

« Avec ces relevés, il est désormais possible de conserver la mémoire et la connaissance de sites syriens en péril, et, surtout de transmettre cette connaissance aux générations prochaines. En outre, ils permettront de préparer les restaurations futures. Nous allons ainsi contribuer à lutter contre l’anéantissement d’un patrimoine historique et culturel exceptionnel, à un moment où il est plus vulnérable que jamais,»explique Yves Ubelmann, co-fondateur de la start-up.

Iconem a su nouer, au fil des années, des relations étroites et privilégiées avec les organismes de supervision du patrimoine de nombreux pays. Après avoir scanné plusieurs trésors archéologiques en Afghanistan (vallée de Bâmiyân, Mes Aynak) avec ses drones, numérisé intégralement la célèbre cité antique de Pompéi, oeuvré en Irak, à Oman au Pakistan ou à Haïti, Iconem met désormais son expérience des sites menacés au service de l’archéologie syrienne.

UNE OPÉRATION PRÉVENTIVE, MENÉE EN COMMUN AVEC LA DGAM

A l’issue de sa mission de formation, la start-up a en effet lancé, en partenariat avec la direction des antiquités, une vaste campagne de numérisation des sites syriens.

« Face aux événements dramatiques qui touchent notre pays, nous avons fait appel à Iconem, dont l’expérience et les travaux sur le patrimoine en danger nous ont permis de réagir vite et d’établir un programme adapté à la destruction violente de notre patrimoine explique Maamoun Abdulkarim, directeur des antiquités syriennes. Cette solution offre aux sites archéologiques un véritable espoir de renaissance, et permettra quoi qu’il arrive d’en conserver la mémoire. L’opération que la DGAM a menée avec Iconem va permettre d’éviter une perte irréparable pour l’humanité. » 

UNE BASE DE DONNÉES INÉDITE

Grâce à ces relevés, Iconem et la DGAM ont constitué la plus grande base de données 3D mondiale de sites syriens, où est représenté l’ensemble des grandes périodes de l’histoire du pays. Les données des lieux scannés sont publiées progressivement sur les sites d’Iconem et de la DGAM, où l’on peut les découvrir à travers des visites virtuelles interactives, des vidéos en images de synthèse ou des documentations à usage scientifique (coupes, élévations…). Trois de ces sites archéologiques sont déjà en libre accès : la mosquée des Omeyyades, le site d’Ougarit et le théâtre de Jableh – et l’intégralité de la collection sera disponible à la fin mai.

Au-delà de ce travail de numérisation 3D réalisé en Syrie, Iconem a pour ambition de préserver la mémoire des sites archéologiques du monde entier pour les transmettre aux générations futures avec une plateforme dédiée en ligne, à la disposition du grand public. La numérisation 3D : l’une des meilleures façons de transmettre le patrimoine voué à disparaitre.

>>> Voir la vidéo

A PROPOS D’ICONEM

Créée en 2013 par Yves Ubelmann, architecte spécialisé en archéologie, et Philippe Barthélémy, pilote d’avion et d’hélicoptère, la start-up française Iconem, leader mondial du scan de sites archéologiques d’exception, se compose aujourd’hui de neuf salariés – architectes, ingénieurs ou infographistes – spécialisés en production 3D.

Les équipes se sont illustrées en relevant des défis technologiques inédits : la numérisation intégrale de Pompéi ainsi que le scan de sites en Syrie, Afghanistan, Irak et à Haïti. Tous ces relevés seront prochainement consultables en ligne sur une plate-forme spécialisée, véritable encyclopédie virtuelle numérique. Via des process et technologies de pointe – prises de vue par drones et photogrammétrie – Iconem oeuvre pour la conservation du patrimoine archéologique mondial d’exception, dans le but de préserver sa mémoire pour les générations futures.

Mots-clés : Syrian heritage Base de données Archéologiques Sauvegarde Patrimoine Syrien Menace 3D

Haut de page